La rentrée littéraire 2014 – sélection

Si toi aussi tu as -enfin- fini cette pile de bouquins grandissante au fil des mois. Si toi aussi tu as eu un été pourri -parce que tu bossais, parce que tu étais en stage, parce qu’il pleuvait six jours sur sept…- et as eu le temps de lire et relire tous tes classiques, même ceux que tu avais détestés au lycée. Si toi aussi tu démarres cette rentrée avec pour résolution de lire plus. Si toi aussi… Bon, vous avez compris ! Eh bien ça tombe à pic puisque  nous voilà en septembre et s’il y a bien un mot qui décrit au mieux ce dernier mois de l’été c’est bien celui-ci: RENTREE.

Faut que je lise. Faut que je lise. LIRE

On va tout de suite zapper la partie rentrée des classes pour passer à celle qui nous intéresse aujourd’hui: la rentrée littéraire. Je ne vais pas vous énumérer les quelques six cents ouvrages prévus pour cette rentrée littéraire mais plutôt vous faire part des quelques livres que je compte bien lire… avant l’année prochaine !

selection RL14

1. Charlotte de David Foenkinos

Ce roman s’inspire d’une peintre allemande des années 1930, Charlotte Salomon, qui trouve la mort dans les camps de concentration en 1943. L’écrivain David Feonkinos découvre cette artiste au destin tragique en 2006 et développe une fascination et une admiration pour sa vie et son parcours. Elle sera d’ailleurs plusieurs fois citée dans les romans de Feonkinos, notamment dans Les Souvenirs. Ce récit chronologique retrace la vie et l’oeuvre de cette artiste juive allemande qui est petit à petit rejetée par ses concitoyens et son pays d’origine et qui fuit vers le Sud de la France.

Pourquoi ce livre ? Le sujet d’une part, le côté bibliographie et historique de ce roman également. Le fait que j’adore David Feonkinos et que je me régale à chacun de ses romans.

Amazon (18,50€)

2. L’oubli de Frederika Amalia Finkelstein

Un peu comme la narratrice, Alma, et comme beaucoup d’autres j’ai été marquée d’une certaine façon par la guerre: ma famille l’a connu, une partie n’y a pas survécu et les discussions en famille sur le sujet reviennent souvent. Pour ma grand-mère, sa vie actuelle reste indissociable de ce qu’elle a vécu durant la guerre, par ses souvenirs. Pour elle il est impossible d’oublier. Mais pour les générations futures, pour les descendants de ces réfugiés et ces persécutés de la guerre, faut-il continuer à nourrir le souvenir ? Alma s’interroge. Est-ce une solution ?

Mots de l’éditeur Gallimard: «Je m’appelle Alma et je n’ai pas connu la guerre. J’ai grandi en écoutant Daft Punk, en buvant du Coca-Cola et en jouant à des jeux vidéo sur la Playstation 2. Un jour, j’ai appris que mon grand-père avait fui la Pologne quelques années avant la Seconde Guerre mondiale, avant la Shoah. Ce mot m’a longtemps agacée : son côté spectaculaire. Mais vendredi soir, quand je me suis retrouvée face à la petite-fille d’Adolf Eichmann et qu’elle n’arrivait pas à se remémorer le nom du camp d’Auschwitz, j’ai ressenti comme une douleur – elle a duré quelques secondes. Je me suis rappelé l’exergue de Si c’est un homme de Primo Levi : « N’oubliez pas que cela fut, non, ne l’oubliez pas » ; je crois que je veux faire exactement le contraire. Oublier tout.»

Et pour citer un lecteur conquis :  »  L’oubli est un livre qui ne s’oublie pas. »

Amazon (16,90€)

3. L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage de Haruki Murakami

Autre auteur que j’adore et que j’ai découvert avec La ballade de l’impossible. Son écriture, ses personnages toujours passionnants, le cadre dans lequel évolue ses histoires… Je suis conquise à chaque fois alors pourquoi pas celle-ci ?

Haruki Murakami revient avec L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, après la fin de la trilogie de 1Q84. Tsukuru Tazaki est incolore. Ses quatre amis à Nagoya avaient des surnoms colorés mais pas lui. Le premier s’appelait Akamatsu, on le surnommait Mr Red ; le deuxième était Ômi, Mr Blue ; la troisième, Shirane, était Miss White et la dernière, Kurono, Miss Black.  Alors que Tsukuru quitte Nagoya pour Tokyo ses quatre amis restent. Un jour, ils l’ont appelé et lui ont dit qu’ils ne voulaient plus jamais le voir, ni lui parler, sans donner d’explications. Lui-même n’en avait pas cherché et continue sa vie, comme un mort qui n’aurait pas encore compris qu’il est mort.  Aujourd’hui, Tsukuru rencontre Sara. Elle veut comprendre ce cercle d’amis, elle pense que Tsukuru ne sera jamais apaisé tant qu’il ne saura pas pourquoi il a été chassé. Alors, Tsukuru va partir en pèlerinage, à Nagoya d’abord, où vivent encore deux membres du groupe, et jusqu’en Finlande, où habite Kurono, Miss Black. Un pèlerinage avec la vérité au bout du chemin.

Amazon (23,00€)

4. Le cercle des femmes de Sophie Brocas

Au cours de l’enterrement d’une arrière grand-mère, quatre générations de femmes sont réunies et sont rapidement confrontées à la découvert d’un lourd secret lorsque Lia, l’arrière petite-fille tombe sur la correspondance de son arrière grand-mère et avec elle une version bien différente de la disparition de son arrière-grand père. Eprouvant le sentiment d’être trahie, Lia est partagée entre l’envie de l’annoncer au reste des femmes présentes dans la maison de famille landaise et le doute: doit-elle dévoiler ce qui pourrait provoquer un cataclysme familial et dévoiler une toute autre image de cette vieille dame ? Ce roman de Sophie Brocas montre qu’un secret de famille peut marquer radicalement la descendance, ici de quatre femmes qui semblent laisser peu de place aux hommes. Lia saura-t-elle briser cette fatalité du « cercle des femmes » pour s’ouvrir aux hommes et à l’amour ?

Amazon (18,50€)

selection RL14 2

5. L’été des noyés de John Burnside

Dans une région quasiment déserte de la Norvège, où l’hiver est sombre et enneigé et l’été miraculeusement doux et radieux, Liv vit avec sa mère, un peintre qui s’est retiré là en pleine gloire pour mieux travailler. Son seul ami est un vieil homme qui lui raconte des histoires de trolls, de sirènes et surtout de la huldra, une créature surnaturelle qui apparaît sous les traits d’une femme à l’irrésistible beauté pour séduire les jeunes gens et les conduire à affronter les dangers et la mort.
Un été, deux des camarades de classe de Liv meurent noyés l’un après l’autre.  S’en suive deux autres disparitions, toutes inexpliquées. Est-ce accidentel ou un esprit malfaisant pousserait-il ces jeunes gens à disparaitre ? Liv observe tout cela, nous le décrit avec son regard d’enfant et ses interrogations.

Amazon (20,00€)

6. Le jour où la guerre s’arrêtera de Pierre Bordage

« Les enfants ne jouissaient vraiment d’aucune considération dans le pays des hommes : non seulement ils n’étaient pas invités à réfléchir et à chercher des solutions avec les chef de l’humanité, mais ils n’étaient pas censés aborder des sujets aussi simples et fondamentaux que l’être et la pensée. » Extrait

A l’image du Petit Prince de St Exupéry, il est ici question d’un enfant mature et pourvu d’empathie pour l’humanité mais qui ne connait rien de notre monde. En visite sur la Terre, il s’étonne et souffre de ne voir que miséricorde, guerre, cruauté et malheurs partout où il va. Témoin de la destruction de l’Humanité, l’enfant propose alors aux hommes de faire taire les armes et leur accorde une trève…

7. L’homme sans maladie de Arnon Grunberg

Samarandra Ambani est un architecte zurichois d’origine indienne, qui mène une vie tranquille en Suisse. Son but est de construire et de donner un peu de beauté à l’environnement. Etre utile. Rapidement, ses théories vont pourtant voler en éclat lorsqu’il est missionné à Bagdad.  Pris pour un espion et torturé en Irak il finit par être relâché et rentre chez lui. Dans un deuxième temps le voilà de nouveau embarqué à Dubaï pour y construire la Bibliothèque nationale. Seulement l’histoire se répète impitoyablement, et Sam découvre qu’un passeport suisse n’est pas une garantie de retour… Comparé et assimilé à Kafka, Arnon Grunberg entraîne son héros, naïf et idéaliste, dans une spirale infernale qui le laisse d’abord hagard puis totalement apathique, enfermé dans l’univers qu’il s’est créé, extérieur à la réalité de ce qui l’entoure, soit le chaos moyen-oriental.

Amazon  (18,00€)

8. La route sombre de Ma Jian

Meili est mariée à Kongzi, descendant lointain de Confucius et  instituteur du village. Kongzi veut à tout prix un fils pour poursuivre la lignée de sa célèbre famille mais leur premier enfant est une fille. Sans attendre la permission légale, il remet sa femme enceinte. Lorsque les agents de contrôle des naissances envahissent ce village au fin fond de la Chine pour procéder à l’arrestation de ceux qui ont transgressé les règles, Meili, Kongzi et leur fille fuient vers le fleuve Yangtze. C’est une longue cavale vers le Sud qui commence, à travers les paysages dévastés de la Chine: parfois réduits à mendier, toujours obligés de se cacher des forces de l’ordre… La violence du contrôle social ne ralentit pas Kongzi qui continue de prendre d’assaut le coeurs de Meili. Ce roman est le combat d’une femme qui veut être libre, sans le contrôle de son corps par son mari ni par l’Etat.
Ma Jian, célèbre dissident chinois qui a quitté son pays il y a 25 ans parce qu’il ne pouvait s’y exprimer librement, signe un roman bouleversant sur la politique de l’enfant unique où la violence du contrôle social et familial.

Amazon (22,00€)

Pas trop ambitieuse quant à la quantité de lecture et bien loin de couvrir tous les styles littéraires qui sont parus ou vont paraitre durant cette période de rentrée littéraire, cette sélection s’achève là. Et comme disait mon professeur de philosophie au lycée: « Il faut lire, lire, LIRE. Lire en mangeant, en dormant, en marchant, il faut dévorer avec appétit et faire preuve d’audace et de fantaisie dans ses choix de lecture« . A vos bouquins !

À propos de Sunsh

Etudiante à plein-temps, brunch-addict, coureuse des montagnes de l'après-midi, fétarde de la nuit et globetrotteuse continuellement.

Publié le 14 septembre 2014, dans Bouillon De Culture, Lire, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Slt, sympa ta sélection de livres ^^
    J’ai lu récemment le livre de Ma Jian et j’ai fait une critique sur ce dernier,
    au cas où ça intéresserait …
    https://plumedamethyste.wordpress.com/2015/01/13/la-route-sombre-ma-jian-analyse-livresque/

    Bonne continuation sur la blogo !

    J'aime

  2. Challenge accepted ! J’essaierai de vous faire un compte rendu une fois certains de ces livres lus !

    J'aime

  3. Merci Sunsh, ta sélection donne envie.
    J’ai notamment ajouté L’ouli et Charlotte dans ma wish list! Depuis un petit moment, j’ai également envie de découvrir l’auteur Harumi Murakami et cet article m’a encore plus donné envie!
    J’espère qu’on aura ton avis sur les livres que tu as sélectionnés! Je suis également très intéressée par ton point de vue!

    Aimé par 1 personne

  4. Merci Sunsh pour cette sélection fort intéressante ! J’ai le défaut de ne lire quasiment que des classiques, ton article m’a ouvert un peu l’esprit et je suis assez déterminée à en lire quelques uns (L’été des noyés par exemple, rien que le cadre narratif donne envie de le lire).
    Donne nous ton avis une fois que tu en auras lu si tu peux, ça m’intéresse.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :