Archives du blog

Road Trip aux Etats-Unis – épisode 2

From Kansas City, MO to New Orleans, LA – 2011 kmNous nous étions quitté à Kansas City, Missouri où, après une courte nuit chez Shane et ses colocs, j’ai rapidement repris le bus, cette fois ci pour Austin, capitale fédérale du Texas. Le trajet jusqu’à Austin est long, et sera sans doute celui dont je me souviendrais le plus longtemps… Première apparté dont je suis témoin, en montant dans mon premier bus : «what’s your problem hun’ ?» «my problem ? It’s coke mixed with alcohol» «I’ve been down that road ! Lost 10 years of my life», je lève les yeux, il s’agit d’un échange entre une femme blonde, vieille avant l’heure, clairement, qui mâche compulsivement du chewing gum et a du mal à tenir en place et une brune, en short et débardeur, qui laisse voir une quantité impressionnante de cicatrices sur ses membres. Bon. Elles continuent d’échanger pendant le voyage et je ne peux pas m’empêcher d’écouter, après tout j’acquiers un savoir inestimable : quelles sont les régions à éviter quand on veut devenir clean (ma nouvelle voisine de greyhound se rend dans un centre de désintoxication, et en attendant elle est très occupée à compter et recompter de petits sachets de comprimés en se plaignant d’avoir oublié son xanax) Quelques kilomètres plus loin, après l’avoir récupéré, sur les bonnes grâces du chauffeur, elle nous quitte : tripler sa posologie journalière, bizarrement ça n’aide pas à faire la conversation. Mais quelqu’un d’autre s’est mis à converser avec ma voisine de derrière, un homme roux, aux yeux très bleux, qui sourit à tous, emprunte l’ipod d’un des passagers en disant «Metallica! Ca fait 5 ans que j’ai pas écouté de musique!». Il voyage depuis 3 jours, il vient de Seattle, c’est son premier voyage en liberté, il y a 4 jours il vivait encore en prison. BON. #funfact : quand tu sors de prison aux Etats-Unis on te remet 4 choses : une pièce d’identité qui indique que tu es un ex-détenu, 100$ en espèces, 50$ sur une carte de crédit, et un ticket de bus greyhound, pour où tu veux dans le pays. Wichita donc. Définitivement «couleur locale», ce voyage est aussi vraiment trop dur pour mes nerfs de française gâtée, bien entourée à domicile, j’ai l’impression d’être une hypocrite total : je vais d’un point A à B en bus, mais ces personnes là, autour de moi, n’ont même pas les moyens (et, aux Etats-Unis, ça dit beaucoup) d’avoir une voiture ou de prendre un ticket d’avion. Je suis encore en colère et triste quand j’arrive à Austin à 6h du matin le jour suivant, pour un week end «plus américain tu meurs».

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :