Archives Mensuelles: mai 2011

Eurovision 2011 de la mort qui tue

Telle une épidémie de gastroentérite, tel un moustique pendant votre sommeil en été, sans jamais faiblir et sans jamais oublier de revenir, l’Eurovision revient pour la quatre millionième fois! Cette fois ci ce samedi 14 mai dans la ville de Düsseldorf (dusselle dorffe), à l’ouest du pays. Le concours le plus ringard de toute l’Europe (faisant ainsi de la concurrence au concours du meilleur sosie de Derrick) est de retour, avec ses chansons toutes aussi pop qu’oubliées le lendemain, dont la chanson gagnante aura l’énorme privilège de vous casser les oreilles à la radio pendant deux semaines environ.

Je le sais, l’année dernière, j’étais là. Et Dieu sait comment j’ai survécu.

L’Eurovision 2010 a été soldée par une victoire allemande, environ 30 ans après la première, souvenez-vous, la brosse à cheveux n’avait pas encore été inventée et les chanteurs en herbe ne s’essayaient pas encore au LLCE Playback (notez ses mouvements à la guitare qui épousent tellement pas les notes):

Lire la suite

GB n°37

La Gloryboxeuse du moment… c’est elle…
Gwendolen !

Portrait…
…par Sesilina

« Coincée entre le romantisme exacerbé de Madame Bovary, l’intelligence et la facilité des mots des soeurs Brontë, le charisme de Jane Austen, la douceur maternelle de Madame de fleurville, et l’espoir fou de Musso, Gwendolen ne passe pas inaperçue.
On ne s’imagine pas l’aborder, un aura de mystère l’entoure, et pourtant, c’est un rayon de soleil. Elle paraît à l’abri de tout, protégée par une bulle de douceur, la tête pleine de chansons et d’histoires magiques, et pourtant, son coeur faibli, et elle sait se poser des questions sur l’existence, l’amour et l’être humain incroyable qu’elle est..
Gwendolen est une fille à part, parce qu’elle est bien plus qu’une héroïne de roman. Elle est la personne la plus juste, la plus douce et la plus incroyablement les pieds sur terre, mais la tête pleine d’espoir que je connaisse. C’est un mystère absolument délicieux à connaître… ! »

gwendolen

1.Qu’est ce qui te fait kiffer ?
La poésie anglaise du XIXe siècle, les robes, les chats, les oiseaux, lire des romans, dessiner ou regarder les dessins des autres, la tarte aux pommes, les pré-raphaélites, les taches de rousseur, être amoureuse, les après-midis sous un arbre au printemps, les bisous dans le cou, les cheveux très longs, l’Irlande.

2.Qu’est ce qui te rebute ?
La coriandre, les gens qui croient que les responsables de leurs problèmes sont toujours
les autres, avoir le bout des manches mouillé, le soleil trop fort en été, être en colère, les angines, le sport, les vers ! Lire la suite

Revue du web #11

Dimanche soir, déprime, déreliction, ou derniers moments pour s’assurer que l’Internet fonctionne bien et nous abreuve toujours de trucs débiles, touchants et rigolos. Au programme pour notre onzième tour de visite du web: des photos de familles pourries, la dure vie des étudiants, et un peu d’histoire de l’art revisité.

– Le set Flickr à voir, c’est celui de Rustyboy, qui cataloguent ses « Bad Family Photos »,  et rappelle l’effort méritoire des parents qui tentent de documenter la vie familiale alors qu’ils n’ont pas le moindre don pour la photo. C’est pas grave, tout n’est pas perdu, la progéniture a de l’humour.

– Tous les gens qui ont voyagé en Asie ont remarqué ce fait étrange, pour une raison ou une autre, les Asiat’ sont les champions du dodo-en-public. Métro, hall de gare, bibliothèques ou salles de classe, ils sont capables de s’endormir en un temps record, dans les lieux pas franchement réputés pour leur confort, ni propices au sommeil réparateur. En ces périodes de révisions, rendus de mémoire, et autre joyeuseté, hommage à ceux qui parviennent à maîtriser l’art de la « micro-sieste » avec une sélection d’Asiat endormis dans des bibliothèques d’université.

– Réviser les grands classiques de la peinture en se marrant, c’est l’ambition de ce blog, qui n’hésite pas à décrire l’autoportrait effaré de Courbet grâce à la légende suivante : « Johnny Depp qui a oublié d’éteindre le four »

– Un peu old, mais tellement cool. Le combat Paris VS New York revu et corrigé par des graphistes.

– Pendant que la revue du web était au repos, Youtube a contracté un virus : la vidéo tutoriel make up ! Des dizaines et des dizaines de filles vous expliquent comment elles se maquillent. Elle aussi.
Lire la suite

Le guide complet de l’hôtesse d’accueil

Que l’on soit étudiante avec du temps libre, qu’au contraire on ait lâché ses études le temps de décider ce que l’on veut faire de sa vie, que l’on soit artiste en devenir ou en freelance avec le besoin d’arrondir certaines fins de mois, il arrive toujours un moment où on ne cracherait pas sur un « petit boulot ». Et quel meilleur plan qu’hôtesse d’accueil en interim ?

Le plus important : la paye !

Mise à part les petits boulots exercés nu ou presque ( mannequin lingerie, modèle nu pour les beaux arts, gogo danseuse, strip teaseuse, actrice porno… j’arrête), vous ne trouverez pas beaucoup de petits boulots mieux payés. Avec jusqu’à 13 euros net de l’heure, une journée de travail pourra vous rapporter jusqu’à 100 euros (vous pourrez aussi avoir des primes, des tickets restaurants, le transport remboursé, etc). Si la paye horaire est si alléchante, c’est évidemment à cause des inconvénients de l’interim : il faut se rendre disponible, on ne sait jamais quand on travaillera et on a, surtout, aucune garantie de travailler aussi souvent qu’on le souhaiterait. Bon à savoir : il faut accorder ses violons le plus possible avec notre bookeuse : lui communiquer tous les horaires auxquels on ne sera pas disponible, ne pas hésiter à appeler juste pour dire qu’à cette date là, on travaille autre part, on a un cours, un enterrement, piscine, un examen gynécologique… Ainsi notre bookeuse nous proposera des missions qui nous conviendront, plus on lui répondra « oui », plus elle nous proposera de missions, et plus les missions seront menées avec succès, plus elle vous enverra sur des sites dits « de prestige », avec une paye qui gagnera, elle aussi, en prestige. Et pour quelle charge de travail ! Lire la suite

Athènes, le berceau européen

Longtemps oubliée et écartée des grands changements mondiaux au cours des dix-huit derniers siècles, Athènes, et plus largement la Grèce, refont surface, mais peut-être pas dans les meilleures circonstances. Le grand empire qui dominait le monde dans les cinq derniers siècles avant Jésus Christ est bien loin. En effet, la profonde crise que subit la Grèce depuis quelques années n’a du échapper à personne et encore moins à la divinité grecque emblème de la capitale, Athéna, qui descend une nouvelle fois de l’Olympe pour voir de plus près ce qu’est devenu son peuple chéri.

« Des gens dans les rues, criant et brandissant des pancartes de ras-le-bol, voilà mon spectacle du 1er mai. J’avais déjà suivi la vague de révolte qui avait mouvementé le pays durant quelques mois il y a deux ans mais je pensais, comme au cours du VIIème et VIème siècle avant J.C., que la Grèce avait trouvé une nouvelle idée géniale, rapidement calquée à nouveau par plusieurs pays d’Europe comme le fut celle de la démocratie. A en voir mes chers athéniens aujourd’hui, je dois me rendre à l’évidence : l’idée appliquée est loin d’être bonne.
Lire la suite

Guillaume Labbé boit du lait

Petite gueule d’ange, petites lunettes sages, gros muscles pudiquement cachés sous un polo comme les restes d’un passé sportif entretenu, un air de gendre idéal comme le grand garçon sain qu’il a l’air d’être, on pourrait présenter Guillaume Labbé à notre mère jusqu’à ce qu’il se mette à incarner avec une décontraction désarmante un nazi gay faisant passer à de jeunes éphèbes des entretiens pour des stages en camps de concentration, et plus si affinités.

Vous m’avez bien lu.

Ce qui l’intéresse au point d’en avoir fait un premier one man show prometteur, c’est le quotidien dans l’horreur… et inversement. Adolf a exterminé plus de dix millions de personnes, Joseph plus de quinze millions, Bernard, votre voisin, pique votre journal tous les matins, et Labbé de vous demander : finalement, lequel vous emmerde le plus ? Car si tous les dictateurs n’ont pas la chance d’avoir le IIIe Reich ou l’URSS derrière eux, ils n’en demeurent pas moins des dictateurs qui fréquentent peut-être la même machine à café que vous. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :