Carte postale été 2015 #2 : Prague

Ah Prague, ville aux cent clochers, cité romantique, « capitale magique de l’Europe » d’après André Breton, ville magique, culturelle… Oui Prague, c’est tout ça. Avec 5 à 7 millions de touristes. Et quand on est au milieu, on se rend compte de ce que c’est que 5 à 7 millions de touristes. Au même endroit. Mais après avoir pris le temps de prendre le pouls de la ville, on apprend vraiment à apprécier la Prague changeante, à la fois moderne et ancienne mais toujours si belle.

La place Wenceslas.

La place Wenceslas.

Il faut dire que dès le départ, en arrivant sur la place Wenceslas, le premier mot qui nous est venu n’était pas « Whaou ! » mais « Euh… ? » Parce que la place Wenceslas, pour les Lyonnais que nous sommes, c’est un peu un mélange de la place Bellecour et d’une rue commerçante. En version tchèque, certes, mais quand même.

Vue de Prague.

Vue de Prague.

Mais passée la première impression, nous nous dirigeons vers la Vieille Ville. Et là, dans le dédale des ruelles qui conduisent à l’horloge astronomique, on ne peut que s’émerveiller de la richesse architecturale. A Prague, le roman côtoie le baroque, le gothique et le renaissance. Un vrai spectacle pour les yeux ! Avant de se pencher sur les prix des menus et de vite déchanter. Résultat : nous n’avons jamais mangé sur la place, dont les restaurants offrent effectivement une vue magnifique sur l’horloge et son animation à chaque heure, mais proposent des tarifs exorbitants par rapport à d’autres tables sympas alentours.

Un gouslash et ses knedliky.

Un goulasch et ses knedliky.

Curieux de l’histoire de cette ville, nous nous rendons ensuite au musée du communisme, dont l’entrée en fond de cour est malicieusement cachée entre un fast food et un hôtel. C’est un beau musée très bien documenté qui offre, en prime, une expo extérieure sur la Corée du Nord. Mais les musées à Prague, ce sont aussi beaucoup de coups de poker. Car le tourisme a rendu cupide cette si jolie cité historique. Tout est payant : les toilettes publiques, certaines toilettes de restaurants, les entrées dans le moindre petit musée (même si on y passe seulement 15 minutes), les licences pour prendre des photos dans certains monuments et jusqu’à l’entrée de certains parcs ! On apprend donc rapidement à garder sa petite monnaie pour toutes ses dépenses impromptues.

Horloge astronomique sur la place de la Vieille Ville.

Horloge astronomique sur la place de la Vieille Ville.

Le marché français, qui a lieu toutes les semaines à Prague.

Le marché français, qui a lieu toutes les semaines à Prague.

La Vltava

La Vltava

 Prague, à chaque quartier son ambiance

La Grande Synagogue de Prague.

La Grande Synagogue de Prague.

La tombe de Franz Kafka

La tombe de Franz Kafka

Nous continuons notre parcours historique avec le traditionnel musée juif, composé en réalité de plusieurs synagogues et de l’ancien cimetière juif, notamment, répartis dans le quartier juif et ses ruelles étroites, largement représentées dans les romans de l’auteur natif de la ville : Franz Kafka (dont on peut voir la tombe au nouveau cimetière juif). Au milieu de la légende ancienne du Golem, on arpente avec plaisir Josefov pour découvrir l’histoire et les traditions juives.

Après un bon guláš (goulasch) dans une miche de pain, retour à l’hôtel pour un repos bien mérité car le lendemain, nous nous attaquons à un autre monument touristique de la ville : Pražský hrad (ou le Château de Prague si vous préférez). Et là, mieux vaut être matinal car même en arrivant seulement 15 minutes après l’ouverture du lieu, qui abrite encore aujourd’hui le pouvoir tchèque, il y a déjà du monde ! Il faut reconnaître que le lieu vaut le détour, même avec notre billet « courte durée » qui offre tout de même l’entrée à près de cinq lieux différents. Outre l’extraordinaire cathédrale gothique St Guy, il ne faut surtout pas louper la Ruelle d’Or !

La Ruelle d'Or.

La Ruelle d’Or.

La cathédrale St Guy.

La cathédrale St Guy.

Après un repas dans une petite brasserie locale (ne surtout pas perdre le papier volant sur lequel le serveur note le nombre de bières servies : il sert de note !), nous voilà partis pour l’ascension – oui, rien que ça ! – du mont Petřín, belle colline surmontée de la tour de la télévision. Fatigués, nous avons pris le funiculaire d’époque pour redescendre (faut pas exagérer non plus…).

Le mur John Lennon

Le mur John Lennon

Difficile de faire le tour de toutes les merveilles que nous avons pu voir à Prague tellement nous avons marché, à la recherche de musées, petits parcs et coins sympas. Mention spéciale pour l’île slave, belle enclave de nature et de paix sur la Vltava sur laquelle nous avons passé beaucoup de temps et le château de Vysehrad, ruines symbole d’un passé glorieux dans un coin étonnamment calme.

La

La « Maison qui danse »

Château de Vysehrad

Château de Vysehrad

Tramway à Prague.

Tramway à Prague.

Un stand de Trdelník, gâteau sucré tchèque.

Un stand de Trdelník, gâteau sucré tchèque.

Un petit conseil également : si votre budget vous le permet, ne vous privez pas d’une petite balade sur le fleuve. Ce n’est absolument pas original mais tellement agréable, surtout en fin de séjour, pour se reposer et voir sous un autre angle toutes les merveilles vues tout au long de la semaine. C’est d’ailleurs de là que vous aurez la meilleure vue du pont Charles !

Sur ce, polibky a brzy se uvidíme ! (bisous, et à bientôt !)

Tour du Pont Charles

Tour du Pont Charles

Le pont Charles de nuit.

Le pont Charles de nuit.

Prague de nuit. Vue sur le Château de Prague.

Prague de nuit. Vue sur le Château de Prague.

Un commentaire ? Une réaction ? C’est par ici !

Publié le 23 août 2015, dans Être une gloryboxeuse, Day By Day, Vis ma vie, Voyages, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :