De l’art d’offrir un cadeau à la dernière minute : faire un cadeau à un garçon

Vous en êtes précisément à votre 4ème plaque de petits gâteaux de Noël enfournée depuis ce matin, le sapin est à présent à peu près fonctionnel (vous êtes parvenues à un convenable 5% de taux d’échec d’illuminations des lampes clignotantes), vous avez choisi vos cartes de voeux et vous les avez même rédigé dans l’élan. Félicitations : l’esprit de Noël s’est emparé de vous, vous êtes officiellement possédée. Vous croyez que vous allez m’avoir comme ça, Sous-Martha Stewart ? Êtes vous seulement parvenue à la tâche proprement herculéenne, celle qui fera de vous une demi-déesse des fêtes de fin d’année, avez vous des idées de “cadeaux pour garçon” ?

S.O.S.

On en a toutes au moins un spécimen dans son entourage : frère, père, meilleur ami, voire, pire, petit copain. Qu’on ne se laisse pas fourvoyer par cet abusif qualificatif… “petit” copain : après tout, faire un cadeau à son “petit” copain, c’est, rien de moins que devoir tenir tête à l’équation qui laisserait circonspects même les plus éminents chercheurs de la Nasa : ( (T.E.R x T.O.R) / D.S.O. )1/k = Valeur du cadeau

  • avec T.E.R = Temps Effectif de la Relation
  • T.O.R. = Temps Optimal de la Relation
  • D.S.O. = Découvert bancaire du Sujet Offrant
  • k = Facteur correctif de radinerie du copain

Vous venez tout juste de vous engager devant tous vos contacts Facebook (depuis votre meilleure amie à qui vous balancez régulièrement des moutons virtuels à cette fille du primaire avec qui vous n’avez même pas échangé le moindre poke depuis que vous êtes facebookfriend), vous êtes à présent “listed as in a relationship”. Félicitations. Il vous faut passer une autre épreuve initiatique : celle d’offrir le “bon cadeau”. Personne n’a envie d’offrir un truc tout rachitique quand l’autre a eu l’idée du siècle. Et vice versa.

Et, si vous êtes en mesure d’avoir toujours une bonne idée ridiculeusement attentionnée pour la première fille venue, y compris, soyons tout à fait honnête, une fille que vous ne connaissez même pas, force est de constater votre inexpérience lorsqu’il s’agit d’offrir un cadeau à un mâle, d’autant plus quand, toute naïve et pleine d’optimisme, on veut – officiellement- “faire plaisir” et, officieusement, battre son ex qui faisait des cadeaux terribles, bien pensés, hyper touchant.

Très gentils les naïfs qui pensent que “c’est l’intention qui compte” (ce sont les mêmes qui ne se moquent pas de vos emballages de cadeaux dignes d’une gamine de 5 ans et demi), mais je ne pense pas briser un tabou social en vous assurant que tout le monde sait qu’un cadeau ce n’est jamais juste un cadeau. Et je ne saurais vous conseiller la rupture pré-noël : premièrement c’est bas, deuxièmement, il est peut être exagéré d’en venir à ces extrémités.

Constater l’étendue des dégâts

Certes, votre “petit” copain, bon représentant de l’espèce homo sapiens est doté d’un cerveau, de l’habileté de communiquer par le langage, et est doué d’introspection. Pourtant, quand vous lui demandez ce qu’il veut, il ne semble pas exactement à même d’articuler le moindre de ses désirs. Et, quand il y parvient, vous pouvez être déçues. Dixit : la fille qui, impuissante, finit par appliquer la technique dite « brute de décoffrage » : “mais tu veux quoi pour Noël”, et recueille cette réponse “… J’ai une très bonne idée ! Un disque dur !”. Ok. Les garçons ne sont pas très frivoles et ne sont pas parvenus au degré d’évolution nécessaire pour soupirer devant un Nabaztag (le lapin qui bouge les oreilles quand on reçoit un mail ! Génial ! Pas d’autre mot !), ou faire des crises de désirite aigüe devant les cosmétiques multicolores ET bios Lush, et n’ont pas l’habitude de checker asos.com religieusement. Pigé. Mais un disque dur ? Vraiment ? Ok pour suivre d’autres influences nippones que le kawaï et privilégier l’aspect fonctionnel aux colifichets, mais il y a des limites infranchissables.

Avant toute chose, baliser donc le terrain : après tout, si vous offrez un cadeau, il faut bien que ça soit un cadeau qui vient de vous, et éviter donc tout ce que vous ne pourriez pas offrir sans l’aide conjuguée de son meilleur ami que vous avez harcelé de textos ainsi que du post it saturé de références précises sur ce qu’il voulait vraiment, que vous lui avez soutiré par la torture et/ou le chantage. Et puis, avec ces cadeaux redoutablement complexes, vous courez toujours le risque de vous tromper et tomber à côté de la plaque (qui s’engagerait à offrir une guitare à celui qui sait reconstituer tout l’historique du matériel des guitaristes de Pearl Jam ? Personne, là on parle plus de naïveté mais d’insouciance). Le mieux est l’ennemi du bien dit-on. Que faire alors pour combler votre mâle ?

C’est un miracle de Noël

Même si la noblesse d’esprit de l’homme et l’infini de ses facultés n’est plus à démontrer, il peut lui manquer des choses utiles… C’est entre ce fin interstice entre l’aptitude de votre copain à agir et gérer sa vie lorsque, de votre côté, vous cherchez encore régulièrement la motivation à 10h du soir pour vous préparer un dîner, et cette incapacité qu’il a à se rendre service à lui même parfois que vous pourrez déployer vos talents de chasseuse express de cadeau parfait. Votre première tâche sera donc naturellement observer le spécimen masculin dans son habitat naturel.

S’il vit seul depuis peu, il lui manque certainement quelque chose dont il ne soupçonne même pas l’existence. Reconnaissance éternelle à celle qui lui fera découvrir les joies de la station Ipod, de l’écharpe en laine, lui achètera un plaid et un mug digne de ce nom à utiliser chaque matin, ou un super casque de dj über-stylé pour remplacer ses écouteurs qui fonctionnent à moitié. Pour trouver un bon cadeau, je propose de le soumettre à l’épreuve suivante : en ces temps de crise, quel est son degré d’exposition dans la vie du sujet auquel on offre le dit-cadeau, autrement dit : est-ce que cet objet, fondamentalement, lui manque ?

Evidemment, on regorge aussi d’idées dont la nécessité est discutable, l’effort est toujours honorable : une petite boule 20q, qui devine ce à quoi tu penses en 20 questions, des livres sur le street art , des rayban en plein hiver ou une paire de baskets écolos. Nos spécialistes de la question s’entendent également pour le prononcer d’une voix : les garçons, eux aussi, aiment les sappes (un blog mode de garçon, ça existe) et ont même des hobbys : surprenez le avec un bootleg de son groupe préféré, des vynils, un abonnement au magazine qu’il a l’habitude d’acheter chaque mois, ou les Dvds d’une série dont il vous a parlé une fois, ou encore un choix de livres ou de bds, boosté par les recommandations de votre grand frère qui a exactement les mêmes goûts que lui.

Si, par hasard, votre économie est florissante et vous pouvez casser votre tirelire, une carte de cinéma illimitée plaira à un moviehead, et une belle montre ou de belles chemises sont de bonnes idées. Au contraire, vous êtes fauchée, se terrer chez soi jusqu’au 26 décembre et prétendre l’amnésie n’est pas forcément une option : n’oubliez pas qu’il paraît qu’on garde un homme par des petits plats, offrez lui quelques friandises, maison c’est encore mieux.

Bon courage dans votre quête du cadeau idéal !

Publié le 10 décembre 2008, dans Day By Day. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :