Archives du blog

Lookbook de GB

IMG_4765 copie (Copier)_GFGlory Box se lance à l’assaut de vos placards pour en faire ressortir les plus jolis trésors. Notre premier lookbook est consacré à Héloïse, une de nos lectrices assidues que vous reconnaîtrez surement ! Jeune étudiante en droit, passionnée de philosophie et de littérature, Héloïse n’est pas notre

premier lookbook par hasard. Douée d’un sens aigu du style, sachant toujours très bien associer couleurs et matières, elle jouit également d’un don particulier qui n’est pas donné à tout le monde : l’art du fouillage ! Parce que pour dénicher une merveille sans y laisser un rein, il faut le mériter.

– Comment définis tu ton style ?

Tu me poses une colle, je n’ai pas définition précise de mon style. Il y a cinq ans je t’aurais peut être dis « rock chic » pour faire bien comme dans Biba haha.

IMG_4781 copie (Copier)_GF Lire la suite

The Fuck ?! La tendance mocassins

Bon alors je vais m’efforcer d’être concise : qui serait prête à porter ça ?! Je veux dire, hormis les filles qu’ont des problèmes de dos, ou ma concierge ? Car je ne peux pas rester sans bouger quand je lis des articles dans Elle titrés « Les mocassins : j’en veux une paire« . PARCE QUE NON, JE N’EN VEUX PAS UNE PAIRE, et dussès-je en perdre ma crédibilité fashion je me battrais toute ma vie contre les mocassins, les mocassins sont l’opium du peuple mes amies, les mocassins sont la porte ouverte aux crocs, aux charentaises, pire, Garance Doré vient de crier son amour pour les Bikenstock sur son blog, mais HALTE LA ! Ne voyez vous pas ce qu’il se passe ??? C’est un nouveau signe avant coureur de la fin du monde !!!! On cherche à empoisonner insidieusement notre bon gout, ne vous laissez pas endoctriner, et lisez mes lèvres : MES SOEURS, DITES NON AUX MOCASSINS !!!!!!

Je veux m’habiller pour un rendez-vous

Copyright photo Mallory Pérot, all rights reserved (voir sur Facebook)

Vous lui courrez après depuis des lustres (ou inversement) et là ça y est, les étoiles se sont alignées : prenant vos plannings et vos courages à deux mains, vous avez convenu d’un rendez vous. Et maintenant, devant votre placard, à H-2, les ennuis commencent.

Un verre dans un bar

L’idée du rendez vous amoureux dans un bar, c’est d’être décontractée, chill, relax. C’est aussi d’être mystérieuse, sexy, prête à disparaitre de sa vie aussi vite que vous y êtes apparue. C’est enfin d’être un peu fashion, un peu hype, l’occasion de montrer que vous n’êtes pas complètement à la ramasse niveau mode et que vous êtes une fille moderne, qui vit avec son temps.

Chill, sexy, fashion. Mince alors.

Pas de panique, il y a quelques règles simples à suivre : si vous sortez les hauts talons (cet été les talons sont très hauts, à plateforme, et carrés), calmez le jeu avec la tenue : girly, colorée, des coupes originales, des imprimés rigolos, vous êtes une fille bien dans sa peau et vous ne vous prenez pas au sérieux. En ce moment la grosse folie c’est l’imprimé tapisserie ancienne : Attention si vous le tentez, prenez le dans des couleurs vives, franches, bien contrastées, histoire que l’on ne vous demande pas d’où sort ce magnifique rideau. Et surtout pas de ton sur ton : l’imprimé tapisserie est à matcher avec du sobre et uni (un bel ivoire ou un noir profond) ou un imprimé complètement différent : ici c’est un palmier en pleine tempête que nous avons choisi !

Lire la suite

Revue mode : play it retro !

Copyright photo Mallory Pérot, all rights reserved (voir sur Facebook)

 Pour cette toute première revue mode faite main par la rédaction de Glory Box, Sam, Vaité et Pauline ont accepté de se prêter au jeu et de surtout nous laisser leur plastique de rêve le temps d’une séance photo.

Lire la suite

Monidole : Alexander Mcqueen

Le dernier portrait d’Alexander McQueen, par Steven Klein

Le créateur Alexander McQueen nous a quitté le 11 février 2010 – déja -, mettant fin à ses jours et à mes espoirs de le voir un jour fouler du pied un catwalk après un de ses merveilleux défilés. Je suis d’accord, les deux enjeux ne sont pas comparables, mais quand même : je suis bien triste. McQueen était de ceux capablesde réconcilier n’importe qui avec la haute couture : loin de la prétention des collections pour grand mères liftées, chacune de ses saisons passait comme une exposition mouvante, un tableau de maître fluctuant, car celui qui reçut à 4 reprises le prix du designer britannique de l’année ne dessinait pas des vêtements, mais des oeuvres d’art.

Alexander McQueen est né en 69 (excellent cru comme chacun sait). Fils d’un chauffeur de taxi et d’une prof de sciences sociales, le jeune Lee (de son premier prénom) est le petit dernier d’une fratrie de six enfants, un milieu modeste qui n’augure habituellement pas de fulgurantes carrières dans la mode. Mais à force de faire des robes pour ses soeurs, le démon fashion s’empare de son avenir : il quitte l’école à 16 ans et commence son apprentissage chez des tailleurs et des costumiers de théâtre, à l’origine de sa capacité phénoménale à parfaitement couper des vêtements. Comme on se lasse de tout, même de tailler des costumes à Gorbatchev et au Prince Charles, McQueen rentre à la célèbre Central Saint Martins College of Art and Design. Celui qui n’était alors qu’un tailleur anglais voit son destin basculer.

Lire la suite

De l’importance d’avoir une belle robe

Mariage de notre meilleure amie, soirée de l’ambassadeur Ferrero Rocher, remise de prix, nouvel an ou soirée à thème : autant de raisons pour qu’une fille digne de ce nom ait dans son placard au moins une belle robe.

Je sais ce que vous allez me dire : le gros problème des soirées bien sapées, c’est le prix que l’on va mettre dans une robe que l’on va ne porter qu’une fois. Voilà pourquoi nos chères amies les actrices se font prêter des robes de plus ou moins grandes marques (selon leur notoriété) lors des prestigieuses soirées de gala auxquelles elles sont invitées. Mais c’est sans compter le bonheur d’investir dans une belle robe, une belle robe dans laquelle on se sentira au top, la belle robe qui nous rendra fière, même quand on la regardera pendue dans notre placard. Ca, c’est MA belle robe, j’en ai qu’une c’est vrai, mais elle déchire. On ne la sortira que peu, pour les grandes occasions, on l’accessoirisera différemment au fil du temps et des modes qui passent, elle nous servira de baromètre et sera notre robe « test », celle dans laquelle on rentre quand on est dans notre poids de forme, et puis les années passeront. Les années passeront, on ne la remettra peut être plus mais quel bonheur elle fera lorsque notre fille, puis notre petite fille, la découvriront dans un placard et la garderont jalousement comme la prunelle de leurs yeux. Pour elles, ce sera porter une belle robe, la fierté en plus : « elle appartenait à ma mère / à ma grand mère« .

Mais assez palabré : place au textile.

JE VEUX DU CLASSIQUE

Vous êtes une jeune fille bien sous tout rapport, vous avez un gout résolument classique et n’avez pas peur de porter des cols claudines : il vous faut une robe classique.

JE VEUX DU SEXY

Attention : chez Glory Box on est sexy, mais jamais pute ! Qu’on se le dise ! Lire la suite

Comment s’habiller… comme une étudiante modèle

Vous savez déjà comment être toute belle pour la rentrée, vous savez, également, de quoi vous équipez pour suivre tous vos nouveaux cours, que vous aurez choisi, évidemment, avec soin, (et pas en fonction du beau gosse de la saison) tout ça pour récolter les meilleures notes, ne manque plus, pour être prête pour le grand jour, que vous rentriez à la fac ou au lycée, le parfait uniforme d’étudiante modèle !

Suivant votre profil, vous préfèrerez adopter l’un ou l’autre look que l’on a choisi pour vous, calqués sur celui d’héroïnes du cinéma des années 70. Chaque année on nous fait croire que l’imprimé écossais, le feutre et les pantalons larges très seventies reviennent, autant copier, par conséquent, sur la voisine sur les icônes qui inspirent les créateurs, puis les marques de prêt-à-porter et enfin nous, humbles mortelles.

Les plus classiques d’entre nous aimeront peut-être le look de Jennifer Cavalleri, (Ally McGraw) l’une des protagonistes de Love Story, sorti en 1970 et qui aura sans doute ému aux larmes les mamans des plus vieilles d’entre nous. Si l’histoire, clichée à souhait, a un peu vieilli, la garde-robe très preppy-70’s de Jennifer, une garde robe idéale d’étudiante bien sous tout rapport – qu’elle emprunte des livres à la bibliothèque, travaille après l’école, ou rencontre ses beaux parents… elle, est toujours d’actualité. Être preppy aux Etats-Unis, c’est un peu comme être « bon chic bon genre » ici, c’est plus qu’un attirail, les principaux intéressés en faisant un mode de vie (« summer is a verb! »), mais bon, soyons honnêtes, avant tout, il faut avoir le bon polo!

Lire la suite

Colour Blocking

C’est le printemps, le renouveau, la joie. Et là joie exprimée au niveau vestimentaire se traduit inévitablement par les couleurs. Des couleurs vives et franches! Une envie de couleur qui s’accommodera très bien à la dernière tendance en matière de mode: le colour blocking.

Le colour blocking, c’est l’art d’apporter de la couleur dans ces tenues. Mais pas n’importe quelle couleurs. Des couleurs vives, primaires, secondaires.. C’est un art complexe et périlleux qui nécessitera peut-être une petite leçon.

Niveau 1

Ce premier niveau quasiment infaillible, est le plus simple à maîtriser.  Pour réussir à apporter cette touche de couleur franche à une tenue, il est plus aisé de l’accorder à une tenue unie dans une couleur neutre: noir, blanc, bleu marine, beige. Il peut s’agir d’un blazer, d’une chemise, d’une jupe, d’un pantalon, d’un accessoire ou d’une paire de chaussure.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :