J’ai testé pour vous : Une visite aux studios Cinecittà

Vous avez prévu un voyage à Rome et vous avez envie d’une visite un peu insolite ? Qui change des bouts d’aqueduc et des ruines de forum et de théâtres antiques, des églises et des musées (quoi que…) ? Bienvenue aux studios Cinecittà !

L’accès se fait très facilement par le métro depuis le centre ville de Rome. La visite complète (exposition + visite guidée des décors extérieurs) coûte 20€ (15€ pour les djeuns de moins de 26 ans). Elle permet de comprendre Cinecittà, ce qu’a été et ce qu’est encore son rayonnement dans le monde du cinéma, et de se balader, par petits groupes, au milieu des décors extérieurs de séries et films mythiques d’antan et d’aujourd’hui.

DSCN6423_cinecitta

Lorsqu’on pense cinéma aujourd’hui, on pense forcément à Hollywood, mais plus rarement aux studios de la Cité du Cinéma de Rome, Cinecittà. Pourtant, ces studios, créés sous Mussolini en 1936, ont connu plusieurs fois leur heure de gloire, d’abord avec les grands cinéastes italiens comme Visconti, Rosselini et De Sica dans les années 40, puis, après la guerre, avec de nombreux cinéastes américains (le péplum est à la mode !) : Charlton Heston alias Ben Hur et Elizabeth Taylor alias Cléopâtre, entre autres, ont posé leurs valises dans les loges des studios Cinecittà dans les années 50. Ensuite c’est au tour des westerns spaghetti d’occuper les lieux, notamment avec Sergio Leone. Et puis il y a le fidèle Federico Fellini, qui y a tourné la plupart de ses films comme La Dolce Vita, Satyricon, Ginger et Fred… Bref, entrer dans les studios Cinecittà, c’est marcher dans les pas de légendes du cinéma mondial, des années 40 à aujourd’hui. Car bien sûr, même si l’on en visite une partie, les studios sont toujours actifs, pour de nombreux films et séries télévisées.

Mais plutôt qu’un long discours, passons à la visite.

Dès l’entrée dans le parc des studios (qui s’étalent sur 60 hectares en proche périphérie de Rome), on plonge dans le vif du sujet, avec des statues et des objets de décors ayant servi pour différents films, dont La chute de l’Empire romain d’Anthony Mann et Gladiator de Ridley Scott.

Statue de Mars utilisée dans le film Gladiator de Ridley Scott.

Statue de Mars utilisée dans le film Gladiator de Ridley Scott.

Statue de Junon utilisée pour le film La chute de l'Empire romain

Statue de Junon utilisée pour le film La chute de l’Empire romain d’Anthony Mann.

Brasero utilisé dans Gladiator de Ridley Scott.

Brasero utilisé dans Gladiator de Ridley Scott.

L’exposition rappelle l’histoire des studios et des plus grands cinéastes qui y ont travaillé, et présente quelques objets et costumes ayant servi pour divers films et séries. Le clou de la visite est sans aucun doute le décor de sous-marin utilisé pour le film U-571. Ne manquent que Matthew McConaughey et Harvey Keitel.

Décor du film U-571 de Jonathan Mostow.

Décor du film U-571 de Jonathan Mostow.

Décor du film U-571 de Jonathan Mostow.

Décor du film U-571 de Jonathan Mostow.

Commence ensuite la visite guidée en extérieur… et une plongée dans le monde fantastique de l’illusion, le monde des décors de cinéma.

On remonte tout d’abord une rue où chaque bâtiment ou presque correspond à une époque différente : quelques immeubles du New York des années 1870 (utilisés pour le tournage de Gangs of New York et relookés depuis pour de nouveaux tournages) jouxtent l’entrée de la prison de Los Angeles, elle-même voisine d’un immeuble plus récent flanqué d’un distributeur automatique de billets. En face, une maison de style italien à côté d’une boutique française et d’un café anglais début XXème dont les réverbères sont enneigés.

Lorsqu’on y regarde de plus près, ce ne sont que des façades où tout, des escaliers en pierre aux moulures des façades, n’est fait que de tôle, de bois, de polystyrène et de carton : l’illusion est parfaite. D’un côté de la rue, les maisons et immeubles ont une pièce au rez-de-chaussée, ce qui permet aux acteurs de réellement entrer dans le bâtiment tout en étant suivis par la caméra. Aux étages supérieurs, ce sont des échafaudages qui tiennent lieu de plancher. Par-ci par là, des objets et des statues sont entreposés dans la rue, attendant probablement d’être utilisés pour un autre tournage et ajoutant un côté encore plus iconoclaste au site.

DSCN6366_NY1 DSCN6373_neige  DSCN6369_paris

DSCN6370_LA

DSCN6375

DSCN6367_gangs_NY

Décors utilisés pour le film Gangs of New York, de Martin Scorcese.

Décors de Gangs of New York lors du tournage (source : Wikipédia).

Au bout de la rue, au sens propre, on arrive dans l’espace antique. Tout autour d’une grande place, des monuments romains côtoient quelques bouts de temples et statues égyptiennes. Le décor est vraiment impressionnant et on a du mal à imaginer que toutes ces pierres, ces colonnes, ces statues ne sont encore une fois faits que de bois, de polystyrène et de carton. Quelques égratignures par-ci par-là révèlent l’envers du décor. Ces monuments ont en particulier récemment servi pour le tournage de la série Rome. Comme nous l’explique la guide, les frontons des temples ont été peints suivant les couleurs que l’on imagine avoir recouvert les monuments à l’époque. Quant aux phrases en latin, elles sont plus ou moins bidon, mais c’est pas grave car c’est pour la télé américaine (sic).

DSCN6380_rome2

DSCN6385_rome1

DSCN6391

620e0058e5a2df50eb1934d781ad0514

DSCN6377

DSCN6386

DSCN6387

DSCN6388

DSCN6389

DSCN6394

La visite continue par une rue serpentant entre des maisons plébéiennes, pour arriver sur un nouveau site : une place de village de style florentin. Le décor a été construit initialement pour le tournage d’un téléfilm italien relatant la vie de Saint François d’Assise, mais il a depuis été utilisé pour la scène du balcon d’une adaptation de Roméo et Juliette, et pour la série télévisée Borgia. Encore une fois, quasiment tout n’est que façades maintenues par des échafaudages et le marbre vert et blanc si caractéristique des églises de Toscane est en réalité un parfait trompe l’œil peint sur du polystyrène. On s’y croirait réellement et l’on reste admiratif devant l’inventivité des décorateurs pour arriver à retranscrire le réel.

DSCN6405

20485297.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Série Borgia (source : allocine.fr)

DSCN6406

DSCN6420

DSCN6400_borgia

Nous voici donc arrivés à la fin de cette petite balade hors des pavés classiquement battus à Rome, où l’on peut voir un vrai forum et un vrai temple grandeur nature et encore entiers, contrairement aux ruines de la ville. En sortant des studios, vous vous prendrez très certainement à vérifier si l’arrière du bout d’aqueduc qui passe au milieu de la rue est bien fait de pierres et de briques et non de tôle,  de bois et d’échafaudages !

Photo de la vignette: Claudie Orsi 

Une réaction ? Un commentaire ? C’est par ici !

Publié le 15 mars 2015, dans Bouillon De Culture, Ciné, Day By Day, J'ai testé pour vous, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :