Portrait: Meryl Streep

A l’occasion de la sortie prochaine de The Iron Lady où Meryl Streep tient le rôle de Margaret Tatcher, Glory Box revient sur le parcours et la vie de cette grande dame qui tourna aux côtés de Robert Redford et Clint Eastwood, entre autres. Meryl Streep a été dix-sept fois nominée aux Oscars, loin devant tout le monde, et elle retire par la même occasion le record du plus grand nombre de récompenses détenu jusqu’alors par Katharine Hepburn. Qui a dit qu’il fallait être une bombe sexuelle en puissance à peine majeure pour être la convoitise de tous les réalisateurs et être l’objet d’adulation du public ? Retour sur une femme qui s’est imposée dans le monde du cinéma international à tout points de vue.

Meryl Streep ne se destinait pas à être actrice, ou du moins n’avait jamais imaginé concrétiser ce rêve un jour : Pour elle, il était évident qu’elle finirait cantatrice. Mais c’est contre toute attente dans des études d’art dramatique qu’elle se lance et devient rapidement une élève brillante en qui tous ses professeurs de Yale croient. Meryl commence à se faire un nom dans le milieu en jouant beaucoup au théâtre.

C’est lors de Measure for Measure de William Shakespeare qu’elle rencontre John Cazale (Fredo Corleone dans Le parrainl’homme qui deviendra son compagnon jusqu’à sa mort. A partir de 1976, Meryl s’oriente vers le cinéma et commence à passer des auditions, notamment pour King Kong, mais n’obtiendra son premier rôle que dans Julia, aux côtés de Vanessa Redgrave et Jane Fonda en 1977. Par amour, elle acceptera un second rôle dans Voyage au bout de l’enfer de Michael Cimino pour être auprès de John Cazale qui souffre d’un cancer des os. Il ne verra d’ailleurs pas la sortie du film en septembre 1978.

Dans les années 80 elle est une actrice très populaire mais aussi très appréciée par l’intelligentsia et est très sollicitée, que ce soit par le cinéma commercial ou d’auteur. Ses deux rôles les plus connus sont ceux dans Out of Africa de Sydney Pollack (1985) et Sur la route de Madison (1995) de et avec Clint Eastwood : ils sont certainement les deux meilleurs témoins de la grande retenue mais surtout de l’intensité émotionnelle du jeu de Meryl Streep. Elle y interprète à merveille une femme qui connait un amour contrarié dans le premier et impossible dans le second. Mais Meryl Streep saura également se tailler la part du lion dans des comédies (récompensée pour Le diable s’habille en Prada) et des comédies musicales (Mama mia!).

S’il fallait décrire sa façon de travailler on pourrait parler de son choix d’avoir rédiger ses répliques dans Kramer contre Kramer (1978, de Robert Benton), rôle qui lui valut l’oscar de la meilleure actrice dans un second rôle ; choix qui témoigne peut-être d’une réelle envie de s’investir au plus profond de son rôle – parce qu’on s’approprie mieux un texte écrit par ses soins. On pourrait aussi vanter ses mérites d’actrice et d’imitatrice quand on sait qu’elle est capable de prendre n’importe quel accent du monde pour ses rôles. Ainsi la voici à l’écran avec un accent italien dans Sur la route de Madison ou encore un accent polonais pour Le choix de Sophie, d’Alan J. Pakula (1982). Pour ce rôle elle avait également appris l’allemand et choisi d’effectuer le doublage en version française elle-même, tout en gardant un accent polonais.

La star sera bientôt à l’affiche de The Iron Lady où elle incarnera Margaret Thatcher, Premier ministre britannique dans les années 80 et retrouvera la réalisatrice Phyllida Lloyd qui l’avait dirigée dans Mamma Mia ! Son investissement dans son rôle de Margaret Thatcher est remarquable. Pour comprendre au mieux cette femme, dont elle ne partage pas les opinions politiques, Meryl Streep s’est plongée dans les lectures des carnets de Woodrow Wyatt, étudie les discours de la Dame de Fer « La voix est la part manifeste de l’intériorité d’un personnage. Sans elle, vous n’avez rien. »et s’approprie le rôle dans les moindres détails (comme par exemple le tic des lèvres de la politicienne avant un meeting). Rookie nous en parle :

Qui pour interpréter le rôle de la femme la plus puissante d’Angleterre (après la Reine bien sûr), sinon l’une des plus grandes actrices de sa génération et des suivantes : Meryl Streep ? Dans The Iron Lady, elle incarne Margaret Tatcher à deux époques de sa vie. De son élévation vers le pouvoir jusqu’à l’hiver de sa vie, Meryl Streep, d’abord méconnaissable, reprend les traits de l’illustre Dame de Fer. Le film quant à lui, se déroule agréablement entre vision, flashbacks et actualité, entre douce nostalgie et souvenir douloureux.
Quand le film The Lady, autre biopic de ce début d’annéesombrait dans le portrait d’une femme amoureuse et d’une mère aimante, The Iron Lady ne s’attarde que très peu sur cet aspect de la vie du Premier Ministre anglais, évoquant des enfants délaissés, un mari au second plan. Le film dresse plutôt le portrait d’une femme ambitieuse et convaincu de la force de son destin national. Et bien que l’histoire nous soit raconté à travers les yeux de Tatcher, on n’échappera pas à l’aspect controversé et à la violence de son mandat de premier ministre.
Pour Meryl Streep, c’est une nouvelle fois la consécration. Elle remporte cette année, et pour l’heure, 4 prix d’interprétations et peut-être bientôt… un Oscar de plus ?

Et le petit mot de la fin est sur Twitter…

À propos de Sunsh

Etudiante à plein-temps, brunch-addict, coureuse des montagnes de l'après-midi, fétarde de la nuit et globetrotteuse continuellement.

Publié le 15 février 2012, dans Ciné, Tropes féminins au cinéma, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Que de bonnes réactions !
    Ce qui m’a le plus impressionné c’est le fait de la voir dans Mama mia! alors que je venais juste de finir Out of Africa. C’est là que j’ai vraiment compris ce que c’était une GRANDE actrice. Tel le caméléon elle s’adapte à tout.

    J'aime

  2. Merci mille fois pour ce super article, Meryl Streep est pour moi l’une des meilleures actrices, en plus d’être complètement sublime et hyper charismatique.
    C’est une valeur sûre, dès qu’elle est dans le casting je regarde le film et ne suis jamais déçue !
    J’ai trop hâte d’aller voir son prochain film.
    Bref, super article !

    J'aime

  3. Ah, quel bonheur de voir un article sur Meryl Streep! J’adore cette actrice! J’irai voir « The iron lady » au cinéma dès que possible!
    J’admire son jeu d’actrice, sa justesse, comme dit Lenaïg elle dégage énormément, elle est charismatique, ce n’est pas étonnant qu’elle se soit imposée dans le métier avec un tel talent et une présence pareille!

    J'aime

  4. Super article 🙂 J’ai seulement vu deux films d’elle  » Sur la route de Madison  » et  » Le diable s’habille en Prada  » et je trouve que c’est une excellente actrice. J’aimerais bien voir Out of Africa et Kramer contre Kramer ^^

    En tout cas, The Iron Lady me tente bien

    J'aime

  5. Très bon article!! J’irai voir « The iron lady » à coup sûr et ça m’a donné envie de regarder les autres, des classiques que je n’ai pas encore vus! Je la trouve sublime, elle est très classe et elle dégage tellement…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :