Vie ma vie de mum #1

Deuxième volet de notre semaine spéciale MUM ! Aujourd’hui, immersion totale dans le quotidien d’une maman grâce aux témoignages de quelques unes de nos membres, qui ont eu l’attention extrême de bien vouloir répondre aux questions d’une philistine en la matière – merci beaucoup à elles, Doonys, Eïdole, Leela, Tagada et Yakamoz, d’avoir eu la gentillesse de prendre le temps de répondre à mes interrogations aussi existentielles que saugrenues pour partager avec vous (et moi!) leur expérience de maman !

Passionnée par l’intime, les petites choses, les rituels et les habitudes qui paraissent insignifiantes mais qui créent le quotidien, j’avais cette conviction que, de même que c’est la circulation d’une pièce à une autre qui fait une maison, la façon dont on se vautre sur son canapé ou se peletonne dans un fauteuil qui crée le « chez soi », c’était dans ces gestes, répétés chaque jour, les soins journaliers à chaque fois un peu différents, que l’on « fait » un parent, et c’est la volonté de confronter cette intuition à la réalité qui, à l’origine, motivait ce petit reportage. Alors, la mère surbookée mais épanouie, cliché surannée ou réalité ? J’espère que cet article vous plaira, vous apprendra, comme à moi, deux trois choses sur la maternité, ou bien, sur les mamans de notre forum, et à nouveau un immense merci à mes « échantillons » pour leur participation ! C’est à elles !

Découvertes, splendeurs et misères de la maternité

A priori, on se dit toute qu’avoir un enfant va nous changer, changer notre vie quotidienne, notre façon d’être ou d’aborder l’existence en général, mais qu’y a t-il véritablement enjeu dans la maternité ? Que découvre t-on ?

En ce qui concerne Leela, quelque chose d’inattendu s’est produit… « c’est comme si mon cerveau n’attendait que ça pour révéler le meilleur de moi même. C’est assez dingue, je suis toujours moi mais en mieux. J’ai gardé mon grain de folie mais je me suis aussi assagie , « zenifiée » je dirais! Je relativise beaucoup, ce que j’étais incapable de faire il y a quelques années. ».

Pour Doonys, le plus spectaculaire dans la maternité, c’est avant tout apprendre à connaître sa petite fille, qui vient de fêter sa première année : « ce qui me surprend le plus c’est la vitesse à laquelle elle évolue. Elle a eu 1 an maintenant et quand je vois le chemin qu’on a parcouru durant cette année, ça me parait lointain et en même temps très proche, c’est vraiment bizarre comme sensation.Le caractère d’un enfant s’affirme très tôt et ils comprennent tout très rapidement. C’est tellement adorable de la voir expérimenter chaque jour de nouvelles choses, essayer de grimper sur le canapé, comment se déplacer le plus efficacement, goûter aux fruits et légumes… Et surtout de voir sa fierté quand elle réussit ce qu’elle avait entrepris ! ». Mais elle a aussi redécouvert son mari, un papa poule sommeillait en lui, et elle avoue des fois ne plus se reconnaître : elle est, notamment, devenue patiente ! « il y a beaucoup de changement positif, rajoute t-elle, je me prends moins la tête pour des futilités, j’ai appris à vivre au jour le jour, j’essaie de profiter un maximum de chaque instant et quand ça va moins bien je patiente et relativise, comportement impensable avant la grossesse. » Doonys, qui a vécu une grossesse compliquée qui lui a causé de nombreuses angoisses et des soucis, a beaucoup grandi grâce à cette épreuve, elle sait à présent profiter « de petits bonheurs simples ». « J’arrive enfin véritablement à relativiser et je veux essayer de transmettre tout ça à ma fille, lui montrer que le plus important dans la vie c’est d’être en accord avec soi même, à force de toujours vouloir avancer on oublie le présent et on finit par ne plus voir la chance qu’on a. »

Pour Eïdole aussi, la plus grande découverte dans cette aventure qu’est la maternité, c’est son fils, et la responsabilité associée à son nouveau statut de maman. « Bien sûr on le sait avant d’être mère, on se doute de tout ce qui va se passer mais pas complètement tant que ça n’arrive pas concrètement. C’est nous et l’éducation qu’on lui donne qui construirons notre enfant, il faut être attentif à tout ce qu’on dit et à tout ce qu’on veut lui transmettre je trouve ça assez dingue quand on pense au rôle que nous tenons déjà pour lui et son futur. ». Yakamoz ressent également un grand plaisir à découvrir sa fille : « je me dis assez souvent qu’elle fera de grandes choses » dit-elle. Tagada pour sa part a redécouvert… sa belle mère, devenue invivable : heureusement 3h de route les séparent, mais elle confie aussi avoir été surprise de pouvoir aimer quelqu’un aussi fort que son copain.

Au jour le jour

J’ai gardé beaucoup d’enfants adolescente et au début de mes études, et je me suis souvent demandée mais COMMENT font les parents ? Je me souviendrais toujours d’un vendredi où je venais garder Isabel, 1 an et des brouettes, ce jour là je venais « libérer » son père, d’habitude c’est plutôt sa maman, mère au foyer, qui profitait de sa baby sitter pour aller s’entraîner au marathon !, que je croisais mais elle était absente le temps d’un week end. Jamais je n’avais vu leur appartement d’habitude propre, rangé et net dans un tel état, c’était, tout simplement, l’apocalypse. Et il n’était que 9h du matin. Qu’avait-il bien pu se passer en 1 heure et demie ? Quelque chose m’échappait forcément, je devais m’être trompé de date, aujourd’hui clairement on passait le brevet d’inaptitude parentale. De même, quand ma mère, travaillant 50 heures, ou plus, par semaine, nous parle de notre enfance, impossible que ses 4 rejetons n’ouvrent pas des yeux béats de stupeur à l’idée d’imaginer quel pouvait être le quotidien à la maison.

On parle beaucoup de la double journée des femmes qui se partagent entre vie professionnelle et vie domestique, à quoi correspond précisément ce quotidien ? Comment s’organise la vie avec un bébé ?

En ce qui concerne les toutes jeunes mamans, qu’on représente toujours dans les films cernées jusqu’aux genoux, dormant en pointillé, il y a plusieurs écoles. Doonys et son époux essaient au maximum de respecter le rythme de leur petite fille. « Beaucoup de choses sont conditionnées en fonction de ses horaires. Bien sur on ne se prive pas non plus si on a rendez vous ou si on doit sortir, on y va mais dans la mesure du possible on s’adapte. » C’est tout le contraire chez Tagada : « Tout le monde me disait que j’allais devoir m’adapter au rythme de Nathanaël, mais sans le vouloir c’est lui qui s’adapte à nous. Il fait des grasses mat’, il peut manger en extérieur, à l’arrache, et à l’heure qu’on veut, être en soirée avec nous sans être pénible, il s’endort chez des amis sans problème. Il est éveillé, c’est un bébé sourire, il a pas l’air d’être en retard et n’est jamais malade, si je voyais que c’était nocif pour lui je changerais mes habitudes. Quand il ira à l’école c’est clair que les grasses mat’ seront finies mais on profite au jour le jour ! »

Yakamoz ne va pas vous raconter des balivernes : une maman, ça a moins de temps pour soi. Pour autant, elle ne veut pas tomber dans le travers de la mère stakhanoviste, minutant à la seconde l’emploi du temps de la maisonnée : « je n’ai pas une organisation militaire car j’aime laisser place à l’imprévu mais il faut ruser ». A peine rentrée du travail et jusqu’à son coucher, toute son attention va à Priya. Comme Priya vit dans un environnement plutôt inhabituel (elle s’apprête à joindre une coloc avec sa maman et deux de ses copines!), Yakamoz peut compter sur l’une des colocs pour assurer la préparation du dîner. Tous les soirs : on danse, on rigole, et on lit avant de se coucher, mais pour faire vraiment plaisir à Priya, l’idéal c’est de passer un moment avec des animaux ! (future véto?) La deuxième journée débute ensuite : « Une fois la porte de la chambre fermée, je m’occupe du linge, de la vaisselle, des factures et enfin, souvent vers 22h, je peux m’asseoir dans le canapé pour regarder un film ou une série. Je pense que tous nos petits rituels nous permettent de supporter plus facilement ce rythme.  Tout ce que je faisais avant (traîner des heures, faire du sport, mettre un temps infini à me préparer, faire la fête) , je me l’autorise seulement quand Priya est chez son papa. ». Leela elle, s’est longtemps considérée comme désorganisée, mais elle s’est découverte un talent pour gérer le plus efficacement possible son temps : la semaine c’est avec Loni, qu’elle quitte tôt le matin et récupère à 19h . Un dimanche sur deux lui est réservé, l’autre elle en profite pour prendre soin d’elle. La semaine passe vite mais Leela confie qu’elle « essaie de se soigner la dessus parce que je le speede aussi du coup! ».

Eidole, elle aussi reconnaît que « quand on travaille, pas trop de place à l’imagination ! ». La routine s’installe forcément : mais elle fait aussi du bien et permet d’être efficace. Tous les soirs de la semaine, entre 18h15 et 20h, sont orchestrées d’une main de maître les activités suivantes : bain-dîner de Noa, jeu, biberon. « J’ai envie qu’il garde un rythme surtout pour le sommeil ». Par contre le week end, c’est plus chill : « on peut traîner toute la journée en pyjama ou sortir prendre l’air en poussette et aller se balader et le soir c’est pareil, il traîne un peu plus tard » et une journée idéale à un an voilà ce que ça donne : « passer une matinée remplie de câlins de ses deux parents en dessous la couette,  une balade dans un parc, un goûter en plein air, manger un fraisier avec sa maman, marcher dans l’herbe en me donnant la main, rentrer à la maison et courir après ses 2 chats en éclatant de rire, sans oublier d’allumer le micro-onde et tout dérégler pour vérifier qu’il fonctionne et de faire semblant de lire des livres ».

Tempus fugit

Le temps passe vite, et probablement encore plus rapidement quand on fête les anniversaires d’un petit bout, qui, un jour passe son existence à dormir, puis quelques mois plus tard cavale dans toute la maison, joue à la playstation et remplit ses vœux sur APB. Quels sont les moments favoris que nos mamans aimeraient retenir avec elle et quels sont les souvenirs déjà inscrits dans leur mémoire ?

Il s’avère que beaucoup de mes « specimens » se sont réconciliés avec… le matin ! Chaque jour Leela vit un moment tout simple avec son fils : « avec ses 4 ans et son mètre 05 il vient se lover contre moi pendant 10 bonnes minutes, le temps d’émerger. C’est intense ». Même chose chez Eïdole : « Mon moment favori c’est le weekend.. au petit matin. Il rigole et sourit dès qu’il se réveille et puis le matin c’est un moment très agréable car on le met dans notre lit, il fait  beaucoup de câlins et de bisous, un vrai moment de plaisir. Même à 7h30. Même le dimanche ! ». Jamais deux sans trois, Doonys aussi adore le réveil : « même si on est dimanche qu’il est 6H00, qu’on n’a que très peu dormi,  elle va nous accueillir avec un grand sourire et un regard qui nous fait oublier les valises qu’on traine sous les yeux. ». Bon, apparemment enfant > café ? Je préviens la Nasa.

La fin de journée est un bon moment pour décompresser et se raconter sa journée, Leela et Loni ont l’habitude de se poser en terrasse et de siroter du jus de fruit, Yakamoz aussi aime ce moment : « c’est lorsque je retrouve ma fille après le travail. On a peu de temps mais on ne le perd pas ! Chaque soir, on écoute de la musique et on danse, j’adore son regard qui s’accroche au mien et le grand sourire qu’elle a quand on tourbillonne. »

Evidemment, comme le disait Hegel, la vie c’est pas de l’art, et le quotidien est aussi fait de négociations et d’extériorités, par exemple quand il s’agit de déposer Loni au centre de loisirs le mercredi, car il traîne la patte et préfère l’école ou quand il faut presser Priya le matin avant de partir au travail. Doonys craint l’heure des repas : « ça peut paraître bizarre mais comme elle est très suivie, on culpabilise beaucoup et c’est devenu un moment stressant. ». Tagada pour sa part engagerait bien quelqu’un pour changer son garçon, pas trop coopérant en la matière : avis aux amatrices.

Gageons que même ces instants un peu plus difficiles d’ici quelques années, on s’en souviendra la larme à l’oeil… En tout cas, dans les moments marquants, indéniablement, l’accouchement et les tous premiers jours de vie figurent en haut du podium. Pour Yakamoz, pas de discussion possible, « Le meilleur souvenir sera toujours celui de sa naissance, c’est l’événement le plus marquant de ma vie ». Le meilleur souvenir de Tagada c’est la première rencontre avec son fils : « Il était sale, posé sur ma poitrine de côté, mais a levé sa tête pour plonger dans mes yeux, il avait un regard de ouf, il est resté keblo à me regarder super longtemps, c’était le début d’une nouvelle vie ». Pour Doonys, qui a vécu une grossesse et un séjour à la maternité pleins d’incertitudes « le meilleur moment c’est le 26 avril, quand on a pu rentrer chez nous, même si rien n’était près pour notre princesse, on rentrait à trois ».

Tagada et Eïdole aiment aussi se remémorer les accomplissements de leur petit bout. Eïdole rapporte que son meilleur souvenir « est le jour où il a dit maman pour la première fois, en ce moment il n’arrête pas de le dire, même quand on le gronde… il pleure en disant « ma-ma-ma-mannnn ». Plus récemment mon deuxième meilleur souvenir c’est de le voir marcher, ça parait peut être bête de l’extérieur mais je crois qu’il faut être maman pour comprendre ce genre de truc. ». Tag’ pour sa part est à l’affût des premières fois : « je ne suis pas marquée par un moment particulier mais par toutes ses premières fois de bébé, premier tour en manège, première pêche au canard, premier noël, première dinette, premier biberon au nesquick ». Pour Leela, en toute simplicité, « chaque jour est un meilleur souvenir car chaque jour il me dit que je suis belle et qu’il m’aime ! » : que demande le peuple ?

C’est tout pour ce premier épisode, rendez vous dimanche pour la suite ! N’oubliez pas de laisser un petit mot aux mamans du forum qui m’ont inspiré cet article et m’ont communiqué toutes leurs anecdotes, merci les filles ! Dites nous aussi en commentaire ce qui vous a surpris, ému, plu, comment vous, vous voyez les choses !

Publié le 21 mai 2014, dans Être une gloryboxeuse, Day By Day, Vis ma vie, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 13 Commentaires.

  1. Merci beaucoup pour toutes vos réactions ! Ravie que ce premier numéro vous ait plu, mais je dois dire que tout ça c’est grâce aux mamans qui ont eu la gentillesse de partager leurs histoires, donc tout le mérite leur revient ! Merci encore les filles ! (et merci à Bagh d’avoir signalé la faute qui m’avait échappée héhé!)

    J'aime

  2. Oh, cet article est mignon, adorable, touchant, émouvant, tendre. Bref, il n’y a pas de mot… Sincèrement, à la fin de l’article, je me suis dis « Déjà » et pourtant, l’article est long… Mais c’est tellement rempli d’amour et de douceur. En tout cas, ca donnes envie mais pour moi, ce ne sera pas demain la veille que j’aurai un bébé même si je vois de nouvelles choses apparaître en moi, la « fibre maternelle ». 😛

    J'aime

  3. Très bel article qui rend si précieux et unique la relation qu’on a à son/ses propre(s) enfant(s). Je pense de plus en plus que ce serait vraiment triste de ne pas connaître cette joie dans ma vie.

    Coquille : « Même si rien n’était prÊT* pour notre princesse »

    J'aime

  4. Superbe article, je suis ravie!!!!
    Merci Grey d’avoir si bien compris nos mots , nos émotions.
    Et Bravo à toutes les GB’s Mum qui assurent un max’ 😉

    J'aime

  5. L’émotion! C’est beau tout ce que vous dites; trop d’amour!

    J'aime

  6. Jsuis hyper ééééémuuuuuue. Franchement les gb mums, chapeau bas (mention spéciale aux mamans célibataires, la mienne l’a été quelques années et je sais que ça a pas été facile)/ Comme sunsh, ça donne PRESQUE envie d’avoir un mini moi.

    J'aime

  7. Moi aussi il me touche beaucoup cet article Grey ! ça nous représente bien, c’est un bon résumé 🙂 Merci encore pour cet article !

    J'aime

  8. C’est vraiment un bel article, vivement dimanche pour la suite 😀

    Vos enfants sont vraiment magnifiques, c’est assez émouvant de les voir grandir, on a l’impression de les connaitre sans vraiment vous, vous connaitre. En tout cas, c’est du bon boulot les filles. 🙂

    Decidement j’adore les articles qui nous permettent de découvrir d’autres univers a travers les témoignages des GB.

    J'aime

  9. Je suis touchée par ton article, c’est un petit condensé très représentatif de ce que nous sommes, nous les jeunes mamans ! Merci beaucoup !

    J'aime

  10. Un article très mignon, et plein de tendresse ! 🙂
    Très joli et émouvant !
    Ca donne envie ^^

    J'aime

  11. C’est hyper émouvant de lire tout ça, ces moments intimes avec vos enfants. Vous êtes quand même des super mamans !! SUPERWOMEN.
    Super article Grey !

    Ca en donnerait presque envie tout ça (j’ai dit presque haha).

    J'aime

  1. Pingback: Vie ma vie de mum #2 | glorybox

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :