Rétro make up : du neuf avec du vieux !

Cette année la tendance est résolument rétro : mode, déco, cuisine, même les légumes oubliés d’avant guerre qu’on pensait bien où ils étaient réapparaissent dans nos assiettes ! D’ailleurs le topinambour, franchement, c’est pas super rigolo comme mot ? Parce que moi quand on me parle de topinambour j’ai l’impression que c’est une sorte de taupe orange qui joue du tambour et QUI SE MANGE. Bref, je voulais vous parler de maquillage à la base.

20’s

Les années 20 : Louise Brooks, l'inspiration

Dans les années 20 la grande spécificité était la petite bouche Louise Brooks : dans un rouge sombre, on affadit les coins de la bouche, pour mieux dépasser largement et redessiner deux petites montages rebondies au dessus des lèvres. Ce petit coeur en lieu et place de la bouche donnait aux femmes de l’époque un petit air mi geisha mi angelot, renforcé par le carré court et la petite frange droite, résolument moderne !

Les yeux se fardaient de tons noirs ou de marrons cuivrés, une couleur plus claire sur la paupière mobile, une autre plus foncée glissée en trait à peine estompé dans le creux de la paupière.

Concernant les ongles, dans les années 20 il était de bon ton de se les couper en pointe et de ne vernir que le milieu : le blanc de l’ongle et la demie lune devaient rester vierges. Ce qui devait être coton à faire, mais tellement joli !

Cristina Ricci, l'inspirée

30’s

Les années 30 : Bette Davis, l'inspiration

Dans les années 30 le sourcil se désépaissit (beaucoup trop). Le teint se rosifit, les lèvres sont pleines et généreuses, les couleurs sur les paupières font leur apparition (vert, gris, orange, bleu) toujours très pastels, et on autorise la manucure à étendre le vernis jusqu’au bout de l’ongle, mais attention ! La demie lune n’est toujours pas peinte. Et surtout, n’oubliez pas l’attitude : dans les années 30, on fait la gueule, on travaille son regard qui tue et on casse des assiettes. Comme Bette (vous croyez que ça sort d’où « Bette Davis Eyes » ?).

Gwen Stefani, l'inspirée

40’s

Les années 40 : Rita Hayworth, l'inspiration

Dans les années 40 les beautés sont naturelles… Enfin pas trop non plus : le sourcil a repoussé mais est très redessiné, les cils sont papillons, longs, courbés, noirs, et fournis. La bouche est gourmande, brillante et sexy, on laisse les couleurs mattes pour des roses et corails transparents, et on remue sa cascade de cheveux en battant des faux cils à tout rompre. On est une mangeuse d’hommes qui ne s’ignore absolument pas.

Cameron Diaz, l'inspirée

50’s

On quitte tout doucement la choucroute et les fourreaux pour enfiler jupe crayon et corsets : les années 50, Marylin Monroe, Betty Page et consorts, c’est maintenant !

C’est à cette dernière que nous nous intéresserons, Betty Page, et son avènement du burlesque, dont elle est désormais l’icone indétronable.

Les années 50 : Betty Page, l'inspiration

La bouche est rouge, franche, mat, elle claque mais les cheveux ne s’y collent pas. On la dessine d’abord au crayon, avec toute la délicatesse et la rigueur dont on peut faire preuve, et on crayonne l’intérieur, pour un fini hyper net. On hésite pas néanmoins à en mettre un bonne couche, il faut que la couleur soit fort pigmentée, mais attention aux débordements et autres traces sur les dents : pour ça, pas de secret, il faut avoir un miroir de poche et le dégainer à des moments statégiques.

L’eye liner est posé mais discret : pas de grande griffe à la Amy Winehouse, à peine une petite virgule en bout de course. Alors je connais la question qui vous brule les lèvres : mais comment poser ce foutu eye liner ? C’est simple (non je rigole) : on est pas casse cou et on achète un stylo liner, comme le dernier de chez L’Oreal. On pose les deux coudes sur une surface plane, on lève le menton, pour être bien en face de sa paupière. On trace une ligne, ou des pointillés si on a peur de faire des patés (pour les relier par la suite, comme le jeu des numéros quand on était petites) en deux fois : d’abord du centre vers l’extérieur de la paupière, ensuite de l’intérieur des cils jusqu’au milieu de la paupière. On grossit la ligne selon l’effet voulu (à nos risques et périls, c’est souvent à ce moment là qu’on se foire ! Le mieux est l’ennemi du bien !) On termine par une petite virgule, à peine courbée, ou toute droite, que l’on fermera à l’aide d’une autre petite ligne partant de l’extérieur de nos cils inférieurs. ET VOILA !

Enfin tout ça c’est surtout de l’entrainement.

Le teint est porcelaine, poudré, les pommettes sont bien marquées dans des tons roses ou corails, mais surtout, oubliez la terracotta : on est plus proche de Morticia Adams que de Josephine Baker.

Dita Von Teese, l'inspirée

60’s

Les années 60 : Twiggy, l'inspiration

Les années 60 sont une réinterprétation nettement plus cash des années 20 du côté des yeux : le creux des paupières est désormais la star, et on hésite pas à le marquer avec un gros crayon gras ou un fard très pigmenté. On ne l’estompe surtout pas, il faut que tout ça soit franc du collier ! Si vraiment on est prête a assumer, on peut aussi le marier avec une couleur pastel sur la paupière mobile. Les lèvres sont glossy mais à peine colorées, on est en plein dans la tendance baby doll, et si vous avez des faux cils plumettis, c’est l’heure de les sortir ! En haut et en bas, posés à la pince à épiler, on les colle soigneusement à nos paupières et on ne pense pas à la galère que ce sera de les enlever. Touche, ou devrais-je dire couche finale : le mascara. 8 passages minimum.

Adèle, l'inspirée

70’s

Les années 70 : Pam Grier, l'inspiration

Dans les années 70 hé, ho, on se calme ! On arrête de prendre de la drogue (ou plus la même en tous cas), on mange des fruits, on ne vit plus la nuit, on prend le soleil et on fait du jogging ! On a le teint d’une pêche au mois de juillet sur une plage de Malibu : bonne mine, c’est le mot d’ordre ! Alors la terracotta que vous aviez rangé en pleurant suite à votre période Dita, vous la ressortez, et vous vous en mettez en veux tu en voila sur pommettes, arrêtes du nez, machoires et tempes ! Mais pour ne pas ressembler aux jeunes filles que l’on croise trop souvent à Créteil Soleil, on prend sa poudre dans la bonne carnation, à savoir : la sienne. Si on est d’un naturel plutot pale, on ne fonce pas tête baissée dans des bruns dorés, on reste raisonnable. A moins qu’on ai vraiment envie de ressembler à une candidate de télé réalité, mais ça c’est un choix. Sur les yeux, même combat : dorés, cuivrés, irrisés de mille feux seront vos meilleurs alliés !

Beyoncé, l'inspirée

Je m’arrête aux années 70 car je refuse de considérer les années 80, décennies au début de laquelle je suis née, comme « rétro ». Alors et vous, quelle est votre période préférée ? (et franchement, c’est pas marrant comme mot « topinambour » ?)

À propos de Aime Pi

-  C'est  tout  c'que  vous  trouvez  à  dire  ?                                                                                                                                            -  Ouais.  Allez  vous  faire  foutre.

Publié le 6 mars 2012, dans Beauté, Beauty Queen, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 9 Commentaires.

  1. Raah les bombes des années 40 ! Tellement sexy! Et je suis tombée amoureuse de la couverture d’Adèle inspiration années 60. J’aime assez les années 20 aussi, pour leurs cheveux courts et leur garde robe.

    J'aime

  2. Seifenblase

    J’aime beaucoup les années 30 mais avec le sourcil plus épais !
    Et le vernissage des ongles des années 20 est vraiment classe.
    (Ah et je kiffe le mot « topinambour » aussi).

    J'aime

  3. J’ai toujours eu un faible pour les année 30 et 40 ! Mais le vernis des années 20 est canon ! D’ici à ce que je parvienne à le faire……. humpf.

    J'aime

  4. Moi je suis totalement fan du sourcil années 50. J’ai testé l’autre jour mais j’ai un peu peur de sortir de chez moi comme ça parce que ben, mes connaissances verront que mes sourcils ont été redessinés.

    J'aime

  5. Le look des années 20, la coupe courte, dynamique et très féminine, les ongles sont très jolis, le petit bémol je trouve que la bouche n’est pas assez « glamour » mais le tout associé sur Cristina Ricci et Louise Brooks ça l’est !

    J'aime

  6. J’adore les ondulations 40’s comme sur Rita Hayworth ❤ ! Bon ça tient pas du tout sur mes cheveux mais bon x)
    Et j'aime bien le style années 50 aussi. Sinon pour les conseils de maquillage années 80, il nous reste toujours nos mamans -la mienne fait très bien les paupières fluo en tout cas 😀 !

    J'aime

    • En fait Elinor ce que tu veux dire c’est que je pourrais être ta mère, c’est ça ???

      J'aime

      • Si quand je suis née tu te maquillais déjà en fluo (à 3 ans, après tout…), ben y a des chances OUAIS :p

        Non, je disais plutôt que ça m’a fait penser au jour où j’ai découvert que ma mère, essayant de remettre de l’ombre à paupières alors qu’elle l’avait plus fait depuis des années, se maquillait plutôt comme Cyndi Lauper que comme Kate Moss.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :