Mon idole: M.I.A.

La première fois que j’ai écouté M.I.A. elle était définitivement trop loin pour moi. A l’époque, elle sort l’album Kala (intitulé en référence à sa mère), acclamé par la critique tout comme son premier album Arular (qui porte le nom de son père). A cette époque, elle est le plus grand nom du mouvement nu rave et compose sa musique électronique sur un séquenceur Roland MC-505. Trop compliqué, inaudible pour moi, j’ai laissé le nom et la musique de M.I.A. sur le côté. J’étais alors bien loin de penser qu’elle serait l’une des artistes qui susciterait en moi, le plus d’inspiration aujourd’hui.

La vie de M.I.A, Mathangi « Maya » Arulpragasam, de son vrai nom, est d’abord lié au Sri Lanka. Née à Londres, elle quittera avant ses un an le vieux continent pour vivre avec ses parents et sa grande sœur au Sri Lanka. Là-bas, son père reprend sa place d’activiste politique, fondateur d’une organisation révolutionnaire étudiante pour l’indépendance de l’Îlam Tamoul. Son enfance est bouleversée par la guerre civile, et avec sa mère, sa sœur et son frère, elle part vivre à l’autre bout du pays, loin de son père. La guerre civile se poursuit, son école est détruite et finalement, elle retourne avant ses onze ans, à Londres, en tant que réfugiée avec sa famille, encore plus loin de son père. Sa mère poursuit son travail de couturière, et Maya intègrera plus tard une école d’art et de design, où elle apprendra aussi la vidéo et le cinéma.

Artiste polyvalente, elle débute en tant que peintre exposant même pour la première fois  en 2001 à Portobello Road. Cette approche visuelle de l’art, influence son rapport à la musique. A ces deux premiers albums, elle associera des visuels et un style vestimentaire particulier. Pour le premier « Arular » le style est assimilé à une ambiance guerrière et très mode. Pour le deuxième, le style est plus joueur et plus enfantin, tout comme l’album Kala.

C’est d’ailleurs avec Kala qu’elle se fait connaître par le grand public. Si cet album ne vous dis rien, vous n’avez surement pas pu échapper à Paper Plane, titre le plus marquant du film Slumdog Millionnaire. Moins électro que tout ce qu’elle produit depuis ses débuts, le morceau Paper Plane conserve toutes les influences multi-ethniques de la musique de M.I.A, entre sonorité arabe, indienne et une forte influence hip-hop. Une musique, unique, originale, pleine d’une force et d’une assurance propre à la chanteuse.

Une chanteuse qui attise aussi la controverse. Dans Born Free elle s’associe à un autre spécialiste du genre, Romain Gavras, pour mettre en image une chasse aux roux à l’ambiance hyper réaliste et hyper violente. Coup de génie pour les uns, pure provocation pour les autres, le duo ne laisse pas indifférent.

Leur dernier coup : Bad Girl réalisé par Romain Gavras encore une fois est l’un des meilleurs clips que je n’ai jamais vu. Le titre à lui seul retranscrit cette espèce d’assurance, qui devient dès lors communicative. Et la vidéo est un véritable tour de force, des cascades en pagaille, un stylisme original, inspirant.

L’artiste se fait aussi remarquer par son activisme et ses prises de position sur la situation au Sri Lanka, dénoncant l’absence de liberté et l’autoritarisme de l’armée. Dernier coup d’éclat : un doigt d’honneur lors de la prestation de Madonna pendant le superbowl, l’évènement le plus médiatisé et vu du monde. Un acte dont la Madonne se désolidarisera totalement. Provoque… mais pas trop.

À propos de Rookie

Débutante.

Publié le 4 juillet 2012, dans Monidole, Musique, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Bon, j’ai encore découvert une artiste grâce à Rookie ! Une fois de plus. Article super complet et passionnant.

    J'aime

  2. J’aime beaucoup beaucoup ! Et pour l’anecdote, dans le topic des rédactrices, quand tu as dit que tu comptais faire un article sur MIA, j’ai cru que tu parlais de MOI haha voilà c’est moi MIA, le boulet de GB ! Très bon article !

    J'aime

  3. Chez M.I.A toutes ses activités/facettes viennent se compléter, se nourrir et tout ça se ressent dans sa musique, sa personne…Elle touche à tout ! Je ne savais pas qu’elle avait commencé peintre. Elle est phénoménale, c’est une des artistes qui m’inspire et me motive. Tout chez elle est intéressant ! Merci pour l’article 😀

    J'aime

  4. Excellent article ! J’ai appris pleins de choses, je ne savais pas du tout que son père était activiste. Moi j’adore ce qu’elle fait, j’aime beaucoup cette mouvance Santigold / M.I.A., ça bouscule et c’est frais.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :