Archives Mensuelles: avril 2013

J’irai dormir chez vous : Lyon !

Après la Corse, Toulouse, Metz et Brest, GB reprend le train et s’arrête en pleine Gaule romaine pour faire visiter la ville des Gones : Lyon. Entre culture, patrimoine, gastronomie et histoire, Lyon est une ville aux mille facettes. Départ imminent.

Lire la suite

La revue du web n°18

Oyé, oyé, pour terminer en douceur ce ptit week end de trois jours, sillonnons ensemble et de bon coeur les Internets. Au programme de notre 18ème revue du web : une petite sélection de tumblr comme il faut, un bilan absolument nécessaire sur Instagram et de l’amouuur parce que c’est le PRINTEMPS, ça y’est !

Les tumblr sur lesquels il fait bon traîner en ce moment (je décline toute responsabilité quant à la procrastination qui s’en suivra, bon et après tout vous avez déjà perdu une heure ce week end avec le passage à l’heure d’été vous êtes plus à ça près..) : celui qui compile, pour son 125ème anniversaire, des photos du National Geographic. Parfois tu sens la merde Internet, mais tu vois, dans ces moments, je me souviens pourquoi toi et moi c’est amour-toujours-sans-divorce.

Lire la suite

The battle we didn’t choose

The first time I saw Jennifer I knew. I knew she was the one. I knew, just like my dad when he sang to his sisters in the winter of 1951 after meeting my mom for the first time, “I found her.”

Voilà ce qu’écrit Angelo Merendino quand il parle de son amour pour sa femme, Jen. Ils sont jeunes, forment un couple heureux qui semble avoir la vie devant eux pour accomplir tous les projets qui leur tiennent à coeur. Et puis un jour, un cancer du sein est diagnostiqué chez Jen, pathologie qui touchera également 10% des femmes en France.

Angelino Merendino

Angelo est photographe. Pour humaniser le cancer, rendre réel, matériel et vivant cette bête qui tue chaque jour dans le monde, il prend des photographies de son quotidien et celui de sa femme et les publie sur The Battle we didn’t choose. Ses clichés montrent la présence soutien des proches, plus importante que jamais, mais aussi l’amour qu’il a pour sa femme, le soutien qu’il lui apporte chaque jour. Au-delà des clichés très esthétiques on peut voir le véritable amour qu’Angelo porte à sa femme. Mes photographies montrent ce quotidien. Elles humanisent le visage du cancer, sur le visage de ma femme. Elles montrent les épreuves, la difficulté, la peur, la tristesse et la solitude que nous vivons, que Jennifer vivait, alors qu’elle luttait contre cette maladie. Plus important que tout, elles montrent notre amour. Ces photographies ne nous définissent pas, mais elles sont nous.

Pourtant ce n’est pas seulement pour eux deux que le photographe prend cette initiative:  Le cancer est dans l’actualité de tous les jours et, peut-être, à travers ces photographies, que la prochaine fois qu’on demandera à un malade du cancer comment il ou elle va, on lui offrira en plus d’une écoute une réponse avec un peu plus de connaissance, d’empathie, une meilleure compréhension, une attention sincère et un véritable intérêt.

Photo d’Angelo Merendino

Angelino Merendino

Simples photo-témoignages ou bien plus que ça ?

%d blogueurs aiment cette page :