Faut-il avoir peur de la Corée du Nord ?

L’apprenti dictateur Kim Jong-Un n’en finit pas de faire parler de lui. Orientation de missiles longue portée, discours martiaux, et, tout récemment, déclaration de l’« état de guerre » entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. Et pourtant, une attaque de la part de la Corée du Nord, personne n’y croit.

Pourtant, tout est parfaitement mis en scène. A même pas 30 ans, Kim Jong-Un, successeur de son père depuis à peine un an et demi, fait tourner des photos de lui, en pleine réunion décidée « d’urgence » avec son état major, devant des plans de trajectoires de missiles avec un plan d’attaque des USA en fond. On s’y croirait. Mais personne n’arrive à prendre le bonhomme au sérieux. Pas même les Etats-Unis, pourtant menacés verbalement, qui se sont contentés d’envoyer deux simples bombardiers B-2 survoler la Corée du Sud et de renforcer le « bouclier » antimissiles sur la côte Ouest des USA. Sait-on jamais…

Tout le problème réside dans la mégalomanie du tyran persuadé de pouvoir parvenir à ses fins, quand bien même le monde serait contre lui. Mais quand même, quelle serait la logique d’annoncer à un pays cent fois plus puissant qu’on va l’attaquer, avec la certitude d’être réduit à néant en retour ? La raison impose de croire qu’une troisième guerre mondiale n’aura pas lieu. Pourquoi ? Déjà parce qu’on n’a jamais vu de guerre nucléaire annoncée par un teaser pseudo futuristico-catastrophique. Au contraire, l’effet de surprise est même primordial dans ce genre d’attaque puisqu’il entretient un sentiment de peur qui annihile toute possibilité de riposte.

Le chantage au nucléaire, un air de déjà-vu

Et puis, on ne peut s’empêcher de se demander si, réellement, la Corée du Nord a les compétences pour miniaturiser ses armes nucléaires afin de les installer sur des missiles balistiques. Sans compter qu’il n’est pas certain qu’elle soit en mesure de frapper les grands centres urbains américains, même si les menaces touchent en premier lieu Hawaï, Guam et la Corée du Sud.

Et si ces menaces n’avaient pour seul but celui de renforcer le pouvoir de Kim Jong-Un ? Le jeune Kim aurait-il besoin de s’imposer sur son armée et sur son peuple ? Malgré son jeune âge et son manque d’expérience, Kim Jong-Un veut se faire passer pour un stratège de guerre, commandant en chef aguerri. Si tel est le cas, rien de tel qu’une menace impérialiste pour souder la nation assiégée derrière son chef, troisième du nom après son grand-père, Kim Il-sung – fondateur de la dynastie, qui a poussé Staline à attaquer le Sud pendant la guerre de Corée (1950-1953), causant de lourdes pertes dans l’armée Chinoise, dont le fils de Mao Zedong, vaincue par les Etats-Unis – et son père Kim Jong-il.

Si personne ne redoute réellement l’attaque nucléaire, c’est aussi parce qu’elle est le moyen de chantage utilisé depuis dix ans par la Corée du Nord. Sauf que cette fois, le contexte régional a tourné au désavantage de Pyongyang. La Chine, parrain de la Corée du Nord, qui lui doit son approvisionnement pétrolier et sa nourriture, aura même soutenu les Occidentaux au Conseil de sécurité de l’ONU pour condamner le dernier essai nucléaire nord-coréen, agacée par le jeune Kim. Le Japon a opté pour un Premier ministre peu sensible au chantage, élu pour réaffirmer la puissance japonaise face à ses ennemis dans la région – qu’ils soient réels comme Pyongyang ou potentiels comme Pékin. Quant à la Présidente de la Corée du Sud est une femme conservatrice, Park Geun-Hye, fille de l’ancien dictateur sud-coréen Park Chung-hee, victime de plusieurs tentatives d’assassinat par Pyongyang, dont l’un tua sa propre mère. Traitée de prostituée par la Corée du Nord, ces insultes paraissent bien palichonnes suite aux menaces nucléaires.

Tu me tiens, je te tiens, par la barbichette…

Il s’agit en fait de menaces qui auraient pu être prises un peu plus au sérieux si un traité de paix avait été effectivement signé entre les deux Corée depuis la fin de la guerre, traité qui n’existe pas. Concrètement, les deux Etats sont encore et toujours en « état de guerre », et ce depuis 60 ans malgré une tentative de rapprochement courant 2002. L’intérêt d’une relative paix est aussi économique puisque des travailleurs sud-coréens sont employés dans les zones économiques spéciales en Corée du Nord. Ils continuent d’ailleurs de s’y rendre comme si de rien n’était, alors qu’ils auraient tout intérêt à déserter en cas de guerre imminente.

L’heure n’est donc pas encore à la guerre nucléaire, même si la Chine a appelé les différents pays à la retenue et que la Russie s’est inquiétée de voir cette escalade se poursuivre et tourner à la confrontation. Vous pouvez respirer et reprendre une activité normale !

Publié le 14 mai 2013, dans Day By Day, Société, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Hahah j’ai vu un film blockbuster du dimanche qui parlait de ça mais séééééérieusement j’ai jamais pris ce genre de menaces aussi peu au sérieux.

    Il se fera écraser, je pense que c’est pas une guerre intéressante à faire, alliés ou pas. Justement je trouve que par exemple, la Chine est déjà assez puissante comme ça, tout le monde a secrètement peur de la Chine, c’est pas la corée du nord qui risque de causer le plus de dégats si ww3 il y a.

    J'aime

  2. Kim Jong-Un me fait penser à un gosse capricieux qui n’a pas tout ce qu’il veut. Mais même s’il est difficile de prendre ses menaces au sérieux, majoritairement parce qu’il n’est pas même soutenu par ses alliés principaux, je pense que nous ne sommes pas l’abris d’un conflit à échelle mondiale un jour ou l’autre, soulevé par un assoiffé de pouvoir anti-capitaliste ou uni-latéralisme américain.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :