Archives Mensuelles: juillet 2008

Robyn, la tornade suédoise

Si vous dites « Robyn » en France, on va vous répondre « Qui ? Robin des Bois ? ». Si vous le dites en Angleterre, aux Etats Unis ou aux Pays Bas, vous entendrez que cette fille est la fille la plus cool de la terre.

De son vrai nom Robin Miriam Carlsson, cette petite blondinette survoltée de 29 ans passe les premières années de sa vie baladée sur les tournées de ses parents théâtreux. Elle rentre en école de musique, enregistre timidement des génériques d’émissions de télé et participe à des concours de chant. Elle est découverte par Meja, le leader du groupe Legacy Of Sound, qui, alors qu’il visite son école de musique, est captivé par la voix et le style de l’ado. Robyn présentait à son professeur une chanson plutôt triste qu’elle avait écrit sur le divorce de ses parents. Meja arrangera un rendez vous avec son manager, et de fil en aiguille, Robyn signera avec une filiale de BMG à 13 ans. Ca vous donne un peu une idée du phénomène.

C’est en 1997 que Robyn sort son premier album, Robyn Is Here. C.A.R.T.O.N. Les morceaux Do Yo Know (What It Takes), Do You Really Want Me, et surtout Show Me Love surferont tranquillement sur les charts mondiaux, atteignant même le top 10 du Billboard Hot 100 américain. Elle est choisie pour assurer les premières parties de la monstrueuse tournée du boys band le plus vendeur de l’époque, les Backstreet Boys. Et comme toute personne normalement constituée, elle n’en ressortira pas indemne : éreintée, son médecin lui conseille de regagner la Suède pour se reposer.

En France, si tout le monde connait Show Me Love, personne ne connait vraiment Robyn. Le petit elfe suédois se fait rare et ne joue le jeu de la promotion que lorsqu’il le faut vraiment.

Car Robyn se sent à l’étroit dans le carcan Britneyspearsien que veut lui donner BMG. En 1999, elle signe chez Jive, le label historique de Madonna, et sort son deuxième album, My Truth, qui lui apporte un excellent succès critique. Elle écrit ses titres, fait de cet album une petite autobiographie, et révèle ainsi au monde un avortement dont elle n’avait parlé à personne. Robyn explose à travers l’Europe, et devient une figure incontournable de la scène suédoise. Elle n’a que 20 ans, et elle est déja considérée comme une grande artiste. Mais comme BMG, Jive se révèlera très vite trop petit pour Robyn.


La tornade blonde passera les années suivantes à se battre contre sa maison de disque. Si elle refuse ce qu’on lui propose, Jive refuse tout autant ce que Robyn leur met sous le nez. En l’occurrence, un morceau auquel tient beaucoup la chanteuse, Who’s That Girl : « Ils ont trouvé que c’était bizarre. Ils ne l’ont juste pas compris. Ils n’ont pas considéré que c’était de la pop, ce que j’ai trouvé débile. C’est COMPLETEMENT de la pop ! Moderne, inventif – c’est ça que la pop devrait être !”. Quand Don’t Stop The Music, son troisième album, sort, Robyn est excédée de ce que Jive en a fait. En 2003, elle claque la porte du label. “J’étais libre, mais je n’étais pas vraiment contente de retourner signer avec une autre major. C’était complètement illogique. Pourquoi je ferais ça ? J’ai senti que soit je quittais l’industrie de la musique, soit je montais mon propre label.”

Six mois plus tard nait Konichiwa Records.

Le single Who’s That Girl, qui finira par sortir sur le label de Robyn. La chanson fait le tour du monde, jusqu’aux oreilles de Yelle, artiste taclée en France et adorée dans le reste du monde, qui en fera une de ces reprises marrantes dont elle a le secret.

Elle se met à travailler avec Klas Åhlund, l’homme qui se cachait derrière les tueries de Neneh Cherry et Iggy Pop. C’est en 2007 que sort Robyn, le quatrième album bien nommé, pur concentré de tout ce qu’elle est : électrique, original, entrainant, inventif, complètement fou mais toujours pop. La petite suédoise fait enfin exactement ce qu’elle veut faire, et autant dire que cela plait : Snoop Dog lui confie le remix de son single Sexual Eruption, et elle fait la tournée des plateaux télé américains, de Letterman à The View. L’album est premier en Angleterre, ses concerts et ses clips reçoivent d’excellentes critiques, bref, plus personne ne résiste à la vraie Robyn !

Et maintenant, vous aussi, vous pouvez dire que Robyn est la fille la plus cool de la terre.

Son site officiel

Son myspace

%d blogueurs aiment cette page :