La lutte contre le stress des exams

Les fleurs éclosent, l’été est presque là, les températures montent, on enterre les gants et les écharpes… malgré cette ambiance légère, le mois de juin annonce quelque chose de bien moins agréable: les examens (et rattrapages). Collégiennes, lycéennes, étudiantes, vous allez toutes y passer.

Le stress se manifeste différemment pour toutes, et cela reste toujours très glamour: mains moites, nausées, vomissements, diarrhées, maux de ventre, maux de tête, hypertension, taticardie, insomnies, dépression…

Rassurez-vous, il y a d’autres remèdes que les yaourts Activia. Moi-même étant une grande stressée, j’ai décidé de mener une investigation sur les moyens de combattre le stress.

Les traitements médicamenteux

Je n’aime pas trop ça mais après une visite chez le médecin, c’est généralement vers cette voix que vous allez être dirigée. Il existe les fameux anxiolytiques qui à la longue créent un effet d’accoutumance et de dépendance, les benzodiazépines (atchoum). Ils sont efficaces car assez puissants: très rapidement vous allez vous sentir moins angoissée, mais cette sensation risque vite d’être suivie par une très grande fatigue. En effet, les anxiolytiques sont également prescrits pour les personnes ayant des troubles du sommeil. A éviter en conditions d’examens, ce serait dommage que vous dérangiez vos camarades en ronflant grassement et en laissant en prime une belle auréole de bave sur votre copie. De plus, ils ont souvent des noms un peu barbares qui ne donnent franchement pas envie d’en parler entre copines: Tranxene, Valium, Lexomil, Rivotril, Xanax…

Il y a aussi les antihistaminiques (atchoum bis) qui, eux, ne vous transformeront pas en junkie prête à tout pour avoir votre dose quotidienne mais qui portent tout de même des noms de super héros: Atarax, Buspar ou Covatine.

Celles qui aiment prendre des risques se frotteront aux antidépresseurs (surtout prescrits pour les crises d’angoisse ou les phobies difficilement contrôlables) avec lesquels on signe un CDI parfois lourd à assumer.

La médecine douce

Beau compromis aux médicaments, la médecine douce permet un traitement… en douceur! Aussi appelée la médecine « non-conventionnelle », elle peut vous aider à gérer et apaiser votre stress en évitant un traitement classique.

Si vous n’avez pas peur des aiguilles, vous essaierez peut-être l’acupuncture qui joue avec les différentes énergies du corps humains en « visant » des points stratégiques: on en compte pas moins de 360 à 2000 selon différentes théories.

L’ostéopathie, quant à elle, repose sur la manipulation du squelette. On peut également aller dans un centre de massage et tester la méthode Shiatsu ou thaïlandaise.

Se faire manipuler le corps, pourquoi pas. Mais qu’en est-il de notre conscience? L’hypnose (ou auto-hypnose) nous mettant dans un état de « sommeil éveillé », permettrait de réduire considérablement les effets du stress. Comment y parvenir? Une tierce personne ou vous-même pouvez parvenir à l’hypnose: ces « séances » se placent sous le signe d’un calme total (les voisins faisant leurs travaux du dimanche ou un clip de Beyoncé à la télé peuvent être gênants), d’un objectif précis (faîtes que demain j’arrive à faire cette dissertation sur la reproduction des cétacés en milieux hostiles sans encombres) et d’une introspection profonde et apaisante.

Les adeptes des petites pilules (après tout ça peut en rassurer certaines) adopteront plutôt l’homéopathie, qui consiste à administrer au patient des granules contenant des substances de « maladies » en doses infimes. L’homéopathie se manifeste également sous forme de poudre, de gouttes en flacon, d’ampoules buvables, de pommades et même de suppositoires pour les plus courageuses. Les laboratoires Boiron en ont même fait leur spécialité et proposent des produits aux noms encore une fois douteux et sûrement trouvés au pif dans le dictionnaire: Sédatif PC, Zenalia, Homéogène 46, Oligostim Lithium…

Les écolos aussi sont parfois stressés, mais eux passent par la phytothérapie, traitement entièrement constitué à base de plantes. Vieille comme le monde, cette méthode a fait ses preuves et se transmet de génération en génération. Contre le stress il est conseillé de boire une tisane d’avoine, de mélisse, de passiflore, de lavande ou encore de valériane. Telle une parfaite Hermione Granger, vous irez donc chez l’herboriste le plus près de chez vous pour obtenir des conseils personnalisés.

Se prendre en main

Parfois la meilleur solution reste de dire non aux médicaments et non aux frais de séance de médecine non-conventionnelle. Comment faire alors? C’est simple.

Vous pouvez agir contre le stress en adaptant par exemple votre alimentation (ce qui porte quand même un nom scientifique, la nutrithérapie): un carré de chocolat (ou plus, soyons honnêtes, qui n’en mange qu’un seul?) peut rapidement calmer vos angoisses, idem pour des petites sucreries en tout genre. Cependant, ce n’est pas ce que contiennent ces aliments, c’est plutôt le fait de manger lui-même qui vous calme. Tout le monde a sa nourriture antistress préférée. Quelques petits conseils sont tout de même bons à prendre avant les examens: il faut manger équilibré bien sur, à des heures fixes, prendre son temps, éviter les boissons excitantes (café, thé) même si elles sont tentantes, favoriser les sucres lents (pâtes, riz) et oublier l’alcool quelques temps.

Si vous êtes du genre à vous détendre en lisant un bouquin ou en faisant des petits jeux, il en existe également sur le sujet du stress et tous ont des noms plutôt évocateurs:  La zen attitude des Paresseuses et le Cahier positive attitude des Paresseuses (inspirés de ce blog http://www.lesparesseuses.com/), ou encore L’anti-stress de l’étudiant de Jean-Claude Dortu.

La préparation est, elle aussi, essentielle pour lutter contre le stress. Si vous vous sentez en confiance sur le programme d’une matière, il est évident que votre anxiété sera moindre le jour J. Plusieurs semaines à l’avance, réviser votre examen, faîtes-vous un planning et surtout, RESPECTEZ-LE! Il faut également préparer ses affaires à l’avance: on vérifie son matériel (trousse, feuilles, brouillons, calculatrice, règle) et on prévoit de quoi tenir: bouteille d’eau, barres céréales ou tablette de chocolat pour ne pas avoir le ventre qui gargouille. N’oubliez pas votre carte d’étudiant/ votre pièce d’identité ainsi qu’une montre pour mieux gérer votre temps. Les superstitieuses peuvent même emmener un petit porte-bonheur! Surtout, pensez à faire une pause-pipi juste avant de vous installer.

Pour terminer, on relativise: on ne joue pas sa vie le jour d’un partiel. Un examen ne dure que quelques heures, ce qui ne représente qu’une infime petite partie de votre temps . Si vous en êtes là c’est que vous êtes capable d’y arriver. On respire, on se détend, et on peu même se marrer un peu avec le voisin juste avant que l’épreuve ne commence.

Malgré tout, vous avez une bouffée d’angoisse pendant l’examen et vos voisins commencent à vous jeter des regards de tueurs car ils ne supportent pas votre jambe qui tape sur le sol, vos ongles sur la table, vos clics de stylo? Pas de panique, les industriels lancent de plus en plus de gadgets qui vous détendront, en silence: les « balles » et pâtes anti-stress, des aimants, des ressorts, des mini jardins zen…

C’est donc en vous disant un gros MERDE à toutes que je terminerai, car parfois rien ne sert de stresser, les sujets qui tombent ne sont qu’une question de chance!

À propos de AnneLise

Funny, sensitive and generous but terribly emotional, touchy and not-confident.

Publié le 15 juin 2011, dans Day By Day, Société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Jusqu’à ma dernière année de licence, j’étais probablement une espèce rare : j’aimais bien les examens, les concours blancs, les partiels. On était tranquille pendant 4h (ou 6!), face à un sujet, on avait rien d’autre à faire que composer de toutes façons. Mais c’est surtout parce que j’allais à mes examens préparée, une fois que la dose de travail s’est réellement intensifiée, et les enjeux sont devenus plus lourd (miam le partiel COEFF 8 en année de M1, irrattrapable donc, auquel il FAUT avoir plus de 13) j’ai commencé à angoisser, à vraiment vivre les sessions d’exam en stress, disons que ça changeait quelque chose (pour moi et mon environnement ahah)… Tout ça parce que j’étais pas préparée, pas suffisamment préparée en tout cas! Donc comme tu le dis dans ton article, pour moi la priorité c’est venir en connaissant son cours, en ayant fait des lectures annexes, et, surtout, la tête reposée. Mais un peu d’homéopathie, ça peut pas faire de mal!
    La session d’exam idéale c’est celle ou on a terminé les révisions l’avant veille, où, toute la semaine on ne fait que réviser effectivement (et non apprendre!) et où on se couche à 23h pour se lever après une nuit de 8h !

    J'aime

  2. « Pas de panique, les industriels lancent de plus en plus de gadgets qui vous détendront, en silence: les « balles » et pâtes anti-stress, des aimants, des ressorts, des mini jardins zen… »
    J’suis en train d’imaginer l’étudiant se ramener avec un mini-jardin zen en pleine épreuve x). Et sinon, pas mal le site ! Y’a plein de trucs marrants (genre le « Stressberry »)

    J'aime

  3. Bien trouvé en effet ^^

    Personnellement, j’ai testé que l’homéopathie, qui ne marche ABSOLUMENT pas sur moi. Ca doit être parce que je pense que ça marche surtout par effet placebo, donc forcément j’y crois pas et ça me fait rien, passons.

    Mis à part ça, je trouve aussi que le remède des remèdes, c’est vraiment la préparation. Je sais pas si j’ai la chance d’être particulièrement confiante en moi-même de ce point de vue, parce que ça fait très longtemps que je n’ai plus raté d’examen, et qu’en tout cas ça n’a jamais eu de conséquences, mais comme je me prépare aussi consciencieusement que je peux chaque fois, ça fait quelques années que je ne suis quasiment pas stressée avant les examens. Mais si je connais mal mon sujet, je pense que c’est tout autre chose ! Donc pas de médecine pour moi…

    J'aime

  4. MightyOPIUM

    Génial ton article Shellyken !!
    En plus j’avais oublié la montre ! (parcontre en L les calculatrices sont interdites, c’est assez rigolo de lire ça sur les sujets avant de commencer ahah)
    Bon ben je vais essayer toutes ces techniques avant demain matin !

    J'aime

  5. Comment elle a trop géré Shellyken ! Pile au bon moment dis donc.
    Pour parler expérience, j’ai testé l’hypnose ( efficace, les idées sont très claires et on se sent apaisé. Mais tres fatigué apres la séance), la phytothérapie ( l’année dernière et je recommence cette année, ça booste bien sur le long terme) et l’homéopathie. Ca, c’est magique. Je me souviens à mon oral de français en 1ère, 3 granules toutes les heures, et j’arrivais détendue ( et sans trembler).
    Par contre heu, tout ce qui est antidépresseur est à éviter à moins de troubles vraiment graves. De Un, parce que ça fait vraiment dormir, de Deux parce que sur le long terme c’est mauvais pour le corps!
    Enfin bref, stop au racontage de vie, c’était un très bon article =)

    J'aime

  6. Comment dire… ? L’article qui tombe à pic !
    Je me sens limite prête à passer mon bac, là maintenant, tout de suite.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :