Archives de Catégorie: Ciné

Ciné : les 14 incontournables de la rentrée !

Ça y est, c’est la rentrée, on est toutes redevenues sérieuses et absorbées par nos tâches du quotidien. Entre le mari/copain, le ménage, les courses, le boulot/les cours, on ne prend plus le temps de respirer et… STOP !! Et si on se faisait une sortie ciné pour égayer un peu tout ça ? Allez hop, sélection des incontournables de cette fin 2015 !

Dans la série « Quand y en a plus, y en a encore »

L’Homme irrationnel de Woody Allen, sortie le 14 octobre
S’il y a bien un réalisateur qui ne connaît pas la sénilité, c’est Woody Allen, qui revisite ici le mythe hitchcockien du meurtre parfait. Les critiques affirment que ce film n’est pas son meilleur mais on ira le voir juste pour apprécier le duo Joaquin Phoenix – Emma Stone. Et parce qu’à bientôt 80 ans (le 1er décembre), Woody Allen sait encore faire de bons films, drôles et acides !

Lire la suite

Musique : Searching for Sugar Man

C’est l’histoire d’un chanteur qui n’a jamais percé dans son pays et qui ne savait pas qu’il était une star dans un autre. L’histoire d’un chanteur qui, sans le savoir, a contribué à la libération des mœurs dans un autre pays que le sien. L’histoire d’un homme simple, modeste, intègre, qui s’est résigné face à l’échec de sa carrière de musicien, sans savoir qu’il était adulé par des millions de gens. Jusqu’au jour où, trente ans plus tard, le destin a frappé à sa porte (ou a plutôt appelé au téléphone en pleine nuit).

rodriguez1

Lire la suite

Citizenfour, l’agent qui dénonçait la NSA

En janvier 2013, la réalisatrice de documentaires américaine Laura Poitras est contactée par messages cryptés par un mystérieux personnage répondant au pseudo de Citizenfour : il a en sa possession de nombreux documents secrets sur la base desquels il veut révéler un scandale national sur les pratiques de la NSA (National Security Agency). La réalisatrice est déjà en train de travailler sur les programmes de surveillance de masse dans les Etats-Unis post-11 Septembre et sur les lanceurs d’alerte. Sujet hautement sensible ; elle se sait d’ailleurs sur « la liste » des services secrets. Devant l’ampleur de la tâche que représente l’analyse de milliers de documents classifiés, Citizenfour lui conseille de se faire aider par Glenn Greenwald, un journaliste blogueur américain qui défend également les lanceurs d’alerte.

affiche-citizenfour

Lire la suite

J’ai testé pour vous : Une visite aux studios Cinecittà

Vous avez prévu un voyage à Rome et vous avez envie d’une visite un peu insolite ? Qui change des bouts d’aqueduc et des ruines de forum et de théâtres antiques, des églises et des musées (quoi que…) ? Bienvenue aux studios Cinecittà !

L’accès se fait très facilement par le métro depuis le centre ville de Rome. La visite complète (exposition + visite guidée des décors extérieurs) coûte 20€ (15€ pour les djeuns de moins de 26 ans). Elle permet de comprendre Cinecittà, ce qu’a été et ce qu’est encore son rayonnement dans le monde du cinéma, et de se balader, par petits groupes, au milieu des décors extérieurs de séries et films mythiques d’antan et d’aujourd’hui.

DSCN6423_cinecitta

Lire la suite

Gatsby le magnifique : la critique

C’est peu dire que j’attendais cette nouvelle adaptation de Gatsby le magnifique, l’un de mes livres fétiches, le roman qui, comme à tant d’autres lecteurs me fit connaître Fitzgerald, éminent représentant de la Lost Generation, et son goût pour le désespoir, le luxe et la vie lorsqu’elle se disloque.

Au programme : le mystérieux Gatsby et sa fuite sans égale dans l’espoir et le rêve. Les années 20 : flappers et robe de charleston à perte de vue. Le fantastiquement réservé Nick Carraway. Les zones morales grises. N’en jetez plus ! Et puis, qui mieux que Leo Di Caprio et Carrey Mulligan pour succéder à Mia Farrow et au magnanime Robert Redford dans les rôles titres de la dernière adaptation cinématographique de l’oeuvre, celle des années 70 ? Réalisateur : Baz Lurhmann. C’est là que le projet se gâte.

Si très jeune adolescente, au maximum de ma sensibilité j’avais frémis devant Claire Danes et Léonardo Di Caprio interprétant des Romeo et Juliette torturés et incandescents, été indubitablement épatée par l’ambiance violente de cette Vérone imaginaire aux airs de Caraïbes combustible, je m’étais trouvée, un peu plus âgée, fermement embarrassée devant la débâcle de paillettes, grimaces et outrances rassemblés dans Moulin Rouge. Comme Baz Lurhmann, décidément, a du mal à ne pas en faire trop, cette nouvelle adaptation de Gatsby était annoncée pour sortir sur nos écrans dans cette surenchère cinématographique qu’est la 3D : prouesse dont je ne suis pas certaine de saisir toute la portée. Call me grannie.

Lire la suite

Obsidian Kiss, un vrai faux James Bond par TIG Studio !

Je me permets de partager avec vous la dernière vidéo du studio de créa TIG Studio, jeune bureau de production audiovisuelle blindé de créatifs prometteurs.

Obsidian Kiss, c’est un vrai faux générique de James Bond imaginé par deux membres de TIG pour les 50 ans de 007, fans absolus de la saga.

Il faut savoir que les génériques mythiques des films de la saga sont toujours calibrés avec le même cahier des charges : TIG l’a suivi à la lettre. Mais ces fous furieux ont aussi écrit le scénario du potentiel film, produit de toute pièce le graphisme et le motion design, écrit et composé la chanson du générique – disponible sur Deezer et interprété par la chanteuse de jazz Mathilde… Du travail d’orfèvre !

Trève de bla bla, place au cinéma : voici le générique d’Obsidian Kiss, un James Bond français, et fait maison, s’il vous plait !

Zero Dark Thirty : docu ou fiction ?

Zero Dark Thirty. Probablement l’un des films les plus attendus. Les plus redoutés aussi. Deux heures et demies de film sur dix ans de traque de l’ennemi numéro 1 des Etats-Unis. Un portrait d’une Amérique en guerre contre un fantôme. Que faut-il retenir de ce film de Kathryn Bigelow ? Faut-il le considérer comme un documentaire ou une fiction ?

Lire la suite

Après Mai : la critique

On a du mal à croire que Olivier Assayas a déjà 57 ans. Et pour cause : il traîne sa mine d’éternel adolescent de festival de cinéma en projection de ciné-club, colle une bande son toujours pointue et rock à chacun de ses films, et cet hiver, à nouveau, nous parle dans son dernier long métrage, Après Mai, de ses thèmes favoris – renouant pour l’occasion avec le fil conducteur du début de sa filmographie : la jeunesse, l’éveil et l’urgence de vivre.

Lire la suite

Enfin une adaptation du Magasin des suicides

Le père. 45 ans. Mince, élégant, brun, les cheveux plaqués en arrière, comme un danseur de tango qui vendrait de la mort. Fine moustache, prestance, sourire commerçant. Même si, au plus profond de lui, tout cela le touche infiniment. Au moins, il ne le montre pas, et tient le coup, pour satisfaire les clients.

Avis à celles qui ne connaissent pas la différence entre un dessin animé et un film d’animation : regardez « Le magasin des suicides« , de Patrice Leconte. Adapté du roman de Jean Teulé, ce film était un vrai pari, plutôt bien réussi. Bourré d’humour vraiment noir, il retrace (presque) fidèlement l’histoire initiale. L’histoire ? Dans une ville morose où la seule échappatoire réside dans la pendaison, l’empoisonnement ou la défenestration, le commerce des Tuvache se porte à merveille. Ils vendent depuis plusieurs générations tout le nécessaire pour réussir son suicide. Mais la crise guette. Lucrèce et Mishima, les patrons du magasin, sont les malheureux parents de Marilyn et Vincent. Et quand Lucrèce accouche d’Alan, tout change. Le bambin respire la santé et la bonne humeur, mettant à mal la sinistrose indispensable à la bonne tenue du commerce. Ajoutez à cela une grande sœur adolescente qui tombe amoureuse et le paternel, lui, à deux doigts du suicide, rien ne va plus chez les Tuvache.

La bande annonce

Lire la suite

Helium contre les remakes : le cas Verhoeven – massacre au bistouri

On vous le dit, on vous le re-dit, on vous le répète, mais enfin, vous n’écoutez pas ou quoi ? A Hollywood, on n’a plus d’idée.

Fini, c’est fini, on sait plus quoi faire. Suites, remakes, préquels, suites de préquels, n’importe quoi, tout le temps, plus rien à foutre, c’est bientôt la fin du monde. Au point que les critiques ont laissé tombé, z’ont plus rien à se mettre sous la dent. Allez, Lincoln contre les vampires, c’est un bon film « décomplexé ». Les Dark Night, allez hop, chefs d’œuvres, direct. Bin voyons. Quant aux antiquités de Paul Verhoeven ? Bah on va les refaire. Les originaux ont vieilli. Si si, je te jure. On est jamais assez cynique, hein.

Total Recall bis est donc sorti, avec Collin Farell et vous savez quoi ? C’est une merde ! Un des films les plus cons de l’année selon Ecran Large ! Ca alors ! Pas de problème, bientôt pour compléter ce tableau de chasse on assistera à la ressortie de Robocop, dont le scénario cru 2012 (lisez deux mille bouses) fait déjà frémir d’horreur ceux qui ont eu la malchance de l’avoir sous les yeux. Robocop chez Al Quaeda, il paraît. Putain, les fumiers. Starship Troopers ? 1997 ??? Si si. Apparemment « moins drôle, moins violent et moins politique ». Putain, les fumiers. Excusez les gros mots, c’est pas mon habitude. Pour m’exprimer plus correctement, disons que j’invite cordialement les initiateurs de ces ignominies à pratiquer le sexe anal avec leur maman. Explication.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :