Quelques idées reçues sur le Québec

Rarement une contrée n’est aussi fantasmée et idéalisée par le grand public que le Québec. Morceaux choisis : « Ils parlent avec un accent bizarre, ils adorent Céline et y’a plein de caribous! Puis ils sont tous gentils! », voilà ce que mes amis ne cessaient de me raconter lorsque j’annonçais mon départ pour Montréal. Même moi, je ne connaissais guère que « Le coeur a ses raisons », le hockey sur glace et Stéphane Rousseau comme produits made in Belle Province. Alors tirons les choses au clair: au Québec, c’est VOUS qui avez un accent « bizarre », ils adorent Céline autant qu’on adore Johnny et les caribous, c’est comme un député avant un procès: on sait qu’ils existent, mais surtout personne ne les a vus…

Pour que vous partiez préparer, devant vos yeux ébahis, voici une compilation des pires idées reçues que les Français Bidochons espèrent retrouver en faisant leur demande de visa chez « Immigration Canada ».

1. Il y fait tout le temps froid

Le Québec : des caribous, des chemises de bûcherons et plein de neige. Voilà l’image d’Epinal que les Français se font de leurs cousins. Qu’on rétablisse la vérité : la neige, c’est bien vrai, IL Y EN A. Les Québécois se feront d’ailleurs un plaisir de vous raconter leur histoire d’horreur préférée (après celle de Luka Magnotta qui aimait beaucoup manger chinois, dans le sens propre de la phrase) : celle du -30°C en plein après midi à Montréal. L’étranger croira à une fable, comme celles qu’on raconte aux enfants pour avoir peur (celle du numéro du Père Noël qui, en été, était une ligne érotique, m’a traumatisé), mais comme le Yéti, tout le monde en parle, personne l’a vu. Moi non plus d’ailleurs.

Mon arrivée début septembre au Canada était des plus agréables, on avait gagné plus de 15°C en comparaison avec la pluie de Paris. De plus, il a rarement plu, même pendant l’automne, chose que je connais que trop en Normandie. Au contraire, l’automne y était très sec et coloré (les couleurs des feuilles typiques du Canada ne sont pas la prouesse de Photoshop, mais bien de la nature). Les températures ont certes descendu bien vite, pour atteindre les -18°C la nuit fin novembre, MAIS : les températures en apparence glaciales au Québec ne sont pas aussi redoutables que ça. L’hiver y est très sec, un -25°C montréalais est donc comparable en ressenti à un -10°C parisien. A la différence près que la où Parisienne achète un manteau Comptoir des Cotonniers certes beau mais peu chaud, la Montréalaise, elle, se promène en Canada Goose. WIN.

météo MTL

ON VA TOUS CREVER FIN DU MONDE NOSTRADAMUS MAYA L’ABEILLE!!!!§§§§§

2. Le Québec c’est le paradis de l’expatriation

Outre les danseurs nus, personnages farfelus dans le métro et les nids de poule sur la route, Montréal est également célèbre pour ses nombreux Français expatriés. Ils se reconnaissent très facilement après avoir tâté le terrain : ce sont les premiers à se revêtir de leurs « Canada Goose » flambant neuves dès que la température tombe à 5°C. De nature énervée, l’animal expatrié sera toujours celui qui criera le plus fort au supermarché sa rage de voir le Caprice des Dieux à 8$ et le camembert Le Rustique à 7$. Il ne manquera jamais de faire rappeler que, dans son magnifique pays (qu’il a pourtant fustigé pendant toute la période de la demande de visa), le fromage est UN DROIT INALIENABLE. Il ne pourra également pas s’empêcher de pouffer de rire les premiers jours à l’écoute de l’accent québécois ou du « Bienvenue ! » (= de rien !), affichant sa supériorité tel le lion qui veut fourrer la lionne en secouant sa crinière l’Oréal.

FromagesAuQuébec

Je voulais une tranche, mais j’avais que 100$ sur moi…

Le Québec semble pourtant être un paradis au premier coup d’œil : la même langue mais une atmosphère nord-américaine, des salaires hauts et une sécurité même dans la capitale. Mais les expat’ « Français de France » choquent souvent leurs compatriotes de la Belle Province par leur arrogance et leur désintérêt pour l’intégration, si bien qu’il n’est pas rare de se faire insulter de « maudit Français ». Le racisme s’expatrie lui aussi.

3. C’est le dernier bastion contre l’anglicisme

Bon, celle là aussi a son énorme part de vérité. Parce que les « capuchons de chocolat », le signe « arrêt » ou le «  téléphone intelligent », au début, ça choque. Et ça fait rire. Préférez donc : « Oh il est sacoche ton téléphone intelligent ! » à « Trop darr ton smartphone ! » pour complimenter le Galaxy S 3 de votre amie que vous jalousez secrètement.
MAIS !
« Chien chaud » est une invention française, nos amis caribous comprennent également ce qu’est un « parking » et ils écoutent aussi du « rock » et non de la pierre. Faut pas pousser non plus.

panneau-arret-quebec

« Arrêt! Temps du marteau! » (Un coupon free internetz à celle qui comprendra)

Comme vous le savez, le français est la seule langue officielle du Québec, même si l’anglais est majoritairement parlé comme langue seconde, voire comme langue maternelle par beaucoup d’immigrants ou la fine fleur des quartiers ouest huppés. Dans un pays où les 2/3 des habitants sont anglophones, la défense de la belle langue française est donc devenue plutôt ardue pour nos amis acadiens. Pour ce faire, existe la loi 101 : une loi qui garantit l’usage du français dans le paysage public et dans des entreprises de taille moyenne. Le « droit » de parler français y est protégé.  Mais cela ne veut pas dire que l’anglais y est banni, ou bien lisez-donc ça : « Ah c’est ma toune préférée elle est trop fuckée anyway ! ». Oui, 3 mots en anglais, vous avez bien lu ! La jeunesse québécoise n’adopte donc tout simplement PAS les mêmes anglicismes que nous. Par pitié, ne venez pas avec « un hot dog… oups, chien chaud s’il vous plait ! Ha vous nous comprenez pas vous ! », vous aurez l’air du Français venu tout droit du Plateau Mont-Royal. Et ça, c’est une insulte pas gentille.

4. Ils sont trop fiers d’eux!

Bon, je triche: ce dernier point n’est pas un cliché, mais bel et bien la vérité.On part au Québec, pas au Canada. Le Canada, c’est l’Ontario (terre de Justin Bieber), Vancouver… Montréal, Québec, Trois-Rivières: Québec. Canada, peut-être. Québec, toujours. Pour preuve, le gouvernement « péquiste » (qui tient son nom du parti qui a gagné les élections de septembre, le… PQ… « parti québécois ») souhaite enlever le drapeau canadien, rouge et blanc, de l’assemblée québécoise. Si ce n’est pas un signe! On pourrait donc affirmer sans peur que le nationalisme, régionalisme (car le Québec est bel et bien vu comme une nation) est une forte notion outre-Atlantique. Ouais, mais.
En France, si les mouvements séparatistes sont souvent vus comme des nazillons d’extrême-droite, tout comme le nationalisme, au Québec, certes on ne parle pas tant que ça d’identité nationale, de canadiens ou québécois de souche contre les immigrants, mais plus les Québécois (qu’elles que soient leurs origines) contre les Non-Québécois. Le rappeur Loco Locass prouve d’ailleurs qu’il est possible de s’engager pour la cause uniquement et seulement québécoise, tout en plaidant pour le métissage: « Certes, on fait pas d’omelette sans casser d’oeufs/Mais on fera pas le Québec en se passant d’eux/[…] Les Québécois s’unissent sous la fleur de lys ».

Tant de stéréotypes qui se voient cassés… le Québec n’est pas celui que vous croyez ! Visitez-le donc pour mieux vous en rendre compte !

À propos de Greta

Française (de papiers), Allemande, Québécoise et Suisse de coeur qui a mangé l'ironie et l'humour (périmé) avec la cuillère. Manie la langue et la culture allemande comme les mecs manient l'hélicobite. J'aime les épinards, la littérature française et regarder "Confessions Intimes". J'aime pas la guerre, le racisme et la croûte des gâteaux.

Publié le 12 décembre 2012, dans Voyages, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1.  » et ils écoutent aussi du « rock » et non de la pierre. Faut pas pousser non plus.  »
    J’adore xD.
    Ouais enfin les clichés c’est comme les français avec la baguette de pain et le béret quoi. Nan ?
    J’savais pas pour le fromage.
    Mais je m’en doutais pour le racisme, il me semble en avoir déjà entendu parler.
    J’ai buggué sur l’expression « trop darr » (je ne connaissais pas du tout). Et il a fallu que je relise pour comprendre l’histoire du « téléphone intelligent » xD
    Merci pour cet article en tout cas !

    J'aime

  2. Super article, Greta! très bien écrit et vivant!
    N’empèche qu’au risque de passer pour une énième française en mal d’utopie Québecoise, j’ai bien envie d’y retourner passer un peu plus que deux semaines la prochaine fois (mais pas y rester pour autant cela dit!)

    J'aime

  3. C’est clair qu’on a tous beaucoup trop de préjugés d’un endroit… Et c’est bien dommage.
    Très chouette article, bien drôle comme d’hab’.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :