Zero Dark Thirty : docu ou fiction ?

Zero Dark Thirty. Probablement l’un des films les plus attendus. Les plus redoutés aussi. Deux heures et demies de film sur dix ans de traque de l’ennemi numéro 1 des Etats-Unis. Un portrait d’une Amérique en guerre contre un fantôme. Que faut-il retenir de ce film de Kathryn Bigelow ? Faut-il le considérer comme un documentaire ou une fiction ?

On ne va pas y aller par quatre chemins : âmes sensibles, s’abstenir. La couleur est annoncée dès le début : des scènes peuvent choquer. Et pour cause. La première demi-heure est quasiment exclusivement réservée à des scènes de torture, particulièrement difficiles à supporter. Humiliation, collier de chien, supplice de la noyade, au-delà de la cruauté des images, c’est surtout la froideur de l’exécution qui donne des frissons. A l’oeuvre : une main technique, qui applique seulement une méthode comme elle pourrait en utiliser une autre. Celles qui ont vu Démineurs, de la même réalisatrice, l’y reconnaîtront. Il faut dire que faire un film sur la traque de Ben Laden, rien que ça, n’est pas donné à tout le monde et Kathryn Bigelow a conscience de marcher sur des œufs avec ce film. Dommage car le recul qu’elle prend  donne un goût presque aseptisé à ce film qui se veut pourtant objectif. Pas de fanfaronnade et peu de drapeaux américains. Si peu crédible. Peu crédible aussi l’absence d’insulte et le respect des interrogateurs vis-à-vis de leurs victimes, malgré les multiples humiliations. On est bien loin des privations des droits élémentaires photographiées à la prison d’Abou Ghraib.

Maya, jeune agent de la CIA, interprétée brillamment  par Jessica Chastain, se battra jusqu'au bout pour défendre sa théorie.

Maya, jeune agent de la CIA, interprétée brillamment par Jessica Chastain, se battra jusqu’au bout pour défendre sa théorie.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce film fait polémique et, en sortant de la salle de cinéma, on comprend aisément pourquoi. Le personnage de Maya, au coeur de ce long-métrage, interroge. La manière qu’a Kathryn Bigelow de traiter si froidement l’efficacité affichée de la torture doit-elle être perçue comme une apologie de ces pratiques inhumaines ? Impossible de trancher et ce doute met mal à l’aise. Le film montre clairement que les « techniques d’interrogatoire renforcées », selon l’euphémisme de l’administration Bush, ont produit des informations déterminantes pour l’enquête. Secret de polichinelle révélé mais qui dérange. La faim justifie-t-elle les moyens ? Face à un risque terroriste, peut-on légitimer la torture sous prétexte qu’elle permet d’obtenir des informations ? C’est là toute la finesse du film : plus loin, on apprend que finalement, ces mêmes informations étaient déjà en possession de la CIA… Mais quand même, l’éventuel bénéfice de la torture présenté sous le constat de l’efficacité est gênant. Quid de la moralité ?

Un chef d’oeuvre artistique…

Mais Zero Dark Thirty n’est, heureusement !, pas qu’un film sur la torture. Les patrons de la CIA s’accordent d’ailleurs à le qualifier de « bon film ». Habilement tourné, bien ficelé – aussi le spectateur comprendra l’ensemble des étapes, Zero Dark Thirty est le petit frère de Démineurs : un film de guerre mis aux normes du film d’action. Mais soyons complètement honnête : Zero Dark Thirty reste un chef d’œuvre sur le plan purement artistique. Le final, l’assaut de la forteresse d’Abbotabad est tout simplement époustouflant. Même si le dénouement m’a un peu laissée sur ma faim, il est vraiment puissant et reflète toute la noirceur du film, tout le mal que cette traque a fait à Maya, l’héroïne et, plus largement, au personnel de la CIA.
Au-delà de l’heure exacte de l’assaut, le titre désigne la nuit elle-même. Une nuit dont on fait la rencontre dès la première scène : de longues minutes de noir, sous-titrées d’appels apeurés de victimes du World Trade Center au 911. Un habile moyen pour remplacer les images vues et revues de l’effondrement des tours jumelles. Une nuit dans laquelle a erré pendant dix ans une Amérique en guerre. En guerre contre un ennemi dont on ne verra jamais le visage mais qui aura détruit des milliers d’Américains, à l’instar de Maya, interprétée avec brio par Jessica Chastain, qu’on voit s’effondrer à la fin du film, comme si elle venait de perdre sa raison de vivre.

… pas tout à fait historique

Jason Clarke joue le rôle d'un agent de la CIA, spécialiste de la torture.

Jason Clarke joue le rôle d’un agent de la CIA, spécialiste de la torture.

Attention, toutefois, à ne pas confondre Zero Dark Thirthy avec un documentaire. En témoignent ces quelques erreurs et autres approximations, relevées par le critique et éditorialiste du Dawn, Nadeem F. Paracha. Comment expliquer que, pour un tel blockbuster, les réalisateurs n’aient pas su dépêcher un consultant capable de leur dire que les Pakistanais parlent l’ourdou, l’anglais et d’autres langues régionales mais certainement pas l’arabe ? Pire encore, comment imaginer qu’une Mercedes pleine d’hommes armés puisse se garer à quelques mètres de l’ambassade américaine à Islamabad alors que subsiste ce qu’on appelle « l’enclave diplomatique » ?
Des négligences qui auraient pu être évitées mais qui, pour autant, n’enlèvent rien à l’intérêt du film. Ne vous attendez pas à une film qui mitraillent de tous les côtés avec Zero Dark Thirty. Non, Zero Dark Thirty est un film sur les doutes de la Compagnie dans cette traque et sur les conséquences de cette guerre. Un film qui, finalement, nous apprend peu de choses qu’on ignorait mais qui captive.

Bande annonce

Publié le 9 février 2013, dans Bouillon De Culture, Ciné, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. J’en ai entendu parler il n’y a pas longtemps en cours et j’ai juste pu voir le début (cette scène noire où l’on écoute les appels des prisonniers des tours jumelles) et j’étais déjà au bord du malaise, c’était saisissant… Ca m’a donné envie de voir le film pour le côté historique, reconstitution mais tu m’as refroidie sur ce point ! J’étais déjà hésitante à cause du rôle de la nana (quel est il?) apparemment juste là pour romancer l’histoire, et c’est pas ce qui m’intéresse.

    Hésitation donc.

    J'aime

  2. Merci pour l’article Seif’!

    Je l’ai vu hier, et avant de le voir j’avais juste entendu dire que c’était un film pro-torture et que c’était mal blablabla.
    Au contraire, pendant le film, j’ai jamais eu envie de prendre partie pour la torture, ni même envie de félicité la CIA et d’applaudir des deux mains.
    Tous les personnages m’ont été complètement antipathique et le pire c’est Jessica Chastain. Et même si je l’ai pas reconnu tout de suite, ça me conforte dans le premier avis que je m’étais fait sur elle quand j’ai vu la pub d’Yves Saint Laurent. Elle manque de charisme et elle ne me touche pas du tout.
    C’est vraiment pas un film qui m’a parlé, touchée, qui m’a influencé.
    Et tout ce qu’on peut « apprendre » ici sur la CIA, n’est pas tellement valorisant. L’accent est quand même mis sur les échec de la CIA, tous les attentats qui sont arrivé à terme pendant cette période. On ne parle pas de ceux qui ont pu être empêché. Ce qui est assez contradictoire dans un film américain, même si on peut aussi se dire que ça peut servir à attiser la haine contre Al Quaida.

    Et la réplique « – She’s smart. -We’re all smart. »
    –‘

    (Bon, désolé. Je suis une rageuse aussi..)

    J'aime

  3. Ah moi c’est bizarre je n’ai pas du tout ressenti la même chose. J’ai trouvé le film long, la première heure surtout. Et puis je ne sais pas, je n’ai pas réussi à rentrer dans le film. Je m’attendais davantage à un film d’action et j’ai été déçue de ce point de vue là.
    Et puis j’ai eu un peu de mal à croire à l’histoire, seule contre tous (je ne veux pas en dire trop, pour ne pas spoiler les filles qui voudraient y aller, même si ce n’est pas une grosse surprise).

    Enfin vraiment, je n’ai pas accroché alors que j’attendais beaucoup ce film ; c’est d’autant plus intéressant d’avoir un autre avis ! 🙂

    J'aime

  4. Merci pour cet article! C’est vraiment un film que j’aimerais voir (bon je suis certaine que je vais me cacher les yeux pendant les scènes de torture hein…) et ta critique a renforcé cette envie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :