Archives du blog

J’ai testé pour vous : être à un tournant de sa vie

OK L’ANNÉE PROCHAINE J’AURAIS 30 ANS.

Les fondations de cet article sont maintenant posées. L’année prochaine j’aurais 30 ans, et rien de ce que je pourrais entreprendre ne pourrait empêcher ça, hormis, la fin du monde, un accident mortel, une maladie fulgurante ou mon propre suicide (ce qui n’augure de rien de réjouissant, vous en conviendrez, et comme je ne suis plus dépressive depuis 2008 c’est pas raccord).

L’année prochaine j’aurais 30 ans et il y a deux semaines j’ai donné ma démission en pleurant. J’avais décroché un CDI confortable voila 8 mois avec un bureau, une machine Nespresso, des collègues et des factures, et c’est le temps qu’il m’a fallu pour comprendre que le sacro saint CDI que finalement tout le monde recherche n’est pas fait pour moi. D’abord, on ne peut pas travailler autre part pendant ses horaires de bureau (même quand on a fini de remplir son sous main avec sa signature), ensuite on ne peut pas dire « Demain je ne suis pas là » (même quand on a fini de remplir son sous main avec sa signature), enfin on doit venir tous les jours à la même heure. Même quand c’est très tôt.  Et pour partir : pareil ! Et puis on voit tous les jours les mêmes gens, dont on écoute les histoires sur leurs enfants, qu’ont encore eu la colique aujourd’hui, et on dodeline de la tête en souriant, alors qu’en vrai, on préférerait qu’ils meurent. Tous, eux, leurs enfants, les inventeurs du smecta, tout le monde. Et on voudrait hurler dans l’open space qu’on en a rien à branler, qu’on veut danser poupipoupipou en se baffrant de Regalad et c’est tout. Mais on ne peut pas. A la place, on doit aller manger tous les jours à la cantine des endives au jambon avec ces gars là, parce que sinon, ils croient que tu les aimes plus et il te parlent plus de leurs problèmes de plomberie. Et comme tu deviens complètement lobotomisé, ça te rend triste, de pas savoir à quel Leroy Merlin ta collègue est allée. Tu te sens rejeté. Du coup, même dans l’hypothèse où tu aimes bien les gens avec qui tu travailles, t’as quand même envie de les tuer à cause des endives au jambon. Lire la suite

24h dans la peau d’une française

Bonjour, je suis la française typique, celle à qui on ressemble toutes un peu, je m’appelle Marion, Manon ou Mathilde, et je m’en vais vous conter ma journée (typique elle aussi).

8h : – Je me lève…

– ET JE TE BOUSCULE, TU N’TE REVEILLES PAS, COMME D’HABITUUUUUDEUH !

Eh oui, comme chaque française, si j’ai le malheur de prononcer à voix haute « Je me lève« , la personne qui partage ma couche complétera par la chanson sus-mentionnée. Et si par hasard je dormais seule, mon cerveau se chargerait de me coller la chanson dans la tête. Une sorte de complot ourdi contre la société française par Claude François depuis l’au delà, vénère qu’il est d’être mort si connement.

8h30 : Je déjeune d’une baguette fraiche et d’un café noir en lisant le journal attablé à la terrasse d’un bistrot. Les barmen s’activent autour de moi, torchon sur l’épaule. Ils débarrassent des tables, essuient des verres.

Ca c’est une fois par an, quand je m’y motive, et encore, c’est forcément parce que je suis en avance pour un rendez vous (je me suis plantée d’horaire – je suis française, j’ai un problème avec les notions de temps). Si je ne me réveillais pas tous les jours en retard je mangerais surement des chocapics en pyjama devant Tfou, mais je préfère courir un marathon de mon lit à la douche, de la douche à mes chaussures, et de mes chaussures à la porte d’entrée, la bouche encore pleine de dentifrice. Comme dirait Florence Foresti « Quand je commence à 9h à 8h57 je suis encore dans mon lit, et je me dis « J’suis large » ».

La veille au soir j’avais préparé mes escarpins. Comme tous les matins je renoncerais, et mettrais mes ballerines.

9h : – Hey mamoiselle. T’es vraiment charmante. T’as un 06 ? Hey. Hey. HEY. Hey mais tu m’calcules pas ?! HEY ?! POURQUOI TU T’LA RACONTES ALORS QUE T’ES MOCHE ?!…

– *Pouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin pouin pouin pouin pouin pouin pouiiiiiiiiiiiiiiiiiin, pouin pouin pouin pouin pouiiiiin, pouin pouin pouin pouin pouin pouiiiiiiiiiinnnn, pouiiiiiinnnnn* (pas évident de faire la vie en rose à l’accordéon à l’écrit) Lire la suite

Ta gueule !

Aujourd’hui un article dédié à l’une des seules phrases au monde plus promptes à être pensées qu’à être dites, le fameux « ta gueule », déclinable en « ferme ta bouche », « pouet-pouet camembert » et autres « ta bouche ». Ce sentiment où plus un mot n’est tolérable, où on ne souhaite que le silence pur et dur, les oiseaux qui sifflent, la rivière qui coule, les papillons qui volent et les vaches qui chient. Mais juste plus aucune voix humaine.
Et comme tout le monde a au moins prononcé ou dit cette phrase, il vaut donc la peine de laisser quelques paragraphes sur ce moment de frustration.

1. Ta gueule!

On l’a tous vécu. 7h30 du matin, dans le bus, en hiver, il fait froid, les places assises sont occupées depuis au moins la première station par des vieux visiblement pas au courant qu’ils sont en retraite (alors pourquoi se lever aussi tôt ???), les yeux dans le vide, le teint Guy Georges et la perspective de 8h de cours dont 4 de philo. Déjà de quoi pousser 70% de mes lectrices au suicide, mais non, quand y’en a plus, y’en a encore : un gamin, 3 ans environ,  visiblement réveillé (lui au moins) pousse des cris stridents qui ne veulent rien dire, si ce n’est « je suis un gamin et je veux faire chier ». Et tout le monde, réuni par une télépathie à la « We are the world », pense fort, très fort « MAIS TA GUEULE !!! ». Mais ! Mais. Problème. Tout le monde le pense, mais ne dit rien. Car.
Hypothèse numéro 1 : En cas de « ta gueule » impossible à réprimer, le gamin, apeuré par cet ordre braillé tel un nazi, crie de plus belle, en plus de la mère scandalisée par cette impolitesse.
Hypothèse numéro 2 : En plus de ça, une femme (en formation d’auxiliaire puéricultrice) s’indigne d’une telle antipathie et dit adorer les cris de cet enfant, mais les cris d’un enfant c’est tellement meuuugnoooon.
Hypothèse numéro 3 : hit combo = Elles sont plusieurs.
Vous êtes donc foutue, félicitations. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :