Archives d’Auteur: Anaïs Vendel

Ciné : les 14 incontournables de la rentrée !

Ça y est, c’est la rentrée, on est toutes redevenues sérieuses et absorbées par nos tâches du quotidien. Entre le mari/copain, le ménage, les courses, le boulot/les cours, on ne prend plus le temps de respirer et… STOP !! Et si on se faisait une sortie ciné pour égayer un peu tout ça ? Allez hop, sélection des incontournables de cette fin 2015 !

Dans la série « Quand y en a plus, y en a encore »

L’Homme irrationnel de Woody Allen, sortie le 14 octobre
S’il y a bien un réalisateur qui ne connaît pas la sénilité, c’est Woody Allen, qui revisite ici le mythe hitchcockien du meurtre parfait. Les critiques affirment que ce film n’est pas son meilleur mais on ira le voir juste pour apprécier le duo Joaquin Phoenix – Emma Stone. Et parce qu’à bientôt 80 ans (le 1er décembre), Woody Allen sait encore faire de bons films, drôles et acides !

Lire la suite

Offrez-lui des livres !

Inutile de vous le rappeler, dans quelques jours, c’est la Saint Valentin… Hé oui, cette fête pleine de coeurs et de rose que tous les amoureux célèbrent… ou pas. Cette année, pas question de vous expliquer pourquoi il faut souhaiter la Saint Valentin ou la zapper. Pas question non plus de vous faire une liste non exhaustive des idées de cadeaux gadgets (ou pas) qu’on peut offrir à son mec, Khiera fait ça très bien ! Non, moi, aujourd’hui, je vais vous donner quelques pistes pour offrir des livres à ces messieurs.

Lire la suite

Enfin une adaptation du Magasin des suicides

Le père. 45 ans. Mince, élégant, brun, les cheveux plaqués en arrière, comme un danseur de tango qui vendrait de la mort. Fine moustache, prestance, sourire commerçant. Même si, au plus profond de lui, tout cela le touche infiniment. Au moins, il ne le montre pas, et tient le coup, pour satisfaire les clients.

Avis à celles qui ne connaissent pas la différence entre un dessin animé et un film d’animation : regardez « Le magasin des suicides« , de Patrice Leconte. Adapté du roman de Jean Teulé, ce film était un vrai pari, plutôt bien réussi. Bourré d’humour vraiment noir, il retrace (presque) fidèlement l’histoire initiale. L’histoire ? Dans une ville morose où la seule échappatoire réside dans la pendaison, l’empoisonnement ou la défenestration, le commerce des Tuvache se porte à merveille. Ils vendent depuis plusieurs générations tout le nécessaire pour réussir son suicide. Mais la crise guette. Lucrèce et Mishima, les patrons du magasin, sont les malheureux parents de Marilyn et Vincent. Et quand Lucrèce accouche d’Alan, tout change. Le bambin respire la santé et la bonne humeur, mettant à mal la sinistrose indispensable à la bonne tenue du commerce. Ajoutez à cela une grande sœur adolescente qui tombe amoureuse et le paternel, lui, à deux doigts du suicide, rien ne va plus chez les Tuvache.

La bande annonce

Lire la suite

La cuisine au micro-ondes

Vous voilà de nouveau seule dans votre appartement et à l’heure des repas se pose toujours la même question : qu’est-ce que je vais faire à manger ? Et là, misère, vous découvrez que votre paquet de pâtes est bientôt vide, que vous n’avez plus de riz et le dernier sachet de purée est réservé à demain puisque vous avez invité une amie. Damned, qu’allez-vous manger ? Et si vous vous mettiez aux fourneaux ? Ou plutôt, comme vous êtes étudiante et avec de toute façon à peine la place de vivre sans vous cogner partout dans votre studio, au micro-ondeaux…  Lire la suite

The Fuck ?! La belle au bois dormant

On a toutes rêvé, enfants naïves que nous étions, qu’un jour nous aussi nous rencontrerions notre prince charmant et qu’il nous réveillerait d’un long sommeil, telle une Belle au Bois Dormant moderne… Non ? Ah bon. A Kiev pourtant, cinq femmes assoupies se prennent pour des princesses. C’est à Kiev, me direz-vous… Certes mais quand même ! Encore une ville où le romantisme est de rigueur. Exit les sites de rencontres et les boites de nuit, en Ukraine, le grand amour se trouve dans un musée.
L’artiste qui a visiblement avalé trop de vodka très inspiré porte le doux nom de Taras Polataiko et a eu l’idée d’exposer cinq femmes feignant le sommeil au musée national d’Art de Kiev. Mission pour les visiteurs : les embrasser. Agréable n’est-ce pas ? Sauf que si elles ouvrent les yeux, elles sont obligées d’épouser celui qui leur a fait ouvrir les yeux… Pour éviter les conflits d’intérêts, participants et observateurs de plus de 18 ans et célibataires doivent signer un contrat indiquant qu’ils sont obligés d’épouser la jeune femme si elle ouvre les yeux en réponse à leur baiser. Moyennant la présentation d’un passeport et d’un test de dépistage de l’herpès (quand même !), les visiteurs ont donc jusqu’au 9 septembre pour s’improviser princes charmants.

L’artiste reconnait que le « mariage était un sujet sérieux » mais il ne sait pas encore le succès que remportera son exposition. Les jeunes femmes participantes, toutes majeures et consentantes, croient au prince charmant. L’une d’elle a déclaré au Telegraph: « Si c’est l’homme de ma vie, mon instinct le saura. Si je ne le sens pas, je n’ouvrirai pas les yeux. »

A noter également que la « performance » soutenue par la Fondation pour les arts d’Alberta et l’Université de Lethbridge, au Canada, a été retransmise en live pendant près de trois heures, apparemment sans succès pour les prétendants.

Oldelaf

« Pour bien commencer, ma petite journée, et me réveiller moi j’ai pris un café. Un arabica, noir et bien corsé, j’enfile ma parka, ça y est je peux y aller« . Beaucoup d’amatrices de café se reconnaissent dans ces phrases ? Combien reconnaissent les paroles d’Olivier Delafosse ? Et si je vous dis « Monsieur D »… ? Oui, il s’agit bien de « Oldelaf », le groupe de chanson française humoristique créé en 2000 et dissout pour son dixième anniversaire avec un concert d’adieu à l’Olympia, le 30 janvier 2010.

Retour sur le devant de la scène pour le p’tit gars du Calvados qui signe « Le monde est beau » à la fin de l’année dernière. Un projet solo, accompagné de quatre musiciens. On y retrouve Julien Breton et Alexandre Zapata qui deviennent respectivement les frères Charles et Alain Berthier. Oldelaf s’entoure également de Victor Paillet et de Fabrice Lemoine dans les rôles d’Amaury Cantet, rocker versaillais et de Jacques F., le chouchou d’Oldelaf. Lire la suite

10 conseils contre le stress des exams

Ça y est, l’échéance arrive à grands pas et c’est maintenant que Monsieur Stress a décidé de sortir de sa tanière pour venir troubler votre période d’intenses (si si !) révisions. Mains moites, jambes flageolantes, difficultés à respirer, papillotement de la paupière, trou de mémoire, estomac noué, nausées… ces symptômes, vous les connaissez bien. Et pour cause, c’est le moment du bac et autres examens.

Que vous les enviez, les filles qui arrivent à l’examen complètement détendues et parfaitement prêtes à démarrer l’épreuve, avec une zénitude qui vous énerve. Pour éviter que vous provoquiez un crêpage de chignon en règle, voici deux trois conseils qui pourraient vous être utiles.

1. Réviser intelligemment

La première chose à se demander est : qu’est-ce qui vous stress ? Ne pas être à jour dans les connaissances ? Manquer de matière pour répondre aux questions ? Tomber sur un sujet que vous ne maitrisez pas ?  Stop ! Arrêtez de paniquer et dites-vous que vous n’êtes pas toute seule dans ce cas ! Malgré le plus grand sérieux et la meilleure volonté du monde, il est généralement impossible de tout boucler dans les temps. Alors pas la peine de se lancer dans d’ultimes révisions d’envergure, ni de gémir parce que « Mon Dieuuuuu pourquoi il y a cinquaannnnnnnnnte pages de socio ? Et trente-sept en histoire ?! Je déteste les profs, c’est nul ! ». Plutôt que de passer des heures à gémir, consacrer chaque jour une demi-heure à la lecture des cours anciens et une heure à celle des leçons récentes. Une prise de notes et des petits entraînements pratiques et le tour est joué ! Après quoi, vous aurez l’autorisation d’aller faire les magasins pour vous détendre les neurones.

2. Anticiper et maîtriser

Le stress se définit non seulement comme un état d’esprit mais encore comme le résultat de circonstances déroutantes. Il se manifeste dès lors que se produit un bouleversement dans les habitudes, donc pour un examen : lieux différents, horaires différents, visages différents… Ce serait plus simple de passer son bac dans son lit ! Pour éviter d’arriver la tête enfarinée et de découvrir que vous n’êtes pas au bon lycée, mieux vaut s’informer. Modalités et conditions des écrits ou oraux, attentes du jury, organisation des déplacements, faire la liste des papiers et du matériel nécessaires, récapituler les tâches à accomplir et SURTOUT de tirer bénéfice des erreurs commises aux concours blancs… Votre stylo bleu est tombé en panne sèche et vous n’en aviez pas prévu d’autre ? Prenez-en trois pour assurer le coup ! Vous aviez oublié votre carte d’identité ? Emportez votre passeport et votre carte dans votre sac !

3. Communiquer Lire la suite

Les législatives pour les nuls

Les élections, on commence toutes à en avoir un peu marre. Surtout quand on ne sait pas forcément toujours très bien pourquoi on se déplace. Le premier tour des élections législatives, c’était dimanche dernier. Et si vous ne savez pas vraiment ce pour quoi vous allez retourner voter dimanche, nous vous disons tout.

Concrètement, les législatives, ça sert à quoi ?

Les élections législatives servent à élire les députés, c’est-à-dire les élus qui siègent à l’Assemblée Nationale et qui votent les lois. Élu dans une des 577 circonscriptions pour représenter la Nation, le député vote les lois et le budget et contrôle l’action du Gouvernement. Dans la mesure où toutes les lois sont votées par le Parlement (il vote, chaque année, une centaine de lois et de nombreux amendements), le député peut être un véritable contre-pouvoir. Le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) partage avec le Gouvernement l’initiative des lois : le Gouvernement dépose des projets de loi, les députés et sénateurs des propositions de loi.

On comprend donc mieux la guéguérre que se livrent la droite et la gauche : en cas de majorité absolue (289 sièges), le gouvernement de François Hollande aurait carte blanche pour mettre en place les réformes qu’il a prévu, la majorité votant rarement contre le gouvernement ; plus la droite emporte de voix, plus elle a de la force dans l’opposition et la possibilité de bloquer les lois qui ne lui plaisent pas en votant contre. Sans compter que, même si la décision appartient au seul chef de l’État, tous les Premiers ministres sont nommés en fonction de la majorité qui se dégage à l’Assemblée Nationale à l’issue des élections législatives, rappelant les régimes parlementaires étrangers qui portent systématiquement à la tête du gouvernement le chef de la coalition victorieuse aux élections. En clair, si la droite remportait une majorité de députés aux élections, François Hollande choisirait un Premier Ministre de droite. La conséquence directe serait une cohabitation (on se souvient de Mitterrand et Chirac, Chirac et Jospin… c’était tellement bien). Lire la suite

Shaka Ponk, grand cru musique 2012

Shaka Ponk. Ce nom ne vous dit rien ? Pourtant, vous avez forcément déjà entendu l’une de leurs chansons, qui commencent à tourner sur les radios, sur France 2, dans le générique de bande annonce de la série Antigone 34 (« i’m picky ») ou bien dans une pub Fanta aux alentours de 2003.

Lire la suite

Campagnes électorales : c’était comment, avant ?

Au cas où vous seriez passée à côté, les élections présidentielles, c’est dans moins d’un mois. Comme on a toujours tendance à dire que c’était mieux avant, j’ai décidé de vous rafraîchir la mémoire avec un petit bond dans le temps pour vous ramener aux campagnes présidentielles d’antan. Toute ressemblance avec la réalité n’est pas fortuite.

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing a ancré sa campagne présidentielle sur l'idée de rajeunissement. Photo SIPA/UNIVERSAL PHOTO

  1. Les idées

Le chômage, l’emploi, le pouvoir d’achat ou la santé publique, voilà que ce qui préoccupent les Français de 2012. Est-ce si différent d’il y a trente ans ? Pas tellement. Evidemment, avec De Gaulle, la problématique tient beaucoup à la paix et à l’indépendance de la France mais dès 1974, la crise du pétrole pose une problématique qui a comme un air de déjà-vu : comment va évoluer la situation économique ? Ni une ni deux, François Mitterrand saute sur l’occasion : les socialistes seront unis pour faire face à cette crise. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :