Archives de Catégorie: Vis ma vie

10 destinations low cost pour cet été

Alors que l’hiver hésite à pointer le bout de son nez – viendra ? Viendra pas ? – et que certaines ont encore les skis aux pieds, la tête est déjà au soleil et aux vacances d’été. La chaleur, les rayons du soleil sur notre peau, les coups de soleil, les tenues légères et les cocktails sirotés en terrasse… ah, on s’y voit déjà ! Oui, mais voilà, on n’a pas toutes envie de casser notre tirelire et d’utiliser nos plus ou moins maigres économies pour s’offrir une semaine de vacances au soleil au milieu de milliers d’autres touristes. Alors, plutôt que de partir pleurer sous la couverture devant une série avec une tisane au miel, voici quelques idées de voyages accessibles pour cet été. Autant être honnête tout de suite, vous pouvez oublier la côte d’Azur et ses plages bondées mais d’autres destinations vous assureront de passer de bons moments à moindre coût ! Vols et hébergement ne sont pas les seuls critères à entrer en compte : l’idée, c’est aussi de pouvoir en profiter et de se faire plaisir sans devoir manger de l’eau jusqu’aux fêtes de Noël.

Lire la suite

J’irai dormir chez vous à Monaco

Aujourd’hui, c’est au tour de Sandra50 de nous faire découvrir sa ville d’adoption qui n’est autre que le deuxième plus petit État indépendant du monde : Monaco !

Brièvement, comme décrirais-tu Monaco ?
Monaco est à mes yeux comme un petit paradis sur la Côte d’Azur ! Une petite enclave de 2km2 multiculturelle et très dynamique. Je suis arrivée ici il y a trois ans pour finir mon cursus universitaire et j’ai tout de suite adoré sa douceur de vie ! Monaco est bordé de trois communes françaises mais il y a une vraie identité monégasque, la Principauté à son propre gouvernement, l’éducation se fait principalement en anglais mais la plupart des personnes parlent également parfaitement le français et l’italien (oui ça crée des complexes !) mais ils ont également leur propre dialecte, le monégasque, qui est un mélange d’italien et de français, mais qui est cependant très peu utilisé. Il y a toujours quelque chose à faire à Monaco avec les nombreux évènements tout au long de l’année, mais la période la plus cool est quand même en été de fin mai à fin septembre où, véritablement, la ville ne dort pas ! En Principauté il y a énormément d’expatriés (notamment grâce au système fiscal monégasque ….) ça crée une super ambiance, les gens sont très ouverts et très sociables, le cadre et le climat jouent beaucoup aussi, on a l’impression d’être en vacances toute l’année ! Si je devais résumer la vie ici je dirais que c’est la bella vita !

Lire la suite

Les livres qui m’ont fait du bien

Aujourd’hui, une GB nous livre un témoignage poignant sur la façon dont certains livres lui ont apporté le soutien dont elle avait besoin et les réponses aux questions qu’elle se posait alors qu’elle traversait des moments éprouvants et difficiles de sa vie. 

Au cours de mon adolescence, les choses n’ont pas été forcément simples. Quelque part, un peu comme tout le monde, mais l’un des soucis qui m’a le plus perturbée a bien failli me faire plonger au fond du trou. J’avais du mal à trouver du soutien auprès de ceux qui m’entouraient. Ce sont finalement des livres qui me l’ont apporté, au fur et à mesure des années, au fur et à mesure des évènements de ma courte vie. Ils m’ont aidée à mieux comprendre le monde qui m’entourait, à traverser des moments plus ou moins difficiles et à prendre des décisions importantes pour ma vie. Je voudrais aujourd’hui partager cette expérience avec vous.

Pour les citer, il s’agit principalement de Au cœur des émotions de l’enfant d’Isabelle Filliozat (il a été le premier !) et de Parents Toxiques de Susan Forward. D’autres livres, plus « philosophiques », m’ont aussi redonné force et courage. Je pense à L’Alchimiste de Paulo Coelho et à Sur le bord de la rivière Piedra je me suis assise et j’ai pleuré, du même auteur. Deux œuvres qui m’ont sincèrement touchée et qui m’ont appris à suivre mon instinct et à ne plus chercher à devenir une autre personne. Ces quatre livres m’ont permis d’évoluer, notamment à travers un certain nombre d’évènements récents de ma vie.

Retournons quelques années en arrière…

Lire la suite

Reprendre ses études après 30 ans

En ce mois de janvier 2016, la rédaction de Glory Box a choisi de démarrer l’année sur un thème positif s’il en est : repartir du bon pied. Voici donc le témoignage de Leila, qui après avoir travaillé pendant plusieurs années, a décidé de changer de vie et de reprendre ses études.

Je m’appelle Leila, j’ai 32 ans, célibataire, 1 enfant et je suis … Etudiante !

Bon, non, en vrai je suis salariée mais je ne travaille plus. J’ai entamé il y a quelques mois une formation de secrétaire médicale.

Pourquoi reprendre des études ? 

J’ai arrêté l’école très tôt, je n’ai même pas le Bac. Ça a toujours été un complexe pour moi, même si j’ai réussi à évoluer sans, je reste persuadée que c’est un bagage en plus. Et comme je souhaite changer de carrière pro, je n’avais pas d’autre solution. Lire la suite

Vis ma vie d’Auxiliaire Spécialisée Vétérinaire avec Cerise

Sur GB, et notamment sur le topic de celles qui bossent, nous parlons beaucoup de nos métiers sans toujours vraiment savoir en quoi consiste celui des autres GB. Pour le retour des articles « vis ma vie de GB » nous avons choisis de proposer à Cerise, l’amie des bêtes, de nous parler de son métier d’ASV, comprendre : Auxiliaire spécialisée vétérinaire.

Tout d’abord, parles-nous de ton cursus 

Après un BAC Scientifique, je suis partie en Fac de bio et j’ai fait une licence en Physiologie Animale et Neurosciences. Au cours de ma 3eme année de licence, j’ai commencé à chercher un vétérinaire pour me prendre en formation en alternance pour la rentrée suivante. C’est finalement bien plus rapidement que prévu que j’ai trouvé un patron qui voulait que je commence la formation (et donc à bosser pour lui)  dès le mois d’avril. J’ai donc fini ma licence à distance et ai commencé la formation d’Auxiliaire Spécialisée Vétérinaire dans une clinique en alternance avec le GIPSA (l’école qui délivre le diplôme d’Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire.)

Lire la suite

Carte postale estivale # 3: Amorgos

Kalimera !

Je vous épargne les habituels: » il fait beau », » la mer est bonne » et « je mange beaucoup de glace » que l’on trouve sur les cartes postales régulièrement. Cet été je suis partie en Grèce et plus précisément à Amorgos, l’une des îles sur lesquelles j’ai posé mon sac-à-dos quelques jours.

IMG_5477

Amorgos est située dans l’archipel des Cyclades. Elle est l’une des îles les plus à l’est du pays, proche des îles turques. On y accède en six heures de ferry, chaotiques parfois, mais récompensées dès que l’on pose le pied sur le quai du port de Katapola ! C’est une île traversée de tout son long par une chaîne de montagnes qui culmine à un peu plus de 800 mètres d’altitude – le Mont Krikelos. On y vient si on cherche la tranquilité, la nature, les longues marches pédestres et pour les fans de Luc Besson et notamment du Grand Bleu. En effet, c’est sur cette île qu’une partie du film a été tournée en 1988.

Avec ses huit mois d’été, il fait bon vivre sur l’île et les habitants (près de 1800) y sont très chaleureux (comme dans toute la Grèce d’ailleurs…) ! Lire la suite

Carte postale été 2015 #2 : Prague

Ah Prague, ville aux cent clochers, cité romantique, « capitale magique de l’Europe » d’après André Breton, ville magique, culturelle… Oui Prague, c’est tout ça. Avec 5 à 7 millions de touristes. Et quand on est au milieu, on se rend compte de ce que c’est que 5 à 7 millions de touristes. Au même endroit. Mais après avoir pris le temps de prendre le pouls de la ville, on apprend vraiment à apprécier la Prague changeante, à la fois moderne et ancienne mais toujours si belle. Lire la suite

Carte postale été 2015 #1 : La côte de Granit Rose !

Au mois d’août, les comités aussi partent en vacances, mais ils ne vous oublient pas ! Chaque semaine, vous recevrez une carte postale d’une de nos rédactrices ou animatrices, depuis son lieu de vacances. Histoire de vous donner encore un petit goût de dépaysement, pour celles qui sont déjà rentrées, et pourquoi pas, des idées de destinations pour celles qui ne sont pas encore parties.

Cette semaine, c’est une carte postale qui vous arrive de Bretagne. Et non, elle ne vient pas de Stormy (qui est un peu en vacances toute l’année, n’est-ce-pas) !

La Côte de Granit Rose, dans les Côtes d’Armor, la partie nord de la Bretagne, c’est mon petit paradis. Chaque année, j’y passe au moins une partie de mes vacances d’été et ce depuis mes premiers mois. Je ne me lasse pas des couleurs changeantes de la mer et des rochers, des formes incroyables de ceux-ci, de l’atmosphère qui se dégage de ces petites villes balnéaires. Ce n’est pas pour rien si de nombreux peintres, dont Maurice Denis et Mathurin Méheut, sont tombés sous le charme au début du XXème siècle.

vue

Lire la suite

J’irai dormir chez vous : Le Havre !

On continue notre Tour de France des GB, avec Greta, qui nous parle aujourd’hui du Havre. Ça tombe bien, le Tour de France des coureurs cyclistes y a fait halte il y a quelques jours à peine. Mais promis, on ne parle pas (beaucoup) de vélo dans cet article.

– Brièvement, comme décrirais-tu Le Havre ?

Une ville singulière – vraiment. Aucune autre ville de France ne ressemble au Havre : ville très jeune fondée en 1517, elle n’a raison d’être que par son port. Et ce qui a été son atout majeur est ce qui a signé son arrêt de mort en une nuit de 1944, au cours de laquelle la ville a été détruite à quasi 100%. Pour être reconstruite par un architecte plein d’audace, Auguste Perret, très longtemps décrié puis finalement encensé par la critique, et finalement par l’UNESCO. On est donc passé de ville moche et triste à « the place to be ». Plein de paradoxes qui font du Havre ce qu’il est – une ville singulière, je vous le dis !

Immeuble de logement construit par Auguste Perret lors de la reconstruction du Havre

Immeuble de logement construit par Auguste Perret lors de la reconstruction du Havre

Lire la suite

Une année Erasmus à Venise

Chudesa fait ses études à Venise. Eh oui, il y a aussi des gens qui habitent la Cité des Doges, dont les ruelles sont arpentées par des flots de touristes. Chudesa nous raconte son quotidien et sa vie étudiante dans la ville des amoureux. 

J’ai vu Venise pour la première fois il y a quatre ans, et elle ne m’avait pas tant plu que ça. Pourtant, quand j’ai su que mon université allait signer un partenariat avec l’Université Ca’ Foscari, j’ai sauté sur l’occasion. D’abord parce que c’est une université réputée au niveau des langues, ensuite parce que j’avais envie de laisser une deuxième chance à la ville qui a tant fasciné et fascine encore.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :