Archives du blog

Les législatives pour les nuls

Les élections, on commence toutes à en avoir un peu marre. Surtout quand on ne sait pas forcément toujours très bien pourquoi on se déplace. Le premier tour des élections législatives, c’était dimanche dernier. Et si vous ne savez pas vraiment ce pour quoi vous allez retourner voter dimanche, nous vous disons tout.

Concrètement, les législatives, ça sert à quoi ?

Les élections législatives servent à élire les députés, c’est-à-dire les élus qui siègent à l’Assemblée Nationale et qui votent les lois. Élu dans une des 577 circonscriptions pour représenter la Nation, le député vote les lois et le budget et contrôle l’action du Gouvernement. Dans la mesure où toutes les lois sont votées par le Parlement (il vote, chaque année, une centaine de lois et de nombreux amendements), le député peut être un véritable contre-pouvoir. Le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) partage avec le Gouvernement l’initiative des lois : le Gouvernement dépose des projets de loi, les députés et sénateurs des propositions de loi.

On comprend donc mieux la guéguérre que se livrent la droite et la gauche : en cas de majorité absolue (289 sièges), le gouvernement de François Hollande aurait carte blanche pour mettre en place les réformes qu’il a prévu, la majorité votant rarement contre le gouvernement ; plus la droite emporte de voix, plus elle a de la force dans l’opposition et la possibilité de bloquer les lois qui ne lui plaisent pas en votant contre. Sans compter que, même si la décision appartient au seul chef de l’État, tous les Premiers ministres sont nommés en fonction de la majorité qui se dégage à l’Assemblée Nationale à l’issue des élections législatives, rappelant les régimes parlementaires étrangers qui portent systématiquement à la tête du gouvernement le chef de la coalition victorieuse aux élections. En clair, si la droite remportait une majorité de députés aux élections, François Hollande choisirait un Premier Ministre de droite. La conséquence directe serait une cohabitation (on se souvient de Mitterrand et Chirac, Chirac et Jospin… c’était tellement bien). Lire la suite

Les sénatoriales, kesako ?

Ça a fait la Une des journaux hier : le Sénat a subi la vague rose ; il est passé à gauche. Ça ressemble à un évènement dans le microcosme politique français mais certaines choses vous échappent ? Pas de panique, je vais tout vous expliquer !

Mais le Sénat, à quoi ça sert ?

Oui, c’est vrai, la moyenne d’âge au Sénat tourne autour de 75 ans. C’est pas pour autant qu’il faut s’en désintéresser. Le Sénat est créé en 1795 sous le nom de Conseil des Anciens (sic !). Il est passé par différentes appellations : Chambre des Pairs sous la monarchie (on pouvait alors la comparer à la Chambre des Lords britannique), Sénat sous la IIIe République, Conseil de la République sous la IVe pour finalement redevenir le Sénat en 1958 avec l’instauration gaullienne de la Ve République. Peu importe le nom qu’on lui donne, le Sénat joue un rôle de régulation de l’Assemblée Nationale. Concrètement, il contrôle et amende les lois que lui envoie l’Assemblée Nationale. Depuis la réforme de juillet 2003, les sénateurs sont élus pour un mandat de six ans et non plus neuf, renouvelable par moitié, c’est-à-dire qu’il y a des élections sénatoriales tous les trois ans, pour renouveler à chaque fois la moitié des sénateurs. Ces deux chambres forment le Parlement et se réunissent en Congrès pour servir d’appui au Président de la République en activité.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :