Archives du blog

The Fuck ?! avec la jolie Brad Pitt

Y a rien qui se la pète plus qu’une pub pour du parfum, on est d’accord. Partant de ce postulat, que doit-on penser de ça :

Je veux dire, qu’est ce que c’est ?! Une blague ?! Un pari ?! UNE PUNITION ?!?!

J’ai découvert la pub il y a quelques minutes sur Canal +, et jusqu’à l’apparition du logo, j’ai sincèrement cru que c’était du second degré, qu’une grosse vanne bien grasse allait me péter à la gueule et que j’allais rire aux éclats, MAIS NON, NON NON, le lissage brésilien de Brad est premier degré, le noir et blanc tout mou de la bite aussi, tout comme la tirade ildikilvouapalrapport affreusement surjouée qui terrasse d’un coup d’un seul la précédente tenante du titre, à savoir « I’m not going to be the person you’re expecting me to be anymoooooore« , eh ben oui faisons ça, casse toi donc Gaspard Ulliel où je vais te jeter des cailloux.

Mais ça n’est pas tout, on pourrait penser qu’à l’heure qu’il est Brad a encaissé son chèque et passe son temps à éviter les coups de fils moqueurs de ses potes, mais non, il assume, et défend le concept : « Ce qui est important avec Chanel N°5 c’est à quel point cette fragrance est révolutionnaire. Quand il est sorti, il a cassé tous les codes en se débarrassant des ornements inutiles pour proposer une esthétique honnête et simple, une fragrance qui incarne la libération par rapport à la mode. C’est un parfum qui reste aussi moderne aujourd’hui qu’il l’était à sa sortie ». ET SINON CA VA BRAD, TU LE VIS BIEN TON FORMATAGE ? T AS PAS TROP MAL AUX FESSES, TU FAIS PAS TROP CACA MOU ???? PARCE QUE J AI DU SMECTA SINON !!!!!

Où est passé le Brad Pitt de Fincher, le Brad Pitt de Soderberg, des frères Cohen, Tarantino ?! Que l’alien qui a pris possession de son corps se dénonce (et me donne tout de suite l’adresse de son coiffeur, j’adooore son blond).

Festival de Cannes 2012

C’est reparti pour un tour de tapis rouge ! Sur la Croisette de Cannes, entre vedettes, et films d’auteurs, entre flash, paillettes, séance de cinéma et batilles pour obtenir des accréditations voici le Festival de Cannes.

Lire la suite

Tree of life, palme d’or du sommeil

Terrence Malick et ses 4 films en 40 ans comme autant de monuments cinématographiques qui ont fait de lui une légende vivante, voyait sans doute en Tree of Life l’apogée de son génie, le summum de sa poésie, l’oeuvre d’une vie, en somme. J’y allais quant à moi, forte de mon excellent souvenir de La Ligne Rouge, dans une confiance totale face au casting parfait (Malick – Brad Pitt – Sean Penn : que demande le peuple ?), ragaillardie par rien de moins qu’une palme d’or fraîchement desservie, je m’attendais par conséquent à ressortir en larmes de la salle, ébranlée par l’incroyable expérience que je viendrais de vivre.

C’était sans compter le travers de tout réalisateur qui se respecte, l’écueil du cinéaste, le cancer du cinématographe : la branlette.

Et autant vous dire que sur ce coup là, Malick n’y est pas allé de main morte. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :