Nerd : le nouvel album

Le protéiforme et prolifique groupe de rock meets hip hop meets funk N*E*R*D ( deux de ses membres, se cachant aussi derrière The Neptunes, les producteurs touchés par la grâce, qui ont rendus Justin Timberlake, Nelly et last but not least, Britney fréquentables) sort un nouvel album, Seeing Sounds, un vaisseau spatial improbable, superfunked et complètement malade mental, que vous allez écouter tout l’été.

Chad Hugo et Pharrell Williams se rencontrent à 12 piges, dans une école de jazz de Virginie. Ils débutent leur activité de producteurs, lançant la carrière de Kelis, et finissant par devenir les super gourous de la scène mainstream r&b et pop. Shae Haley complètent le duo et rejoint The Neptunes peu avant leur sacre, au début des années 2000. Ensemble, ils créent le groupe N*E*R*D, ou No one Ever Really Dies : on pige bien ce sur quoi repose l’énergie inépuisable du groupe.

Leur premier album (In Search Of…) est un flop relatif, si bien qu’il leur faudra le ré-enregistrer, pourtant il est reconnu par la critique et le milieu, qui célèbre le mélange des genres auquel le groupe s’adonne : plus de contours, plus de limites, des sons bizarroïdes et futuristiques dans tous les sens, qui redéfinissent la musique du début du siècle. Il faut attendre 2004 et le deuxième LP, Fly Or Die, pour que le groupe connaisse un succès populaire : top 10 aux USA, top 5 au Royaume-Uni. Evidemment, dans ces circonstances, on attend la casquette de Pharrell au tournant avec leur troisième album, sorti le 9 juin 2008.

Chad Hugo nous promet un album de « drogue sonique », lorsque son acolyte Pharrell le définit comme un « gros monstre d’énergie », vous appréciez les métaphores ? Jusqu’au titre de l’album (Seeing Sounds), qui fait référence à cette étrange phénomène qu’est la synesthésie (le fait de faire coïncider l’ouïe et les autres sens, particulièrement la vue), N*E*R*D fonce, le nez dans le guidon du BMX, dans la rencontre expérimentale.

Pas de répit : on retrouve dès le titre introductif (Time for some Action) leur son distinctif, lourd mais supergroovy, entêtant et sans condition. De l’évident single (Everyone Nose…) à Spaz, s’enchaînent 4 titres comme une grosse fête déglinguée, suspendue dans le temps et qu’on prendrait en cours. L’impression que nous laisse l’album, c’est de pénétrer un peu à la bourre dans une nuit assez chaleureuse et qu’on voudrait prolonger, juste pour voir jusqu’où ils sont capables d’aller, Yeah You et ses accents de crooner précède la « power ballad » Sooner Or Later, suivent le mtvesque Happy, enfin un Kill Joy comme une faille spatio-temporelle produisant un hommage au Mother’s Milk des Red Hot Chili Peppers…

Bref, long story short, N*E*R*D n’a pas tout a fait fini de vous faire danser, et, en avant les bandeaux American Apparel.

Premier extrait, Everyone Nose (all the girls standing in line for the bathroom). Pour l’occasion, clip hommage à la fête fluokids-cobrasnake-apocalyptique.

Le prochain extrait sera Spaz.

N*E*R*D nous rendront visite à nous les frenchys lors des Eurockéennes de Belfort (du 4 au 6 juillet), et à la rentrée, pour la fête de l’Huma, en région parisienne.

Publié le 15 juin 2008, dans Bouillon De Culture, Musique, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :