La cuisine de Mamé #2 : les châtaignes

Alors je sais pas vous mais personnellement, en bonne limousine, mon grand kiff de l’automne -en plus d’être émerveillée depuis petite par les couleurs des arbres vermillons, la forme des glands (j’te vois venir coquine) qui ressemblent au singe dans Babar d’ailleurs (SISI)*, la température qui baisse et l’approche de Noël – c’est l’arrivée des châtaignes. OUI, mesdames, oui !

vous la voyez la ressemble ?

vous la voyez la ressemble ?

Les châtaignes: ce truc de fou qu’on se partageait au goûter le matin dans la cour d’école, qu’on allait ramasser le dimanche emmitouflé dans l’écharpe tricotée par mamie et les bogues qu’on se balançait à tour de rôle (parce-ce qu’un enfant a des tendances sado-maso il faut croire) ! Les châtaignes qu’on blanchit, qu’on congèle, qu’on aspire, qui attendent Noël en bocal pour accompagner la dinde. Et oui ! Dans le Limousin pas besoin de conserves de marrons de chez Intermarché, nous, c’est fait-maison !

Au cours de nos promenades dominicales, si on arrive à détacher un bogue en deux pour laisser apparaitre le fruit tant espéré, là on peut se dire: « ok, je prends mon « pochon », mon bâton de bois, et je ramasse, on est jamais mieux servi que par soi-même ». Vu la population de châtaigner ce serait une hérésie d’en acheter, vous ne croyez pas ?
Sauf qu’on n’a pas tous des châtaigniers à foison ! Alors si, pour faire les recettes de mon arrière-grand-mère, vous vous fournissez au marché je n’en ferais rien. D’ailleurs parlons peu, parlons bien, et parlons de moi (yeaaaah). Depuis que je suis en Vendée, j’ai arrêté la cueillette annuelle, le seul châtaigner étant devant une chèvrerie derrière un fossé…

photo presentation

Alors les gars, les filles, les meufs, les nanas, je vous propose là, tout de suite, IMMEDIATEMENT ET EN EXCLU des recettes d’antan aux petits oignons pour savourer la châtaigne autrement qu’à noël ! Aiguisez vos yeux c’est parti !

Concernant la décortication et les différentes façons de les cuir… Là, déjà, on a un souci donc on met les choses au clair:

Cuisson à l’eau : On plonge les châtaignes dans l’eau bouillante et on cuit une heure, on laisse refroidir et on la consomme en appuyant dessus, la purée de châtaigne arrive en bouche en passant par-dessus la coque !

Blanchir la châtaigne. A savoir il y a deux peaux dans la châtaigne: la première, dure et marron foncé, et celle d’en dessous, bien récalcitrante, marron transparente. Pour tout enlever, il suffit d’entailler le fruit, 30 mn d’eau bouillante, peler la première peau, encore 10 mn d’eau bouillante, et retirer la dernière peau.

– Et ensuite, la manière grillées, au four très chaud (220°, 20mn), à la cheminée, ou à la cocotte, à la grande poêle en remuant souvent, 20mn encore, sans ajout de liquide ou de matière grasse, sans oublier d’entailler la châtaigne.

Ils sont chauds chauuuuds les marrons ! Ok, et maintenant on en fait quoi ? Une fois les châtaignes prêtes, les choses sérieuses peuvent commencer.

Les gourmandises de Sophie (BLOG)

Les gourmandises de Sophie (BLOG)

Gateau de marrons

– Cuire dans du lait 500 grammes de châtaignes blanchies (donc sans les deux peaux), jusqu’à ce qu’elles deviennent bien molles, puis les passer au presse purée.

– Ajouter 150 grammes de sucre en poudre, 100 grammes de beurre (oui j’ai jamais dit que c’était diététique), mettre à refroidir dans un moule.

– Démouler une fois refroidi et glacer avec une ganache au chocolat et servir avec un peu de chantilly pour la forme (des hanches).

Mont blanc

– Cuire au lait parfumé à la vanille et avec un peu de sucre, 500 grammes de châtaignes blanchies.

– Passer au presse-purée,

– faire un léger creux dans cette purée pour y ajouter de la crème chantilly.

Crokmou.com

Confiture de châtaignes

Il faudra: 1kg de châtaignes blanchies et 750 grammes de sucre.

– Mettre les châtaignes dans une casserole et couvrir d’eau.

– Faire cuire jusqu’à ce qu’elles s’écrasent facilement.

– Passer en presse-purée,

– y ajouter un sirop « au petit boulet » c’est-à-dire un bon verre d’eau par kilo de sucre, là on en a 750, je vous laisse calculer ! La confiture doit avoir une consistance de purée de pommes de terre assez claire, et pour la conserver, je vous conseille d’aller voir mon article précédent « Les confitures ».

Si jamais vous souhaitez juste faire des conserves, il suffit de les blanchir, de les mettre en bocal et de finir la cuisson en même temps qu’on stérilise les bocaux !

Si jamais vous vous demandez à quelle sauce je préfère les manger, à l’eau devant la tv, ou grillées par Mamie Mo à la cheminée, c’est juste formidable. Et dans une soupe au potiron et au lait, Mmmmh, un régal !

C’est qu’il me tarderait que l’automne arrive, tiens !

Publié le 20 septembre 2014, dans Cuisine, Day By Day, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. J’adoooooore!!!! Ça donnerais presque envie de voir arriver l’automne lol

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :