Coupe du monde 2010

À J-1 de la grande messe footballistique,  petit état des lieux des équipes et des conditions de jeux.

Des « Grands » absents.

Tous les quatre ans, c’est sans surprise que les sélections évoluent, ouvrant comme une occasion inespérée des bras salvateurs à de nouveaux espoirs du football, et tournant avec dédain la tête à des joueurs de grandes valeurs, mais beaucoup trop « expérimentés ».  Cette année, c’est à Ronaldinho, Ballack, Ronaldo, Totti, Toni et Vierra qu’il faudra dire adieu.

Parmi les « Grands » absents, on trouve bien sûr les Grands malchanceux, les blessés de plus ou moins longue date. D’abord, les « 3 maudits de Chelsea », Ballack, Essien et Drogba, qui laissent derrière eux des équipes décapitées (quoique, ce dernier espère encore pouvoir rapidement réintégrer l’équipe Ivoirienne.) Il y a aussi ceux que le sélectionneur argentin, Diego Maradona, n’a pas retenu de l’Albiceleste : c’est le cas de Lisandro Lopez, Lucho Gonzalez, Javier Zanetti qui a pourtant tout gagné cette année, ou encore Gabriel Milito auquel le sélectionneur aura préféré son frère, Diego. Les Pays-Bas quant à eux, se passeront de l’un de leurs meilleurs éléments, Ruud Van Nistelrooy, trop « individualiste ». L’angleterre se sépare d’un Beckham blessé, d’un Walcott absent de la liste et de Wayne Bridge, qui renonce de lui-même. En effet le capitaine John Terry, a eu une aventure avec sa femme. Un véritable épisode de Femmes de footballeurs. En France, pas de Ben Arfa, de Samir Nasri, ni même de Karim Benzema qui paie une saison passée sur le banc des Galactiques.

Pour autant le spectacle est toujours garanti. Parmi les 736 joueurs répartis en 32 équipes, quelques perles existent et seront mises sous les feux des projecteurs. Des grands tacticiens aux dribles déroutants, comme Messi ou Ronaldo, des joueurs offensifs comme Ribéry ou Rooney, lancés comme des rockets à l’assaut des buts adverses, ou encore des arrêts spectaculaires des gardiens Buffon ou Cassillas. Quand la Coupe du Monde est une confirmation pour des joueurs d’expérience, elle est aussi un possible tournant pour la carrière de nouveaux venus, qui nous réservent parfois d’incroyables surprises.

Des bleus inquiétants

Question spectacle, il n’est en revanche pas garanti du côté des Bleus. Après trois matchs de préparations la sélection de Raymond Domenech (une victoire, un nul et une défaite face à l’équipe chinoise) a de quoi laisser sceptique, ou au moins « légèrement » dubitatif sur ses chances de victoires. Pourtant, tout n’est pas perdu. Si de bonnes leçons sont retenues de ces matchs, si les améliorations dont le sélectionneur nous parle depuis plusieurs semaines se font enfin sentir, pourquoi ne pas passer les 8ème, atteindre les quarts,  la finale (ahem, là oui, j’exagère peut-être) ?

Mais le principal points faible de cette équipe c’est le manque de soutien que lui apportent les français. Dans un pays où un certain vendeur d’électronique parie sur la défaite de l’équipe nationale, où les commentaires contre le sélectionneur et la désillusion qu’il inspire fusent à tous va, l’équipe de France semble cruellement manquer de supporters.

Afrique du sud.

Soccer City Stadium – Johannesburg

Pour une première Coupe du Monde en terre africaine, l’Afrique du Sud s’est imposée une certaine pression pour faire de cette compétition un évènement inoubliable et historique. Pour un pays où l’écart entre une population fortunée et une autre qui vit très en dessous du seuil de pauvreté, les dépenses engrangées pour la construction des stades et des divers aménagements pour accueillir les équipes et les 2,7 millions de spectateurs sud-africains et 450 000 venus de l’étranger attendus, laissent pantois.

ZaKumi, la mascotte sud-africaine et Nelson Mandela

La Coupe du Monde est un véritable spot dirigé vers la nation arc-en-ciel. Le pays peut espérer de fortes retombées économiques, l’arrivée de nouveaux investisseurs et de touristes. Mais la situation n’est pas pour autant idyllique pour les sud-africains. La population, autrefois meurtrie par l’apartheid, vit encore aujourd’hui divisé. La Coupe du Monde est l’occasion pour toute une nation enthousiaste de s’unir autour de l’équipe nationale, les Bafana Bafana.

Pronostics

Exceptionnellement, je laisserais parler les statistiques. Une étude menée par UBS donne le Brésil gagnant. Perso, je ne suis pas d’accord.  Et comme on parle de sport, le hasard nous laisse encore une incertitude.

Bonne Coupe du Monde!!

À propos de Rookie

Débutante.

Publié le 10 juin 2010, dans Day By Day, Société. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :