Archives du blog

Gatsby le magnifique : la critique

C’est peu dire que j’attendais cette nouvelle adaptation de Gatsby le magnifique, l’un de mes livres fétiches, le roman qui, comme à tant d’autres lecteurs me fit connaître Fitzgerald, éminent représentant de la Lost Generation, et son goût pour le désespoir, le luxe et la vie lorsqu’elle se disloque.

Au programme : le mystérieux Gatsby et sa fuite sans égale dans l’espoir et le rêve. Les années 20 : flappers et robe de charleston à perte de vue. Le fantastiquement réservé Nick Carraway. Les zones morales grises. N’en jetez plus ! Et puis, qui mieux que Leo Di Caprio et Carrey Mulligan pour succéder à Mia Farrow et au magnanime Robert Redford dans les rôles titres de la dernière adaptation cinématographique de l’oeuvre, celle des années 70 ? Réalisateur : Baz Lurhmann. C’est là que le projet se gâte.

Si très jeune adolescente, au maximum de ma sensibilité j’avais frémis devant Claire Danes et Léonardo Di Caprio interprétant des Romeo et Juliette torturés et incandescents, été indubitablement épatée par l’ambiance violente de cette Vérone imaginaire aux airs de Caraïbes combustible, je m’étais trouvée, un peu plus âgée, fermement embarrassée devant la débâcle de paillettes, grimaces et outrances rassemblés dans Moulin Rouge. Comme Baz Lurhmann, décidément, a du mal à ne pas en faire trop, cette nouvelle adaptation de Gatsby était annoncée pour sortir sur nos écrans dans cette surenchère cinématographique qu’est la 3D : prouesse dont je ne suis pas certaine de saisir toute la portée. Call me grannie.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :