24h dans la peau d’une femme des années 50

GloryBox s’intéresse ce mois ci au « Bon vieux temps ». Votre reportrice investigatrice, rien que ça, Greta ne recule devant rien pour vous faire vivre le mois rétro au plus fort : elle s’est doté d’une machine à remonter le temps, trouvée sur eBay pour 40$ hongkongais, et hop, la voici transportée en 1956, flanquée d’un mari et d’enfants, et prête à consigner ses impressions de femme des années 50. Martin Luther King et ses comparses commencent une bataille héroïque pour les droits des Noirs, les peuples de l’Europe de l’Est se révoltaient en vain contre le totalitarisme soviet, Grace Kelly épousait un prince monégasque et moi, je me levais aux aurores.

5h30 : Lever, il fait encore noir dehors. Au lieu de bailler comme une femme élastique en prenant toute la place du lit évidemment conjugal, je dois procéder à un réveil « classe », un « get up gracefully » suivant le manuel de femme au foyer parfaite, qui m’accompagne dans mon expérience. Si j’arrive, non sans difficultés, à me lever, le « gracefully » est un échec – je n’ai pas de brushing divin digne d’une vraie dame des fifties : mes cheveux dansent la nouba et mon mascara en mode panda de 2012 n’est pas parti pendant la faille spatiotemporelle.

5h40 : Mon guide me conseille de passer de l’eau froide sur mon visage, discipliner mes cheveux et de mettre du rouge à lèvres pour me donner de la confidence, autrement connue comme estime de soi. En vrai je ne ressemble à rien mais je dois vite préparer le café pour cette chose à côté de moi, mon mari.

6h00 : Le petit-déjeuner est prêt. Connaissent pas les « Cracottes » et les « Special K » ici, je devrais servir à mon cher et tendre de simples tartines de confiture avec du café, ou du chocolat chaud. Le mari écoute la radio, j’aimerais regarder les dessins animés. J’ai peur de faillir en ratant le café depuis que j’ai vu cette publicité dans mon magazine féminin.

8h30 : Les enfants sont à l’école, le mari est au boulot, et je m’ennuie. Mon guide de la femme au foyer parfaite me conseille de faire de la gymnastique, mais c’est ballot, je ne sais pas quels exercices faire, Véronique et Davina, c’était trop vieux pour moi… je vais faire du Maurice Béjart, ça ira.

8h40 : Il est temps de faire le ménage. Bien sûr ni Swiffer, ni Vanish, dans mon cagibi, tout juste un pauvre balai. Envie de fredonner « nettoyer, balayer, aaaaastiqueeeeer… ».

11h00 : Au sommet de mon ennui, j’ai même commencé à nettoyer le plafond. Il serait peut être temps de prendre une douche avant de préparer le déjeuner.

11h30 : Viens de me rendre compte qu’il faut acheter de quoi manger. Pas de Carrefour market, pas de kebab au coin de la rue pour éviter de cuisiner, je suis officiellement dans la merde.

12h00 : Ai enfin trouvé un boucher : il y a des petits commerçants ici ? Je leur ferai des lentilles/saucisse, m’en fous, je reste qu’une journée. Non mais oh.

12h30 : Les enfants sont rentrés de l’école et grognent, parce qu’il n’y a rien à manger. Qu’ils attendent, ces monstres.

13h30 : Les enfants seront en retard à l’école, mais je m’en fiche. Pourquoi est-ce que ça prend autant de temps à cuire des lentilles ? C’est même pas bon, et en plus, ça prend 3 ans à cuire.

14h30 : Mon guide me conseille de ranger la maison pour la rendre « accueillante pour mon mari ». Ne comprends pas en quel honneur je dois satisfaire mon mari autant, au réveil il puait le bouc et avait des petits yeux de chacal. Ou l’inverse, sais plus.

14h31 : La sonnette ! La sonnette ! Quelqu’un veut me voir. Impossible.

14h32 : C’est Pierrette, la voisine. Quel nom tiens, Pierrette. On croirait la vieille qui présentait le tiercé. Ca se trouve c’est elle, en 56. Moment d’émotion.

14h58 : Sa vie est un trou abyssal. Elle me parle de son mari, de ses enfants, le petit Marcel a fait caca dans son pot, YOUHOU COOL TA VIE. Je suis au bord de l’implosion.

15h21 : ELLE A 19 ANS. J’y crois pas. Trop soucieuse de s’écouter parler, elle me raconte son mariage. Elle s’est mariée il y a quelques mois, pourtant le petit Marcel a environ un an, voire plus. Prends compte de l’hypocrisie de cette époque et me dis que les Françaises de 19 ans en 2012 sont bien différentes. Elle m’invite au cercle de couture dans une demi-heure, une autre amie à elle y sera.

16h30 : Son amie a 22 ans et sait déjà tricoter like a boss. Je n’ose pas dire que je ne sais pas tricoter du coup je suis en free style avec mes aiguilles. Elles tricotent une écharpe, je tricote… heu… une bobine de laine ?

17h30 : MERDE LES ENFANTS. Ils attendaient comme des cons devant l’école. Pas facile de courir avec les talons qu’on m’afflige, mais j’y suis arrivée.

18h00 : Aide aux devoirs. Ils en savent bien plus que moi apparemment. Vercingétorix, les Carolingiens, tiens c’est pas du détergent ? Tente d’esquiver les exercices de math en prétextant devoir faire le dîner. Pas faux.

20h00 : Mon guide me suggère de préparer mon logis au mieux pour mon mari, ce que je refuse totalement. Montre quelques signes de faiblesse et de révolte. Envie de lui faire comprendre qu’il n’est pas marié avec du canard WC. Cela dit, je m’adonne tout de même à l’accueil souriant conseillé. Le mari répond à cela avec un magistral « L’est où le repas ? ». Bonsoir, mon chéri.

21h00 : M’ennuie comme un rat mort. Réflexion faite, non, même le rat mort a éventuellement la possibilité d’aller au paradis et de s’amuser avec Mickael Jackson et l’abbé Pierre. Ris en imaginant Mickael Jackson, un rat et l’abbé Pierre danser sur « Thriller ». Le mari s’étonne, je prétexte une anecdote drôle.

21h30 : Pour beaucoup, les soirées des années 50 se réduisent à écouter la radio. Comme la télé maintenant, mais sans images. Flot incessant de chansons qui sentent le formol. Mon mari me parle à peine. Je lui demande comment s’est passé le boulot. Me répond brièvement.

23h00 : L’heure de dormir, dois tout débarrasser tandis que mon cher mari enfile un pyjama de toute beauté. Me mords la lèvre pour ne pas exploser de rire.

23h10 : L’horreur. Oh non. Le mari suggère l’accouplement. Risque absolu de tomber enceinte en ces années sans pilule, je pense à Simone Veil, VIENS ME SAUVEEEER, aux faiseuses d’anges , aux orphelinats, à des braillements, et dois absolument trouver un prétexte pour refuser. Mon guide me conseille… ah, de la fermer et d’acquiescer. Merci. Me décide à envoyer paître ce guide… lumière dans le ciel… faille spatiotemporelle… sauvée par le gong. Autour de moi des femmes de mon âge string dépassant du pantalon, sans enfants, étudient, vivent leur vie, peuvent éviter des grossesses non désirées, travaillent, sont libres. Jamais de ma vie je n’ai autant été heureuse de voir un string dépassant du pantalon, je suis libre.

À propos de Greta

Française (de papiers), Allemande, Québécoise et Suisse de coeur qui a mangé l'ironie et l'humour (périmé) avec la cuillère. Manie la langue et la culture allemande comme les mecs manient l'hélicobite. J'aime les épinards, la littérature française et regarder "Confessions Intimes". J'aime pas la guerre, le racisme et la croûte des gâteaux.

Publié le 16 mars 2012, dans Day By Day. Bookmarquez ce permalien. 11 Commentaires.

  1. Je trouve ça un peu facile quand même. Utiliser les clichés n’est pas très intéressant. Il aurait peut-être fallu se documenter avant d’écrire sur cette époque, qui, certes en beaucoup de points est bien différente du monde d’aujourd’hui, mais heureusement que certaines femmes ont réussi à s’émanciper, à mener une carrière et à se battre pour leurs droits.

    Réduire les années 50 à « Femme = Femme au foyer, mère à 18 ans et carpette devant son mari », c’est un peu limite je trouve.

    J'aime

  2. Je suis pour un « 24h » régulier !
    Ca détend, c’est bien décrit, merci pour ce moment 🙂

    J'aime

  3. J’ai kiffé ! Et bonne idée de reprendre plus souvent l’idée des « 24h dans la peau de… » !!

    J'aime

  4. Excellent, j’adore !

    J'aime

  5. J’adore, j’ai bien ri 😀

    J'aime

  6. Mon dieu, comme elle passerait mal maintenant la pub pour le café, c’est horrible, je suis presque choquée là Oo
    L’article est très drôle par contre !

    J'aime

  7. J’ai beaucoup aimé aussi, super idée, et bien marrant!

    J'aime

  8. J’adore !!! Ce petit ton décalé, les détails qui tuent, l’humour, les comparaisons… ça t’est venu comment cette idée de remonter le temps genre « On a échangé nos Mamans » version 2012-1950 x) ? C’est cool, merci 😀 ❤

    J'aime

    • Greta_garbo

      Contente que ça vous plaise les filles!

      C’est Grey qui a soumis l’idée dans le cadre du mois rétro, et c’est moi qui ai décidé de le faire dans les années 50 qui sont très faciles à caricaturer: la femme au foyer comme idéal, l’homme qui travaille grâce aux Trente Glorieuses et son plein emploi, les valeurs vieillottes…

      D’ailleurs j’y pense mais si le concept vous plaît, on peut en faire un rendez-vous régulier des « 24h dans la peau de… » 😉

      J'aime

      • J’trouve que les « 24h dans la peau de… » est une très bonne idée de rubrique ! A voir avec les autres modos 😛 ?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :