Le guide complet de l’hôtesse d’accueil

Que l’on soit étudiante avec du temps libre, qu’au contraire on ait lâché ses études le temps de décider ce que l’on veut faire de sa vie, que l’on soit artiste en devenir ou en freelance avec le besoin d’arrondir certaines fins de mois, il arrive toujours un moment où on ne cracherait pas sur un « petit boulot ». Et quel meilleur plan qu’hôtesse d’accueil en interim ?

Le plus important : la paye !

Mise à part les petits boulots exercés nu ou presque ( mannequin lingerie, modèle nu pour les beaux arts, gogo danseuse, strip teaseuse, actrice porno… j’arrête), vous ne trouverez pas beaucoup de petits boulots mieux payés. Avec jusqu’à 13 euros net de l’heure, une journée de travail pourra vous rapporter jusqu’à 100 euros (vous pourrez aussi avoir des primes, des tickets restaurants, le transport remboursé, etc). Si la paye horaire est si alléchante, c’est évidemment à cause des inconvénients de l’interim : il faut se rendre disponible, on ne sait jamais quand on travaillera et on a, surtout, aucune garantie de travailler aussi souvent qu’on le souhaiterait. Bon à savoir : il faut accorder ses violons le plus possible avec notre bookeuse : lui communiquer tous les horaires auxquels on ne sera pas disponible, ne pas hésiter à appeler juste pour dire qu’à cette date là, on travaille autre part, on a un cours, un enterrement, piscine, un examen gynécologique… Ainsi notre bookeuse nous proposera des missions qui nous conviendront, plus on lui répondra « oui », plus elle nous proposera de missions, et plus les missions seront menées avec succès, plus elle vous enverra sur des sites dits « de prestige », avec une paye qui gagnera, elle aussi, en prestige. Et pour quelle charge de travail !

La mission

Car hôtesse d’accueil en entreprise consiste peu ou prou à être polie : sourire, parler correctement, s’exprimer dans un langage téléphonique soutenu (dit langage « normalisé » : on ne dit pas « je vous le passe« , mais « je vous mets en relation« ) et se lever quand quelqu’un vient vous demander un renseignement. De sites en sites (on appelle « sites » les différentes entreprises sur lesquelles vous serez envoyée), vous allez vous ennuyer plus ou moins, selon le nombre d’appels auxquels vous devrez répondre, selon les taches supplémentaires que l’on vous allouera (réserver des salles de réunion / taxis / coursiers, donner l’accès aux ascenseurs / salles / bureaux, faire le café, amenez des bouteilles d’eau, passer des faxs, trier le courrier, installer une connexion wi fi, organiser une vidéo conférence, envoyer un homme sur la lune, etc). Parler l’anglais est un énorme plus, bien que de bonnes notions soient souvent suffisantes, une troisième langue est la plupart du temps superflue (les clients espagnols vous parleront anglais). Il sera apprécié également de ne pas brouter comme une grosse vache un chewing gum tout sec, de boire et de manger discrètement au standard, de ne pas regarder des vidéos douteuses sur youtube et de porter des vêtements propres. Se laver aussi, c’est un plus.

La présentation

Blague à part, le métier d’hôtesse d’accueil est en grande partie un métier d’apparence : bien présenter, bénéficier d’une tenue et d’un maquillage impeccable (sachant que l’on peut, sauf demande précise du client, se contenter d’un peu de blush et de mascara, et que les talons ne sont pas obligatoires). La taille et la corpulence ne sont normalement pas un problème à partir du moment où il est évident que l’on prend soin de soi et qu’on arbore une tenue sérieuse, bien que je ne puisse pas attester de l’éthique de toutes les boites… Gros point noir en ce qui me concerne : dans la plupart des sites, le tailleur est de rigueur. Alors le tailleur c’est moche, c’est ringard, c’est d’un classique triste à mourir et ça nous colle toujours 5 ans de plus dans les pattes, mais ça a le mérite de faire « sérieux » (= « chiant ») et « uniforme » (= « clone »). Mon conseil : achetez-vous une veste bien ceintrée, tentez de la matcher avec un slim noir (surtout pas de jean bleu), et avec un peu de chance, ça passera.

L’entretien 

J’ai suffisamment bossé à l’accueil d’agence d’hôtesses (oui je suis l’ultimate hôtesse : je suis hôtesse dans les boites d’hôtesses) pour savoir que l’entretien donne des sueurs froides aux petites jeunes tirées à 4 épingles remplissant fébrilement leur dossier d’inscription. Pas de panique : gardez en tête que les boites d’hôtesse embauchent non stop. C’est un métier fluctuant, essentiellement exercé par des étudiantes, rarement propice à l’évolution et souvent lassant. C’est également un métier qui requiert peu de qualifications, mise à part une vivacité d’esprit, une capacité d’adaptation et la désormais célèbre « bonne présentation ». Les personnes qui vous feront passer l’entretien ne vous mettront sur le carreau que si vous avez des locks avec des rats vivants dedans, que si vous lui dites que vous êtes rarement disponible, ou que vous lui rotez à la gueule. Vraiment : relax. Quant au redouté test d’anglais : on vous demandera de raconter vos vacances, le dernier film que vous avez vu, ou de faire mine de répondre au téléphone. « I went in Biarritz / I saw Black Swan / Hello, I’m sorry he’s not available« , ça tient pas du Toeic.

Les inconvénients et leurs avantages

Etre hôtesse d’accueil en entreprise, je ne vous le cache pas, ça n’a rien de très excitant. Le travail est souvent rébarbatif (l’avantage de l’interim, c’est qu’on ne travaille jamais dans la même boite). Mais il a l’immense avantage de vous laisser le temps de faire quelque chose à côté (taper un devoir, faire une recherche sur internet, lire un bouquin, bosser ses cours, jouer aux sims – véridique, mais je ne vous inciterai pas non plus, il faut être un peu kamikaze). Il est également parfois ingrat : tomber sur un site sur lequel on ne vous formera pas ou peu, où les clients s’énerveront contre vous, qui n’y pouvez malheureusement pas grand chose, plutôt que sur la personne qui vous a mal expliqué le fonctionnement de la société… Il faudra prendre son mal en patience, et beaucoup sourire. Fait étrange : les appels / visiteurs / courriers / coursiers arrivent généralement par vagues. Vous vous faisiez chier comme un rat mort depuis une heure sans que rien ne vous tire de votre ennui, et soudain, voilà que la terre entière a besoin d’un renseignement. C’est un peu stressant les premières fois, je ne vous le cache pas, mais avec la pratique, on apprend à ne pas paniquer face à la foule en délire qui veut un numéro / un café / une pipe (nan je déconne. Comme pour l’homme à envoyer sur la lune, je sais pas si vous aviez compris).

Où courir ? Où ne pas courir ?

Vous entendrez tout et n’importe quoi sur les agences d’hôtesse, surtout sur internet où les êtres humains aiment tant se plaindre. La vérité c’est qu’il faut travailler correctement et ne pas s’attendre à un pont d’or (être hôtesse n’est à mon avis pas censé être une vocation) et qu’il faut taper dans les boites qui sévissent depuis longtemps (pas dans les petits bouibouis qui viennent d’ouvrir et qui n’ont pas de numéro de siret). Dans la série des agences fiables : Phone Régie, son pendant interim Avenir RH (que je recommande vraiment chaudement). Par-s-on Assistance, Pénélope, Alizée hôtesses. Si vous souhaitez travailler la nuit ou le week end, vous pouvez taper dans l’événementiel et servir des coupes de champagne à des gens qui vous regarderont à peine ou beaucoup trop (l’avantage, c’est que c’est mieux payé qu’en journée). VD Promotion jouirait parait il d’une bonne ambiance, Aleven d’une excellente réputation, Mahola, le pendant évènementiel de Phone Régie, apprécierait officieusement les personnes mesurant plus d’1m70 (comme beaucoup dans l’événementiel), l’agence Pénélope est friande d’étudiantes. Alizée hotesses ajoute à son palmarès les animations commerciales (pour celles qui veulent, ne vous forcez pas). Ces sociétés ont la plupart du temps des succursales en province, n’hésitez pas à appeler leur siège ou à visiter leur site internet pour vous renseigner.

Voilà ! Vous savez normalement presque tout, si toute fois vous souhaitiez faire part de vos questions, tuyaux, témoignages, compliments (j’aime bien les compliments), déchainez vous dans les commentaires !

À propos de Aime Pi

-  C'est  tout  c'que  vous  trouvez  à  dire  ?                                                                                                                                            -  Ouais.  Allez  vous  faire  foutre.

Publié le 7 mai 2011, dans Day By Day, Société, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Question: on s’y prend comment pour demander une inscription dans une agence d’hotesses ? Par le biais de leur site, directement en agence, via des sites qui regroupent les demandes de jobs ?
    (article super intéressant et qui ne me décourage pas trop, trop, trop…)

    J'aime

  2. Bon bah moi je suis hôtesse en entreprise car je sais pas quoi faire de ma vie. Je suis complètement d’accord avec cette article, sauf que ma boite est cool j’ai pas de tailleurs, je mange comme une vachette à mon bureau parce que mes collègues m’offrent à manger et ça ne se refuse pas bien sur. C’est vrai qu’on s’emmerde souvent, la preuve je poste ici au travail, mais c’est cool comme metier, t’as toujours un visiteur qui rend ta journée bonne, un collègue que t’aime bien et dont tu connais l’heure ou il arrive donc tu guette. Et puis comment ne pas parler, des appels pour la compta, ou tu dois rester zen car ton putain de site ne paye pas les factures donc tu te fais engueuler.

    J'aime

  3. Super article vraiment très intéressant et complet !

    Ça fait un petit moment que je me tâte à m’inscrire dans une agence d’hôtesses, mais à chaque fois je me trouve de vieilles excuses comme « J’suis pas douée dans le relationnel », « trop maladroite et tête en l’air », « répondre au téléphone c’est tout à fait pas mon truc », « Pitié non, pas les TALONS ! ». Et pourtant, j’avoue que ça peut être bon plan d’être hôtesse ! Je pense que je tenterais quand même quand j’aurais fini mon année, j’ai rien à perdre après tout.

    J'aime

  4. Pour ma part j’ai plus d’expérience dans l’évènementiel, mais en ce moment je suis une « formation » (les guillemets ne sont pas de trop) pour être hôtesse d’accueil en entreprise. Et jusque là c’est beaucoup plus tranquille que dans l’évènementiel ou dans l’anomation. Je n’ai jamais aussi bien révisé mes cours…
    Au niveau des tuyaux, je conseille de BIEN vérifier son numéro de sécu qui est indiqué sur le contrat. Il m’est arrivé qu’un chiffre soit faux, et je ne suis pas la première. Erreur d’étourderie ou erreur volontaire?

    J'aime

  1. Pingback: Qui es tu, toi qui nous lis ? « Glory Box

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :