Archives du blog

Quand on n’est plus un enfant…

PMM Photo

Ca commence sans prévenir, c’est sournois. Aucun symptôme, aucun signal d’alarme, telle une chiasse explosive en faisant la queue pour le Space Mountain. On pourra tout essayer, la position « i », les prières au grand Dieu toi, en haut du grand huit, c’est bel et bien fini. Et comme la loi de Murphy du destin veut que la plupart d’entre nous deviennent adultes un jour ou l’autre (sauf les garçons de Jackass, il est vrai), toi aussi tu seras scotchée devant ton écran, une larmichette sur les starting blocks, toi-même tu sais.

L’enfance est sûrement l’époque de la vie la plus idéale et idéalisée. Celle des goûters avec du Nesquik devant « Dragon Ball Z », les combats de pogs avec les copains, les bons points qu’on ne recevait jamais, des promenades avec mamie et papi : bref, autant de synonymes pour le bonheur. Celle d’une époque où le plus grand de nos soucis était de savoir quand est-ce que Tom d’ « Olive et Tom » marquera enfin ce foutu but qu’on nous montre en ralenti depuis 5 épisodes. Celle où l’argent n’était qu’une chose abstraite qu’on pouvait copier à l’infini grâce aux chèques (c’est ce que petite Greta pensait vraiment), le travail au pire l’affaire de papa, mais pas la sienne. Ou si, quand on nous demandait ce qu’on veut devenir plus tard, footballeur, danseuse étoile, chanteuse, pompier, médecin… Lire la suite

Greta vs l’honnêteté : qui gagne ?

Etre honnête, ça sert à rien et ça pue du cul. Voilà. Ca pue du cul, et ce, même avec tous les Febreze et déodorants Scholl du monde.

Je vous rassure tout de suite, comme beaucoup d’entre nous, j’ai été élevée par une mère qui m’a inculqué la politesse très vite. Ayant été par le passé une fille bien trop sage, que les profs et les parents adoraient, je faisais preuve de la politesse la plus exagérée, celle qui m’interdisait de dire ce que je pensais, que j’emmerdais en vrai pas mal de mes profs et que les compliments rouillés me couraient sur le Géant Vert. Je me suis mise alors à l’édulcorer ma politesse, à laisser place à l’honnêteté, la mentalité de mon pays d’adoption l’Allemagne ne facilitant pas les choses : en effet, les Allemands sont connus pour être directs et francs.

Je commençais donc à ne plus rien cacher, à ne plus garder mes propos pour moi, en bref, du putassier pur et dur. Être honnête, c’est assez facile en soi, il suffit d’ouvrir ses sept portes du chakra, avoir un peu de confiance, enlever le string, ou tout bêtement de laisser son cœur parler. Respirez un bon coup et criez fort (enfin, pas trop, pas que le voisin entende, pas envie de porter la responsabilité d’une guerre de voisins, je ne m’appelle pas Julien Courbet tout de même) : « Non, ton gamin n’est pas mignon avec sa couche constamment pleine, s’il mesurait pas 70 cm on dirait qu’il à 65 ans », « Ta robe te fait plus ressembler à Sim qu’à Sandra Bullock », « Oui je t’ai trompé et alors ? Lui au moins, il m’a offert des Schokobons ». Ca fait du bien, non ?

Lire la suite

Les voyages en train

Chaque fois c’est la même chose, et n’ai pas envie que ça change. Comme si j’étais au cinéma, ou dans un parc, je m’assois et j’attends. Je savoure ce moment d’attente, cette fissure spatio-temporelle, celle où je ne suis plus actrice, mais seulement spectatrice. Et le spectacle n’est jamais le même, le programme change tous les jours et me surprend et m’émeut.

La locomotive peut partir.

En fond sonore : « Le Corail intercités en destination de Paris Saint Lazare partira dans quelques instants… »

Il fut un temps où les gares et les trains faisaient parti de mon quotidien, au même titre que la fac et ma chambre. A force de les avoir côtoyées, elles étaient presque devenues ma deuxième maison, où se trouvait ma place attitrée, où j’attendais d’arriver soit à la fac, soit chez moi, et au bout du chemin, une grande tristesse, ou des perspectives plus réjouissantes, qui me feront retrouver le sourire.

Parfois, je ne fermais pas les yeux. Et j’observais… Lire la suite

Pourquoi les jeux de société sont respectables

L’homme de l’année 2009 était le geek. De Big Bang Theory, le remake de Star Trek, des Wayfarer en lunettes de vue, en passant par les Keynotes d’Apple qui sont devenus de tels événements mondiaux que les quotidiens n’hésitent plus à consacrer des paragraphes au moindre mouvement de sourcil de Steve Jobs, le geek occupait une place de choix cette année dans les médias et la culture. Mais pas n’importe quel geek : le geek bien sappé, stylé, devenu boyfriend material depuis sa traversée du désert en 1983.

Quelles sont les activités du geek en dehors d’heures perdues sur xkcd et 4chan à la recherche de «meme» et autres moments de lol bien gras, lui qui aime le divertissement, mais aussi se servir de sa tête ? Il joue bien sûr. Mais comme on parle du geek évolué, le geek 4.0 qui a développé des -sinon des talents, au moins des compétences en matières de relation sociale, il a laissé tombé son écran et son perso de World Of Warcraft et réunit ses amis geek pour jouer au truc que vous croyez encore ringard, jusqu’à ce que Glory box vous persuade du contraire… les jeux de société.

Oui oui, cette pratique auquel vous adoriez vous adonner entre 24 mois et 8 ans et demi, jusqu’à ce que vous découvriez que papoter avec les copines c’est plus marrant. Mais, comme le dit la désormais célèbre maxime, les jeux c’est pourtant du plaisir de 7 à 77 ans. J’ai toujours aimé cette distinction arbitraire : attention hein! au premier jour de ta 79ème année c’est juste interdit de jouer aux jeux de société ! Il te reste plein d’activité de vrai papy comme regarder tes timbres par contre. Parce qu’au contraire, ce serait aller vite en besogne que d’assumer que tous les jeux de société sont au mieux chiants, au pire nuls.

Lire la suite

Pourquoi les gentils garçons vont gagner ?

Plus vieille que la querelle Ben & Jerry’s contre Haagen Daaz, plus authentique que celle des Beatles vs Rolling Stones et plus  cruciale que la question Chuck ou Nate, on a toutes eu affaire à un moment dans nos vies à ce doute insoutenable : gentil garçon ou bad boy? Références à l’appui, il est temps de résoudre cette question de première ordre en le disant une fois pour toutes : les gentils garçons vont gagner.

Gentil garçon corp.

Un gentil garçon? On a tôt fait de cataloguer le gentil garçon comme un individu de sexe mâle caractérisé par la spécialité suivante : le sujet choisirait d’exceller dans une discipline de choix, celle de l’inertie amoureuse. Il a toujours le chic pour s’embourber de son propre chef et ad vitam aeternam s’il vous plaît (du moins tel qu’on le comprend à la lecture de son journal intime) dans la zone « je préfère qu’on reste amis » même s’il lui arrive aussi parfois de jouer le rôle dit « du bouche trou de service » : partenaire de shopping, de ciné y compris pour les pires comédies romantiques, il ne vous causera point d’ennui, pour peu qu’on consente à lui claquer la seule et unique bise qu’il aura du mois. Certains médisants au contraire voient le gentil garçon comme un fieffé opportuniste : un peu facile à leur goût d’être toujours là au bon moment avec des cookies sous le bras pour consoler la jeune fille déprimée par un einième coup de pute de ce connard inutile de bad boy.

Lire la suite

Pourquoi, finalement, c’était pas mieux avant

Le savoir populaire ne ment jamais : il est impoli de demander son âge à une femme, on vous l’a dit, répété, et d’ailleurs, d’ici quelques printemps, vous ressentirez sincèrement pourquoi on vous a bassiné avec une convention sociale bien hypocrite de plus. Un peu comme si on aimait pas trop trop voir le temps passer, les bougies s’accumuler sur le gâteau, et pourtant, y’à des périodes dans la vie qu’on revivrait pas forcément avec plaisir, même si on a tendance à idéaliser le passé. Premier cas d’école qu’on étudiera aujourd’hui : l’adolescence, pour ou contre ?

Pouvoir d’achat VS argent de poche

Tremble carcasse, on parle même finances sur Glory-box. Quelle est la différence majeure entre une jeune fille de 15 ans et une jeune fille de l’âge canonique de 20 ans ? Sa fraîche majorité ? Son nombre de paire de chaussures ? Sa résistance à l’alcool ? Que nenni, j’ai encore plus pragmatique : son compte en banque. Déjà, différence notable : il existe (nous sommes formels, 56% des jeunes filles de 15 ans sont dépourvues de cet indispensable outil à l’intégration sociale : le compte bancaire), seconde différence notable : il lui arrive même d’être créditeur !

Quand vous accumuliez baby sitting sur baby sitting ou faisiez la technique dite « des petits yeux mouillés » pour payer un ciné/macdo à 14 piges avec les copines, à 20 ans, vous réalisez qu’il ne vous faut plus un plan d’épargne quinquennal pour la moindre sortie shopping. Plusieurs raisons : vous vous êtes fait augmenté après avoir travaillé à la sueur de votre front, vous faites un autre job qui paye mieux, dans le pire des cas, vous avez sacrifié quelques étés à travailler.

Lire la suite

Pourquoi vous ne ferez pas de régime cet été

Il y a deux catégories de filles au régime : celles qui le sont officiellement, le petit copain, la famille, les amies sont au courant, on essaye de pas la tenter, et, de son côté, elle essaye d’honorer la promesse qu’elle s’est faite. Et puis, surtout, il y a toutes celles qui sont au régime de manière officieuse, chaque dimanche soir, elles reprennent -en urgence, à bout de nerf en enfournant un dernier schokobon, leur bonne résolution de manger uniquement du concombre et des endives jusqu’à atteindre leur poids rêvé, et tant qu’à faire avant une date butoire au degré d’arbitraire relatif : son anniversaire, le départ en vacances, la fête de machinchose.

Hollywood, les macarons et moi.

Bienvenue au 21ème siècle, l’époque où avoir 3 kilos en trop est plus grave – j’exagère presque, que d’avoir un cancer ! L’humain est paradoxal : on n’a jamais été mieux informée sur quoi manger pour éviter une mort prématuré, le teint brouillé, des cheveux ternes, et pourtant, il semblerait que l’humanité connaisse au même moment une épidémie d’obésité, mais surtout… se trouve la victime d’une psychose générale : ceux qui échappent à la malédiction du bourrelet en trop n’ont qu’une peur : tomber de l’autre côté, celui de la force obscure de la cuisse trop lourde ou du tour de taille pas réglementaire.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :